Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 08:20

"Un écrin de verdure au coeur de la ville" Un micro-maraîcher bio participatif s’installe place de la Liberté

Large_p7vrmgd9dhwp4uptdpfqbrq6fxm_544x409-1414929794
Présentation détaillée du projet

Le Jardin de la Patcha est un Potager de 1500m²  destiné à la production maraîchère bio et à la réalisation d'un espace de rencontre multiculturel. 

Banderole_perso3-1414701472

 

Visitez le groupe facebook Groupe aidons l'asbl LNG

Visitez le site de l'asbl : Ninosgaia.eklablog.com

 

 

Fgh-1414699129(terrain  de 1500 m² au 20/10/2014)

 

Aidez-nous à semer les graines de ce lieu d’accueil,  d'échange de savoirs et de techniques entre professionnels, débutants, jardiniers, étudiants,...  ainsi qu'à se faire rencontrer riverains et soutiens de notre asbl. Il s'agira d'une vitrine pratique de notre vision de l'Utilisation Responsable des Ressources en lien direct avec nos animations sur "l'Assiette Monstrueuse de Monsanto" ou sur "le Buen-Vivir".

 

B-1414701804  (potager de l'asbl : 50m²  on peut apercevoir sur la photo : haricot rames, patates, patates douces, cosmos, capucine, capucine tubéreuse ou mashua, oca, olluco, tomates, etc.

 

 

Los Niños de Gaïa est une Association (asbl) créée par deux étudiants de master en sciences et gestion de l’environnement qui travaillent sur des problématiques socio-environnementales. 

 

Nous proposons à notre public se tourner vers plus de solutions renouvelables, à leur apprendre à mieux profiter des différentes facettes de la vie (simplicité volontaire), à mieux identifier les problématiques environnementales et/ou sociales,… 

 

Pour ce faire nos projets Nord-Sud (Belgique-Pérou) sont basés l’Utilisation Rationnelle des Ressources soit la réduction de notre empreinte écologique via l’alimentation, la consommation et la sensibilisation aux enjeux du « développement » durable. 

 

 

Hjfhj-1414700052

(terrain au 1/9/2014)

 

Le site, en plus d’accueillir les familles cherchant à se fournir en légumes et nos formations en permaculture, servira à accueillir les stages nature pour les enfants en été. 

 

 Ffs-1414698279

 

(animation nature durant l'été 2014) 

                                                                                                                                    

 

 

Résumé du Projet :  Agronome de formation et master en sciences de l'environnement, je me suis lancé au sein de l'asbl Los ninos de Gaïa afin de créer des supports d'animation sur les problématiques socio-environnementales.

 

L'asbl se lance donc dans un projet de potager participatif, un micro-maraîchage de 1500m².  Après de nombreuses recherches, nous avons trouvé un terrain urbain permettant à la fois la production et l’accueil du public.

 

J'ai toujours eu envie d'avoir un grand potager comme outil de cohésion sociale, de produire dans le respect de la nature. Sans engrais ni pesticides chimique. Le terrain sera gérer en permaculture. Afin de le préparer pour l'an prochain, et d'avoir une production mieux répartie sur l'année, je dois agrandir la période de production et pouvoir préparer mes semis à l'avance. Pour cela j'ai besoin de vous pour construire une serre et pour avoir matériel divers nécessaire (parfois simplement en me le prêtant)

 

Cimg9943-1414701672zapallo, un variété de citrouille Péruvienne (pouvant atteindre 1m de diamètre, dont j'ai obtenu les graines via ma belle-famille au Pérou, comme la oca, la mashua, l'olluco, la caihua, les maïs rouge, maïs mauve, etc.

 

 

Laissez-nous vos questions sur ce projet social, pédagogique et environnemental...  Et n'oubliez pas de partager l'information via mails, facebook, twitter, etc. auprès de vos connaissances

À quoi servira la collecte ?

La prochaine étape du projet est la création du poulailler afin d’accueillir des poules (races rustiques) et des canards indien.

 

Ces précieux auxiliaires nous aiderons dans le recyclage des matières organiques mais aussi et surtout dans la lutte contre les nuisibles (limaces et larves d'insectes) ainsi que pour désherber et aérer (gratter) les bandes avant une culture. 

 

 

Le projet étant bien plus grand qu'un poulailler (1500m² en permaculture) il serait très utile de dépasser la somme de base afin de soutenir les autres aménagements 

 

Il faut préparer un espace afin d’accueillir  8 poules + 3-4 canards et le protéger correctement contre les fouines et les renards.

 

  -10 poules (race Marans et/ou Bassette Liégeoise)  

-4 canards coureurs indien -Pergola de 20-25m² (piquets, traverses, etc.) 

-Son grillage fine maille (y compris en toit pour éviter fouine et rapace) afin d'enfermer les animaux le soir 

-Poulailler surélevé -Enclos pour limiter l'espace disponible en journée (200m² en journée) 

-Abreuvoir, mangeoire, etc.

3ea694_a4175bb6e01c56c192d04c89355defb0-1414697019

 

En cas de dépassement de la somme, l'argent sera destiné à l'achat du matériel de jardinage (grelinette, croc, houe, brouette, fourche, serfouette, griffe, réservoir d'eau, etc.) 

 

http://www.franceculture.fr/sites/all/themes/franceculture/images/logo.pngOn ne parle pas la bouche pleine !

Syndiquer le contenu par Alain Kruger Le site de l'émission

Emission On ne parle pas la bouche pleine !

le dimanche de 12h à 12h30

Ecoutez l'émission 29 minutes

Vénération de la terre 2

09.11.2014 - 12:00 Ajouter à ma liste de lecture

Réalisation : Charlotte Roux

 

La part poétique de la terre.

Le monde est beau et sans lui point de salut

Le 7 novembre il y a 101 ans naissait Albert Camus... Il n'est toujours pas mort.
Ce dimanche à midi, sur France Culture, on peut même l'entendre lire : Noces dans l'émission d'Alain Kruger.
Vénération de la terre... avec Louise Browaeys et Henri de Pazzis, les auteurs de La part de la Terre ou l'agriculture comme art.

Bibliographie :

La part de la terre : l’agriculture comme art, Ed. Delachaux et Niestlé (octobre 2014)

 

 

 

Invité(s) :
Louise Browaeys, agronome
Henri de Pazzis, fondateur de ProNatura

Thème(s) : Arts & Spectacles| Agriculture| Albert Camus

Repost 0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 04:06

 

Journée de défense de la forêt à Florac
16 octobre 2014
Le jeudi 16 octobre 2014 de nombreux collectifs et associations ont décidé
une mobilisation publique à Florac pour défendre nos forêts face au projet
de la multinationale de l’énergie E.ON. Les Cévennes deviennent, avec les
forêts de la Région Provence Alpes-Côte d’Azur, une zone
d’approvisionnement prioritaire pour la centrale de Gardanne située dans les
Bouches du Rhône.
Nombreux sont les élus collectivités et des parcs régionaux de PACA qui se
sont prononcés contre ce projet. Ils seront présents à Florac pour exprimer
leurs craintes et les projets qu’ils soutiennent.
Déroulement de la journée :
Rassemblement à 10 heures devant le centre culturel La Genette Verte
10h30-11h30 : manifestation dans les rues de Florac
11h30 : rencontre souhaitée d'une délégation avec des représentants du parc
National des Cévennes.
11h30
: Conférence de Presse
devant le siège du Parc National des Cévennes à Florac
12h-14h
: Pic nic repas tiré du sac
L'après-midi sera consacrée à des ateliers-débats qui se dérouleront à partir de 14
heures à la salle des Fêtes de Florac :
• Les usages locaux des ressources du territoire:quels engagements publics ?
Débat auquel sont invités tout particulièrement les élus du territoire.
• Alternative forestière pour la forêt cévenole
• Les dangers d'EON pour la biodiversité et la santé publique
• Les perspectives de lutte
Vous pouvez confirmer votre présence ou avoir plus de renseignements en
adressant un mail à : sosforet-piemont@riseup.net ou en téléphonant (et laissant un
message) à Marie-Hélène Dupy : 04.66.47.13.42
Covoiturage sur le site www.convergenceenergetique.org
Signataires : ATTAC Lozère, Collectif gaz de schiste sud Lozère, Nature & Progrès
Lozère, La Conf' Lozère, Association Abraham Mazel, Association Fruits Oublies,
Association Les Vergers de Lozère, Collectif stop TAFTA Vallées Cévenoles, Convergence
citoyenne pour une transition énergétique, Collectif Bogues, SOS forêts du sud, SOS forêt Cévennes,

SOS foret piémont cévenol, Radio Bartas 

 

 

Alpes de Haute-Provence : le Conseil général dénonce les projets de centrales à biomasse

http://alpesdusud.alpes1.com/infos/infos-locales?view=info&id_news=31137&start=18130


Alpes de Haute-Provence : le Conseil général dénonce les projets de centrales à biomasse

Alpes de Haute-Provence - Le Conseil Général des Alpes de Haute-Provence a dénoncé, lors de son assemblée plénière, les projets de méga-centrales : celle de la multinationale allemande E.On à Gardanne dans les Bouches du Rhône, et celle d’Inova Var Biomasse à Brignoles. Deux projets de centrales à biomasse qui selon les élus vont « déséquilibrer la filière bois » et « contribuer au gaspillage énergétique ». 

Publié le 07/10/2014 à 06:45

GARDANNE Élus et associations contre la centrale à biomasse

 

1
/
2

Repost 0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 19:10

L'agneau des garrigues élevé en libre parcours dans le massif de la Gardiole.

 

Vente de viande d'agneau, de broutard, mouton et chevreau.

 

Jean-Paul Bessière

berger-producteur à Issanka

06 27 93 21 05

 

Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 17:07

Canard Enchaîné                      

23-12-09

Des huîtres, oui mais des triploïdes !

 

A la pointe de la technologie, ces huîtres stériles connaissent une croissance accélérée avant d'atterrir
anonymement dans nos assiettes.

Quand elles ne décèdent pas prématurément...

 

C’est un superreproduc­teur qui voyage par Chronopost : une huître mâle, véritable étalon des mers loué plus de 1 000 euros pièce par les ostréiculteurs. A peine arrivé dans cette couveuse artificielle pour bivalves qu'est l'écloserie, il va s'activer pour féconder une vingtaine de femelles. Une fois le travail accompli, trente mi­nutes plus tard, le jeune mâle de deux ans est renvoyé mort ou vif à l'Institut français de re­cherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer), avec, greffée sur la coquille, la puce électronique qui l'identifie.

Il y a douze ans, l'Ifremer a eu l'idée de mettre dans nos as­siettes des huîtres triploïdes (à trois jeux de chromosomes). Pourquoi ? Parce qu'on peut en vendre toute l'année, même l'été, puisque avec son nombre impair de chromosomes elle est stérile, et n'a donc pas la mau­vaise idée de fabriquer de juin à août ces gamètes qui la ren­dent laiteuse. Avec la triploïde, exit la règle des mois en r ! Et surtout : à la différence de l'huître normale, elle pousse beaucoup plus vite. Deux ans seulement pour arriver à ma­turité contre trois pour ses pauvres concurrentes attachées aux traditions...

Du coup, ces huîtres athlé­tiques se sont répandues à toute berzingue sur les étals : sur les 130 000 tonnes produites chaque année en France (cham­pion européen), 30 % sont des triploïdes ! Et, comme la loi n'impose pas l'obligation de mentionner sur l'étiquette leur composition chromosomique, la plupart du temps le consom­mateur n'en sait rien, le mar­chand se contentant souvent d'un pudique « quatre-saisons », ou d'un « non-laiteuse ».

 

Claquer de la coquille

 

Mais comment fabrique-t-on une triploïde ? D'abord il faut un mâle tétraploïde, notre fa­meux superreproducteur es­tampillé Ifremer. Grâce à une petite manip chimique, les cher­cheurs l'ont doté de quatre paires de chromosomes, là où les huîtres pas trafiquées en ont moitié moins. Quand il arrive dans l'écloserie, on le trempe dans un gros bocal en verre rem­pli d'eau de mer. Pour l'inciter à libérer sa semence (jusqu'à 15 millions de spermatozoïdes), on lui fait subir un choc ther­mique, en faisant grimper la température de l'eau à 27 SC. A côté, dans d'autres bocaux, une vingtaine de femelles diploïdes (deux jeux de chromosomes) tout ce qu'il y a de plus standards, mais soigneusement sélection­nées pour leur fertilité, atten­dent peinardement de recevoir la précieuse semence : on la leur amène a la pipette.  Dès que les spermatozoïdes sont dans l'eau, l'huître femelle se met |frénétiquement à claquer de la coquille pour expulser ses ovules dans un nuage qui ressemble à du lait en poudre (ce claquement est d'ailleurs la seule façon de re­pérer une femelle).

Au bout d'une demi-heure, les spermatozoïdes du supermâle tétraploïde auront fécondé jus­qu'à 1,5 million d'œufs pondus par chacune des femelles di­ploïdes. Cela donnera des larves triploïdes en forme de « D », dont 10 % finiront deux ans plus tard en huîtres sur les plateaux de fruits de mer (les autres, jugées trop lentes à pousser, sont im­pitoyablement éliminées). Bref, dans ce merveilleux système, un mâle tétraploïde peut générer à lui tout seul plus de 200 tonnes d'huîtres !

Pour faire tourner les usines que sont les écloseries (en France, il en existe huit, dont les deux plus grosses assurent la moitié de la production), il faut, comme dans les poulaillers industriels, ne pas lésiner sur la pitance. Une huître adulte, qui vous filtre ses 5 litres d'eau par heure, s'enfile dans le même temps jusqu’à 10 millions de phytoplanctons. Le « fourrage », comme on l'appelle dans les éclo­series, pousse sous lumière artificielle dans des bacs d'eau de mer additionnée de sels nutri­tifs. Pendant les trois premières semaines, c'est du phytoplancton premier âge (en l'occurrence Isochrysis et Chaetoceros) que l'on sert à la larve d'huitre, qui ne dépasse pas les 50 microns et qui s'ébat dans son bac avec un million d'autres congénères. Ensuite, quand elle est devenue une huître minia­ture de 300 microns et qu'elle a changé de bassin, elle passe au Skeletonema costatum, du phytoplancton plus consistant parce qu'il contient de la silice. Après un passage de deux mois en nurserie, où on l'habitue à l'eau de mer non filtrée, notre triploïde, qui mesure maintenant un cen­timètre pour 0,2 gramme, part chez un ostréiculteur qui va la cultiver un an et demi en pleine mer.

 
Non aux moules belges ?

 Et voilà comment la re­cherche apporte aux ostréicul­teurs compétitivité et gros bénefs sur un plateau. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes conchylicoles mo­dernisés si, depuis 2008, les jeunes huîtres, les naturelles et les autres, mais surtout celles issues d'écloseries, ne s'étaient pas mises à tourner mystérieu­sement de l'œil. Et ce dans proportions effarantes : dans certains parcs a huîtres, on a vu jusqu'à 80 % de mortalité ! pas sûr, d'ailleurs, qu'il en reste pour Noël 2010. De là à suspecter les modernes huîtres triploïdes d’être plus vulnérables à un certain virus. A l’Ifremer, on se récrie : rien ne prouve que nos triploïdes sont pour quelque chose dans cette hécatombe ! Si les Irlandais en ont d'ailleurs profité pour déclarer non grata les huîtres sortant des éclose­ries françaises, c'est sans doute par pure tactique commerciale... En fait, aucune explication crédible n'a été donnée jusqu'ici. A l'Ifremer, on croise les doigts pour que le cauche­mar cesse l'an prochain.

Pour préparer l'avenir, l'Ifre­mer, qui va perdre en 2014 le brevet sur son huître aux œufs d'or, teste actuellement dans son laboratoire sécurisé de La Tremblade, en Charente-Maritime (celui-là même d'où sont expé­diées par Chronopost les huîtres tétraploïdes), devinez quoi... des moules triploïdes. Objectif : bar­rer la route aux moules belges et hollandaises. Car, de mars à mai, nos moules hexagonales sont immangeables parce qu'elles se reproduisent, ce qui laisse le champ libre aux concur­rentes étrangères, qui pondent à un autre moment. Vivement 2014!

 

 

Professeur Canardeau

 

Repost 0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 16:16

On peut relever  dans le dernier conseil municipal du 20 octobre 2009 les demandes de modification.

Petit rappel, en mars 2009 la mairie a anticipé le renouvèlement de son matériel de reproduction (photocopieur) soit disant pour faire des économies.  Elle nous rend compte ici des opérations liées à ce changement : (extraits de Art. III : Décision modificative n°1, p2)

 

Besoins d’augmenter les crédits

 

Art:6135 : locations mobilières 35.900€ dû au dépassement de l'article parle paiement de la location au banque du photocopieur Canon

antériereurement loué.
Art. 6156 : maintenance 24.200€ dû à une erreur de paiement aux banques (emboursé en recettes art 700878).
Art 6188 autres frais divers 24.200€ résiliation du contrat au bon fournisseur d’entretien Fac Similé du photocopieur ancien

                               

 

Soit au total  84 300 euros

 

Plus loin  nous voyons les recettes  

 

Art  70878 remboursement  de l’erreur du aux banques qui vient en remboursement des 24.200€ paye deux fois (art 6156)

 

Art  7488 : autres attributions et participations 42.100€, versement par Konica, nouveau photocopieur, de sa quote part à la résiliation  de contrat ancien Fac Similé.

Soit un total de 66 300 euros


           
En conclusion

 Pas besoin d’avoir fait polytechnique pour se rendre compte qu’il manque 18.000€  (84 300 - 66 300 = 18 000)

 

 

 

 

Repost 0
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 12:30

C’est la crise mondiale, alors la mairie de Loupian a décidé de procéder à une rationalisation de ses coûts de fonctionnement telle une entreprise en grande difficulté financière. Elle a pour cela anticipé le renouvellement de ses photocopieurs et services associés (c’est-à-dire l’entretien) au mois de mars 2009 juste avant le budget.

 

La commission en charge de ce dossier a reçu en mairie dans un premier temps une entreprise concurrente à son fournisseur habituel. Puis, elle a contacté ce dernier (qu’elle utilise depuis plus de 16 ans et dont personne n’a eu à se plaindre autant les employés de mairie que les élus) en employant une méthode qui laisse perplexe et qui a semble t-il favorisé l’entreprise concurrente. En effet, la demande d’offre, à son fournisseur habituel, a été faite le samedi 14 mars pour une prise de décision le mardi 17 mars et sans même prendre le soin de le recevoir en mairie. Celui-ci n’ayant pu répondre dans les temps (du fait qu’il ne travaille pas le Week-end) a donc perdu le marché sans même avoir pu proposer une offre.


Depuis ce changement de fournisseur, les photocopieurs sont toujours en doublon. La pénalité pour résiliation anticipée des contrats d’entretien SAV va coûter cher à la mairie ou plus précisément aux citoyens de la commune.


Voilà une bonne manière de faire des économies…….


Avis donc aux concitoyens !!!

 

Repost 0

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact