Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 13:37

 

 
 

Une équipe d'océanographes alerte sur le réchauffement des océans : selon leur étude, basée sur une technologie d'observation plus précise, ce phénomène inquiétant se poursuit à un rythme bien plus rapide qu'on ne le pensait jusqu'ici.

Les conséquences du réchauffement climatique sur les océans — principaux indicateurs de ses effets puisqu’ils absorbent 90 % de la chaleur supplémentaire provoquée par ce phénomène — ont été sous-estimées pendant de nombreuses années : c’est ce que révèle l’étude d’une équipe d’océanographes, qui affirme que cette tendance inquiétante se poursuit 13 % plus vite qu’on ne le pensait jusqu’ici.

John Fasullo, l’un des co-auteurs de l’étude, précise  : « [Elle] démontre que les océans ont absorbé plus de chaleur au cours des cinquante dernières années que ce qui a été signalé auparavant grâce aux nouvelles révisions de nos analyses sur la sensibilité du climat par rapport aux gaz à effet de serre et à la hausse liée du niveau de la mer. »

Cette découverte tient à un changement technologique dans leur méthode d’analyse : depuis 2005, les océanographes peuvent s’appuyer sur le système Argo, un ensemble de plus de 3 5000 flotteurs dotés de capteurs déployés dans les océans du monde entier qui peuvent plonger en profondeur et retourner à la surface. Une innovation qui permet d’obtenir des résultats plus précis que la méthode précédente, qui recourait aux bathythermographes, des appareils permettant de mesurer la température de l’eau en fonction de la profondeur.

 

La fiabilité du système Argo

L’équipe a couplé les résultats observés par Argo  à ses corrections des données précédemment obtenues — jusqu’aux années 1950 — pour en tirer ces observations inquiétantes. Les scientifiques démontrent notamment que le taux de réchauffement a quasiment doublé depuis 1992 par rapport à celui de 1960.

Lijing Cheng, autre co-auteur de l’étude, précise leur démarche : « L’étude des océans était très fragmentée avant que nous entrions dans l’ère du système Argo. Nous étions confrontés à un manque majeur de données dans certaines zones, notamment dans l’hémisphère sud. Notre défi a consisté à évaluer le changement climatique global des océans du monde entier et à combler ce manque de données. »

Le réchauffement des océans s’avère d’autant plus critique qu’il contribue à la formation de cyclones encore plus destructeurs, comme l’ouragan Matthew ou à des inondations de plus en plus fréquentes.

-Autre cette note d'Oxfam à destination des candidat-e-s aux élections présidentielle et législatives1. avant catastrophe « 15 propositions pour une France solidaire dans le monde »

 

-Les dernières news:

Le Parlement européen demande la fin de l'extraction pétrolière sous la banquise arctique

Strasbourg - Le Parlement européen a demandé jeudi l'interdiction de l'extraction du pétrole "dans les eaux arctiques gelées" de l'UE et de la Norvège, sans pour autant critiquer directement Oslo qui veut relancer l'exploration pétrolière dans cette zone, mais pas sous la banquise.

Dans une résolution non contraignante adoptée à Strasbourg, le Parlement "demande que l'extraction pétrolière soit interdite dans les eaux arctiques gelées de l'Union et de l'Espace économique européen", étant donné que l'utilisation des combustibles fossiles accélère le changement climatique.

Le texte initial évoquait également la nécessité d'une "interdiction totale de l'extraction de pétrole et de gaz dans l'Arctique", mais une large majorité de députés s'est prononcée contre ce passage, par 414 voix contre 183.

Ce vote survient alors que, depuis 2013, le gouvernement norvégien a favorisé l'expansion de l'industrie pétrolière dans l'Arctique, malgré les protestations d'ONG inquiètes des conséquences pour l'environnement et le climat. Cette semaine encore, Oslo a proposé un nombre record de nouveaux permis d'exploration pétrolière dans les eaux de l'Arctique.

Réagissant à ce vote des eurodéputés, le gouvernement norvégien a souligné qu'il ne se sentait pas concerné, puisque le texte finalement approuvé évoque des "eaux glacées".

Or "la Norvège ne mène pas d'activités pétrolières dans les eaux glacées de l'Arctique", a fait valoir auprès de l'AFP un porte-parole du ministère de l'Énergie, Hakon Smith-Isaksen.

"La région de l'Arctique est très sensible et vulnérable. Si nous détruisons cette zone en utilisant ses ressources de façon non durable, nous ne détruirons pas seulement une région unique mais nous accélérerons aussi le changement climatique et nous polluerons une source d'eau propre", a plaidé l'une des rapporteurs du texte au Parlement européen, l'élue finlandaise Sirpa Pietikäinen.

Soulignant "l'importance géostratégique croissante de cette région", les élus européens ont rappelé que "la banquise arctique a considérablement diminué depuis 1981" et que "le changement climatique progresse deux fois plus vite - et continue de s'accélérer - dans les régions polaires".

ab/axr/pb

TWITTER


(©AFP / 16 mars 2017 18h49)
 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact