Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 07:54

Notifications : Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du TESTET

Nouvelle Actualité

01/07/2015 - Une décision de justice met en lumière les mensonges des gendarmes et du gouvernement !

Lisle sur Tarn, 1er juillet 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Sivens : une décision justice met en lumière
les mensonges des gendarmes et du gouvernem
ent !

Ce jour, la chambre des Appels correctionnels de Toulouse a prononcé la relaxe de Yannick A., opposant au barrage de Sivens et injustement condamné le 17 septembre 2014 en comparution immédiate, pour des faits de violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Une vidéo tournée par un opposant avait été présentée en audience le 28 mai dernier car elle contredit totalement la version présentée aux juges par les gendarmes. Ceux qui sont accusés de violences sont en fait les victimes de violences commises par des gendarmes (voir communiqué du 28 mai 2015 « Non à l’impunité des gendarmes et des probarrages violents ! »).

Le Collectif se félicite de cette décision de justice. Elle démontre le discours mensonger de certains gendarmes du PSIG, du Préfet du Tarn et même du gouvernement sur la violence exercée par les opposants au barrage. En effet, ce gendarme blessé avec 45 jours d’ITT a souvent été mis en avant dans les communications officielles.

Le 6 octobre 2014, dans un Communiqué de presse « La retenue d'eau de Sivens : une opposition radicale qui menace la sécurité des ouvriers et des forces de l’ordre », la Préfecture du Tarn indiquait : « Les forces de l’ordre sont là pour faire appliquer la loi. Les gendarmes le font avec discernement et engagement. 7 militaires blessés (dont 1 avec 45 jours d’ITT) sont déjà à déplorer à ce jour. Thierry Gentilhomme, préfet du Tarn, tient à saluer le travail effectué par les gendarmes du groupement départemental et les forces mobiles ».

Dans la vidéo sur cette affaire, c’est bien la violence de gendarmes du PSIG, le 15 septembre 2014, contre les défenseurs de la zone humide (coup de pied au thorax, dans la tête, tirs de flashball à courte distance…) qui menace la sécurité de manifestants pacifiques et non l’inverse ! Pire, le lendemain de ce communiqué préfectoral, ont lieu deux comportements inacceptables de gendarmes, reconnus comme tels ensuite par l’IGGN le 02/12/14 dans son RAPPORT* : Coups portés à un manifestant à terre au cours d'une vague de refoulement le 07 octobre 2014 matin (vidéo) et jet d’une grenade grenade de désencerclement (qui projette 18 billes de caoutchouc à 15m) dans une caravane blessant gravement une opposante (Elsa Moulin, vidéo).

Après la mort de Rémi Fraisse, Cazeneuve n’a pas hésité à exagérer les chiffres sur le nombre de blessés parmi les forces de l’ordre (29 octobre 2014 sur Europe 1) : « Je veux rappeler qu’à Sivens, depuis le début du mois de septembre, 56 policiers et gendarmes ont été blessés, qu’il y a eu 81 procédures judiciaires d’ouvertes ». Déclaration contredite ensuite par le rapport de l’IGGN qui calcule qu’ « Entre la fin août et le 25 octobre inclus, les forces de l'ordre subissent sur le site de Sivens 13 agressions physiques enregistrées faisant l'objet de 11 plaintes (ITT allant jusqu'à 45 jours) ». Pour justifier l’intervention violente des forces de l’ordre le week-end des 25 et 26 octobre 2014, et notamment l’usage de grenades offensives dont l’une tua Rémi Fraisse, le gouvernement n’a pas hésité à mentir. Dans la réalité, avant ce week-end là, seuls 6 gendarmes ont été blessés dont certains eux-mêmes comme ce gendarme se blessant au pied en trébuchant tout seul début septembre…

Alors que des dizaines d’opposants au barrage de Sivens ont été blessés par les forces de l’ordre (voir un premier relevé dans un article de Médiapart) et par des milices pro-barrages (mi-septembre**, début février, début mars…), la décision de justice de ce jour ne doit pas occulter qu’aucune de ces agressions n’a été sanctionnée à ce jour. Beaucoup d’agresseurs ont agi sous le regard indifférent de gendarmes et de nombreuses plaintes d’opposants ont été classées sans suite. C’est sans doute cette impunité qui a conduit à l’incendie criminelle de la Métairie Neuve le 28 mai 2015 suivie par sa scandaleuse démolition par les pouvoirs publics. Malgré la bonne nouvelle de ce jour, l’attitude de la gendarmerie et de la justice à Sivens est donc encore loin d’être impartiale !

Réaction ci-dessous de Maître Dujardin

*Inspection Générale de la Gendarmerie Nationale, 02/12/14 « RAPPORT d'enquête administrative relative à la conduite des opérations de maintien de l'ordre dans le cadre du projet de barrage de Sivens (Tarn). »

**Voir Chap 9 « Terroriser les opposants… jusqu’à la mort » dans « Sivens, un barrage contre la démocratie », Ben Lefetey, Ed. Les petits matins.

Réaction de

Maître Claire DUJARDIN

Yannick a été relaxé. C'est une très bonne nouvelle.

C'est une victoire pour les droits de la défense car la cour a reconnu la validité de la vidéo qui apporte la preuve des faits et contredit les PV de gendarmes. Cela démontre que lorsque l'enquête est faite à charge et à décharge, de manière objective et faisant participer la défense, les condamnations peuvent être évitées. Dans cette affaire, les gendarmes ont mené leur propre enquête, en refusant d'entendre les témoins et en écartant la vidéo.

C'est également une victoire pour les militants écologistes de Sivens. Le ministère public a voulu faire croire à l'opinion que les opposants étaient des personnes violentes. Le discours étatique et les communiqués de presse reposaient sur cette vision caricaturale. Une nouvelle fois, les personnes présentées en comparution immédiate ont été relaxées, comme plusieurs opposants présentés devant el tribunal correctionnel tout au long de la période d'occupation du site de Sivens.

Enfin, cela démontre que l'intervention des membres du PSIG a été très violente sur le site de Sivens et qu'ils n'hésitent pas à affirmer avoir vu des violences et reconnaitre formellement les auteurs de ces violences alors que la réalité est tout autre.

Cette victoire est en demi teinte néanmoins puisque Gaetan a été condamné. Sa peine a cependant été diminuée, passant de trois mois avec sursis à 60 jours amende à 15 euros. Ces memes gendarmes qui ont menti, ont affirmé avoir vu Gaetan commettre de violences et la condamnation de Gaetan repose uniquement sur ces déclarations.

Enfin, le fichage d'opinion continue puisque la Cour a condamné Yannick à une peine de 30 jours amende à 10 euros pour le refus de se soumettre à un prélèvement biologique, malgré la relaxe au principal.

Maître Claire DUJARDIN

Article dans Médiapart qui complète ces éléments

Reportage sur France 3 Midi-Pyrénées

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact