Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 07:25
https://youtu.be/FedkLU16HTQ

UE - Nouvelle comitologie : le changement dans la continuité

Après cinq ans de fonctionnement, la Commission européenne fait le bilan de la nouvelle procédure de comitologie mise en place depuis 2011. Ce bilan [1] dit officiellement ce que beaucoup constataient déjà : la nouvelle procédure n’a rien changé à la situation existante, malgré les promesses qui ont accompagné cette réforme.

-L'interview de Denis Bourguet,

Chercheur au Centre de biologie pour la gestion des populations (INRA, Cirad, IRD, Montpellier SupAgro)   " On est incapable de faire le ratio coûts/bénéfices des pesticides "   Co-auteur d'un article sur les coûts cachés et les externalités de l'utilisation de pesticides paru dans la revue Sustainable Agriculture Review, Denis Bourguet, chercheur au Centre de biologie pour la gestion des populations, nous éclaire sur la cohérence économique de l'utilisation des pesticides. 

-Green Peace

Il y a un peu moins d’un an, nous lancions la Course zéro pesticide mettant en compétition les six principales enseignes de la grande distribution en France sur l'utilisation des pesticides dans la production des fruits et légumes.
Voir la vidéo

Après 12 mois de campagne, le secteur commence à bouger et les positions évoluent.

Carrefour et les magasins U ont fait des efforts notables concernant nos demandes et se retrouvent tous deux en tête de la Course zéro pesticide.

Auchan, Casino et Intermarché se contentent du minimum syndical. Malgré la mise en avant de bonnes pratiques, ces trois enseignes ne nous ont fourni aucune information précise sur les résultats de ces méthodes concernant la réduction des pesticides.

E.Leclerc, quant à lui, est toujours en queue de peloton. Il monte tout de même d’une marche pour les efforts de transparence entrepris au niveau régional, suite à nos actions sur sa centrale d’achats toulousaine (SOCAMIL). En revanche, aucune démarche n’a été mise en oeuvre pour réduire l’usage des pesticides. Aucun plan d’actions n’a vu le jour pour soutenir réellement les producteurs.

Face à la question des pesticides, E.Leclerc reste complètement obscur.

Afin de poursuivre nos actions et faire avancer le peloton, nous avons besoin de vous et de votre soutien financier pour faire réagir les enseignes et tout particulièrement Leclerc. Sans ces ressources qui proviennent à 100% de nos adhérents, nous ne pourrions pas agir, ni défendre les intérêts de tous ceux qui protègent notre environnement aujourd’hui et pour l’avenir. Merci d’avance pour votre soutien.
Soutenir la campagne

Repost 0
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 08:00

Le printemps est là,samedi les faucheurs étaient à Pézenas pour dénoncer les pesticides.

Les Faucheurs en « visite » dans les jardineriesCentre Presse Aveyron‎

Le 20 mars à 17h30 par RB

«Vous vendez des produits dangereux pour la santé. Des milliers d’études l’ont prouvé», explique calmement un militant des Faucheurs volontaires d’OGM. On vient juste vous prévenir, ainsi qu’à votre personnel, de faire attention en les manipulant. Et par la même occasion, on informe aussi vos clients du danger de ces produits.» «Sortez de chez moi», hurle, pour toute réponse, le gérant de Melila Jardin, à Onet-le-Château.

S’interposant entre les militants - une vingtaine - et les étagères où sont entreposées ces dizaines de désherbants chimiques différents, il cherche à bloquer leur action. «Ces produits sont autorisés à la vente. Leur dangerosité est bien spécifiée sur l’emballage. Les gens savent lire, alors sortez d’ici.» Mais quarante mains bien organisées valent beaucoup mieux que deux.

«Une hécatombe chez les agriculteurs»

Pendant l’altercation, des faucheurs ont réussi à disposer des dizaines de ces produits controversés sur une bâche au sol sur laquelle on pouvait lire «poison». Des stickers «pesticide égale poison» ou encore «OGM j’en veux pas», ont été collés sur chaque emballage. Des pancartes disant «Glyphosate, on n’en veut plus» sont rajoutées. Les militants prennent la pose le temps de faire une ou deux photos et ressortent sans demander leur reste.

«Ce n’est pas la peine d’insister, explique une militante.Nous, on n’est pas là pour se battre. Ce que le monsieur (le gérant) n’a pas voulu entendre, c’est que dans notre profession d’agriculteurs, ces produits ont provoqué des hécatombes et continuent de le faire. J’espère juste que cela va le faire réfléchir et que, l’année prochaine, quand on reviendra, le rayon dédié à ces produits aura disparu.»

L’action a tellement été rapide que les forces de l’ordre n’ont même pas eu le temps d’intervenir. Juste avant, les militants s’étaient rendus à la jardinerie de la RAGT. Là, le personnel a laissé faire et s’est contenté d’appeler la police. Même chose dans le troisième point de vente ciblé par les Faucheurs volontaires, Magasin Vert d’Unicor, à Onet-le-Château.

Une action menée sur tout le territoire

«Un millier d’études réalisées par des scientifiques dans le monde entier ont déjà démontré la dangerosité des produits genre Roundup et autre pesticides contenant du glyphosate, plaide une militante des Faucheurs volontaires d’OGM. Ils sont très néfastes (cancérigènes) pour l’homme mais aussi pour l’environnement. Or, leur vente est toujours autorisée. Aussi, vu que nos députés n’agissent pas pour interdire ces produits, il est de notre devoir de citoyen d’interpeller les clients de ces jardineries et de les prévenir de la dangerosité de ces produits. C’est ce que nous avons fait aujourd’hui à travers cette action nationale.» Au-delà de cette action, les Faucheurs volontaires d’OGM réclament toujours «le retrait immédiat du Roundup et des produits contenant du glyphosate, pour les particuliers et les professionnels, un moratoire sur l’importation des OGM et l’étiquetage des produits issus d’animaux nourris aux OGM et pesticides.»

Les coûts cachés exorbitants des pesticides

Le Monde | 19.03.2016 à 08h03 • Mis à jour le 21.03.2016 à 11h39 | Par Stéphane Foucart

http://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2016/03/19/et-si-les-pesticides-coutaient-plus-qu-ils-ne-rapportent_4886135_3244.html
Hasard du calendrier, le lancement de la semaine mondiale des alternatives aux pesticides, organisée du 20 au 30 mars, coïncide cette année avec la publication d’une vaste étude sur les « coûts cachés » de l’utilisation de ces substances. Ce travail de longue haleine, entrepris par deux chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et publié dans la dernière édition de Sustainable Agriculture Reviews, est le premier à colliger l’ensemble des connaissances disponibles sur ce que les économistes appellent les « externalités négatives » liées à l’utilisation des produits phytosanitaires. Ce fardeau économique, estiment les chercheurs, peut dans certains cas excéder largement les bénéfices offerts par les herbicides, fongicides et autres insecticides.

Selon leurs estimations, le rapport coûts-bénéfices des pesticides de synthèse était ainsi largement défavorable aux Etats-Unis au début des années 1990. Alors qu’ils apportaient environ 27 milliards de dollars par an à l’économie américaine, ils pesaient pour au moins 40 milliards de dollars… « L’utilisation des pesticides procure des bénéfices économiques bien connus en termes de productivité de l’agriculture par exemple, explique Denis Bourguet, chercheur au Centre de biologie pour la gestion des populations (INRA, CIRAD, IRD, SupAgro Montpellier) et coauteur de ces travaux. Mais ils entraînent aussi des coûts économiques très variés qui font l’objet de peu, voire d’aucun travaux. Et lorsqu’ils sont évalués, ces coûts sont généralement lourdement sous-estimés. »

Le peu de données disponibles n’a pas permis aux chercheurs de conduire une estimation pour la période actuelle. « On ne peut rien dire de ce rapport coûts-bénéfices, car un certain nombre de produits utilisés à l’époque ont été interdits, mais de nouveaux sont aussi apparus et leurs effets ne sont pas encore pleinement connus, explique M. Bourguet. Nous ne pouvons tenter qu’une analyse rétrospective, lorsqu’il y a suffisamment de données. » Exercice d’autant plus délicat que certaines externalités sont décalées dans le temps : des maladies d’aujourd’hui peuvent être le fait d’expositions passées.

« Ces travaux, juge François Veillerette, porte-parole de l’association Générations Futures, montrent que le discours sur la soi-disant rationalité économique d’une agriculture dépendant de l’utilisation massive des pesticides est largement basé sur des études incomplètes qui ne prennent pas en compte la réalité des coûts sanitaires et environnementaux. »

Quatre catégories de coûts cachés

L’étude liste quatre catégories de coûts cachés : environnementaux, sanitaires, réglementaires et, aussi, frais d’évitement. Les premiers chiffrent les dégâts sur les services écosystémiques offerts par la nature (pollinisation, etc.) ; les coûts sanitaires incluent les frais de santé, la perte de productivité des travailleurs, etc. ; les coûts réglementaires englobent les fonds publics pour réglementer et contrôler ces substances, ou assainir les eaux et les milieux contaminés… Quant aux frais d’évitement, ils sont principalement induits par les excédents de dépense des ménages qui optent pour l’alimentation biologique, afin de minimiser le contact avec les pesticides.

Parmi les grands postes de dépense, les auteurs mentionnent les pertes de rendements dues aux résistances aux pesticides développées par les mauvaises herbes ou les ravageurs (soit 2,3 milliards de dollars aux Etats-Unis en 1992), la surveillance des points de captage d’eau (3 milliards de dollars aux Etats-Unis en 1992), la mortalité des oiseaux (6 milliards de dollars aux Etats-Unis en 1192), etc. « Ce qui apparaît comme le poste de dépense le plus important reste le traitement des maladies chroniques liées à l’exposition à ces substances, précise Thomas Guillemaud, chercheur à l’Institut Sophia Agrobiotech (INRA, CNRS, université de Nice-Sophia-Antipolis) et coauteur de l’étude. Mais il existe très peu d’études permettant de chiffrer précisément ces coûts sanitaires. On dispose de beaucoup de travaux sur l’exposition au tabac et à l’alcool et leurs effets, par exemple, mais presque rien sur les pesticides. »

Des études d’ampleur commencent toutefois à être menées, comme celle publiée en 2015 dans la revue Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism. Elle estimait les dégâts sanitaires de l’exposition de la population européenne aux seuls pesticides organophosphorés et organochlorés à quelque… 120 milliards d’euros par an. « Lorsqu’on envisage des changements de pratiques agricoles, comme c’est le cas avec le plan Ecophyto [destiné à réduire de moitié l’usage de pesticides à l’horizon 2025], on n’évalue généralement que les impacts sur les systèmes agricoles, dit Thomas Guillemaud. Notre principale conclusion est qu’il est urgent de produire et de rassembler les connaissances nécessaires pour évaluer correctement les effets économiques de ces changements de manière beaucoup plus large. »

L’économiste de l’agriculture Marion Desquilbet, chercheuse (INRA) à la Toulouse School of Economics (TSE), qui n’a pas participé à l’étude, salue « un travail énorme, qui ouvre une boîte de Pandore ». « Les auteurs ont conduit leur analyse de manière assez conservatrice sur plusieurs aspects, estime cependant Mme Desquilbet. Ils n’ont ainsi pas pris en compte les effets des pesticides sur les malformations congénitales, de la surproduction agricole sur l’obésité, etc. Il aurait aussi été possible d’inclure les externalités sociales liés à l’utilisation des pesticides : ces derniers jouent sur la taille des exploitations, l’emploi, le tissu social… » Des questions si diverses qu’il serait illusoire de chercher à y répondre sans recours à une expertise collective pluridisciplinaire.

Pour dire NON aux pesticides, les faucheurs ciblent les magasins

Les Faucheurs volontaires investissent des jardineries

l

Les faucheurs d'OGM se dressent maintenant contre les pesticides dans les jardineries

Pesticides : les Faucheurs attaquent les rayons de Roundup

Les Faucheurs en « visite » dans les jardineries

Pesticides. Les Faucheurs ont ciblé les magasins

Rassemblement des militants anti-pesticide à Libourne

Faucheurs volontaires : une action coup de poing anti-Roundup

Les anti-OGM ciblent une jardinerie à Nîmes

Fontenay-le-Comte. Happening anti Roundup au Leclerc samedi Les faucheurs débarquent dans les jardineries pour dénoncer le Roundup

AUBENAS Action coup de poing des faucheurs d'OGM pour dénoncer la toxicité des pesticides

Herbicides Selon l'Anses, le glyphosate n’est pas un « cancérogène probable »

vendredi 26 février 2016 à 11:27 • HB • Terre-net Média.

Selon le rapport d'expertise de l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses) publié le 12 février 2016, le glyphosate ne peut pas être classé comme "cancérogène probable".

Suite à l’avis du Centre international de recherche contre le cancer (Circ) de mars 2015, l’Anses (Agence française de sécurité sanitaire) avait été saisie par les autorités françaises pour effectuer un rapport d’expertise sur le glyphosate.

Selon l'agence, le classement de la molécule comme « cancérogène probable » n’est pas justifié. « Au vu du niveau de preuve limité, une classification en catégorie 1A ou 1B (cancérogène avéré ou présumé pour l'être humain, règlement CLP) ne peut être proposée », conclut-elle. L’Anses rejoint ainsi l’avis de son homologue européen, l’Efsa qui, le 12 novembre dernier, avait jugé improbable le caractère cancérogène du glyphosate.

L'Anses rappelle par ailleurs qu'une procédure de réévaluation des préparations à base de glyphosate est en cours. Elle donnera lieu à un nouveau rapport d’expertise en avril 2016 qui portera une attention particulière à la tallowamine, conformément au processus de réévaluation de ce co-formulant initié par la Commission Européenne en début d’année.

Suite à la demande d'interdiction des préparations associant glyphosate et tallowamine envisagée par le ministère de l’environnement, la plateforme Glyphosate France, qui regroupe sept entreprises commercialisant des produits à base de glyphosate, appelle à « éviter toute mesure précipitée, décidée avant même de connaître les résultats d'évaluation des risques des préparations ».

Repost 0
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 06:40

Sète : les tags sur le brise-lames seront bientôt effacés

PHILIPPE MALRIC

Des militants anti-OGM y ont peint des slogans. Le gestionnaire a déposé plainte.

Le brise-lames a été le théâtre, ce samedi, d'un singulier atelier de peinture. Des militants anti-OGM y ont inscrit en grandes lettres blanches des slogans comme “Pesticides, OGM ya basta”, “Port sale”, “Port OGM” ou encore “Sofiproteol = nécrocarburant”.

Par un curieux hasard, le lendemain, quatre-vingts volontaires ont participé au Môle à une grande opération de nettoyage. "On a vu passer des militants anti-OGM, se souvient Olivier Carmès, le directeur de l'EPR Port Sud de France. Ils nous ont distribué des tracts anti-OGM. C'était un moment bon enfant. Mais quand j'ai vu ce qu'il y avait sur le brise-lames, c'était largement moins sympathique et d'une tout autre envergure."

Séance tenante, les autorités portuaires ont porté plainte auprès du commissariat de Sète pour “dégradations de biens publics”. "Le brise-lames n'est pas un lieu d'expression de ce genre", martèle Olivier Carmès.

Ainsi, dans les prochains jours, des hommes de l'Établissement Public Régional Port Sud de France vont embarquer sur des bateaux pour se rendre sur le brise-lames et enlever peintures avec des jets à haute pression. Au besoin, une couche de peinture viendra recouvrir les lettrages encore trop visibles. "Tout sera terminé avant l'arrivée des bateaux d'Escale à Sète", assure le directeur du port. À défaut, cela ferait en effet un peu tache dans le paysage.

Repost 0
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 06:46

Glyphosate : l'UE repousse sa décision

La Commission européenne a dû reporter le vote sur sa proposition de prolonger l'autorisation du glyphosate, faute de majorité après que plusieurs pays européens ont rejoint le camps des opposants à cette substance soupçonnée d'être cancérigène. Les avis scientifiques divergent sur cette substance active largement utilisée dans les pesticides, et notamment dans le Round Up du groupe Monsanto.

Malgré un avertissement du Centre international pour le cancer (CIRC), une agence de l'OMS, l'EFSA, l'Autorité européenne de sécurité des aliments, a estimé "improbable" son risque cancérogène. C'est sur la base de cet avis que la Commission a décidé de proposer un renouvellement pour quinze ans. Mais finalement cela "n'a pas été soumis au vote" à l'occasion d'une réunion d'un comité d'experts représentant les 28 Etats membres de l'UE, lundi et mardi à Bruxelles. Selon deux sources diplomatiques, la majorité qualifiée (55% des Etats membres représentant 65% de la population de l'UE), nécessaire à son adoption, n'a pas pu être atteinte.

L'exécutif bruxellois a refusé mardi de formellement confirmer que le vote sur sa proposition, qui avait déclenché un concert de protestations d'ONG et d'eurodéputés, avait été reporté. "Les services de la Commission et les Etats membres ont discuté de la façon d'aller de l'avant à ce sujet", a déclaré une source à la Commission, soulignant qu'il "reste du temps pour de plus amples discussions", puisque l'échéance pour renouveler l'autorisation du glyphosate n'expire que "fin juin". Le comité d'experts compétent se réunira à nouveau les 18 et 19 mai, mais "si besoin, cette question peut être soulevée avant", a-t-elle précisé.

L'issue de ce vote semblait incertaine dès la semaine dernière, après que les Pays-Bas eurent indiqué qu'ils demanderaient un report, tandis que la France, la Suède et l'Italie avaient prévenu qu'elles voteraient "non". Il semblerait que l'Allemagne, où les écologistes font âprement campagne contre cette substance, ait également été en faveur d'un report. "Malgré le fait que la Grande-Bretagne et la Commission européenne s'associent pour défendre les intérêts de Monsanto, les gouvernements en Europe ont refusé de faire de leurs populations des rats de laboratoire en approuvant une nouvelle licence pour le glyphosate", s'est félicitée mardi Alice Jay, de l'ONG Avaaz, qui a recueilli 1,4 million de signatures contre le renouvellement du produit.

LIRE AUSSI:
» Herbicide : sévère mise en garde contre le glyphosate
» 85% des tampons et serviettes hygiéniques contiendraient du glyphosate

Lefigaro.fr avec AFP

Repost 0
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 05:24
Pesticides et OGM, quand la Commission européenne fait le jeu des multinationales

Par : Huffington Post

7 mars 2016

La Commission européenne n’a donc toujours pas compris. À l’heure où la protection de l’environnement et de la santé deviennent des préoccupations majeures de nos concitoyennes et nos concitoyens, l’exécutif européen semble avoir choisi son camp: le lobby de l’agrochimie.

José Bové est eurodéputé d’Europe Ecologie-Les Verts, membre du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen et militant écologiste. Michèle Rivasi est une eurodéputée d’Europe Ecologie-Les Verts et la fondatrice de la CRIIRAD. Bart Staes est un eurodéputé belge Groen (Verts flamands), membre du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen. Philippe Lamberts est un eurodéputé belge Ecolo co-président du Groupe des Verts/ALE au Parlement européen.

Alors même qu’une étude de mars 2015 réalisée par des chercheurs européens et américains a évalué le coût des perturbateurs endocriniens à hauteur de 157 milliards d’euros pour l’économie européenne, du fait des maladies que ces substances causent, l’équipe de Jean-Claude Juncker, président de la Commission, persiste dans sa volonté de ne pas réguler.

En tant que député-e-s au Parlement européen, nous nous faisons le devoir d’alerter l’opinion publique et de raconter la scène tragique qui s’est jouée ces dix derniers mois. Une opinion publique qui a maintes fois faire part de ses inquiétudes vis-à-vis des organismes génétiquement modifiés (OGM) et des pesticides dont la Commission européenne semble faire peu de cas.

>> Lire : Les trois quarts des Allemands contaminés au glyphosate

L’herbicide de la discorde

Pour tout comprendre, il faut revenir en mars 2015, lorsque le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a évalué le glyphosate, la substance active du RoundUp, l’herbicide le plus utilisé au monde et commercialisé par la multinationale américaine Monsanto. En ce début de printemps, le CIRC estime que le glyphosate est « probablement cancérogène » pour l’être humain. Cette évaluation a été effectuée en toute transparence par des experts indépendants de l’industrie chimique.

Mais voilà que le glyphosate doit être réévalué au niveau européen pour savoir s’il sera de nouveau autorisé pour dix ans à partir de juin 2016 et c’est l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA, en anglais) qui va s’en charger. Totalement à contre-courant de l’avis du CIRC, l’EFSA publie son évaluation le 12 novembre et estime que le glyphosate « n’est probablement pas cancérogène ». Cette conclusion des experts de l’EFSA est scandaleuse. Tout d’abord, car elle a été élaborée dans la non-transparence la plus totale. Certains experts qui ont conseillé l’EFSA, dans le cadre de l’évaluation du glyphosate, n’ont pas rempli leur déclaration de conflits d’intérêts.

Ensuite, l’agence a fondé son avis, entre autre, sur des études « scientifiques » non-publiées dans leur intégralité et qui n’ont pas été revues par les pairs comme il est coutume de le faire dans le milieu scientifique pour s’assurer de la qualité des études. De même, le glyphosate est toujours utilisé avec des adjuvants pour produire un herbicide comme c’est le cas pour le RoundUp mais l’EFSA s’est limitée à évaluer le glyphosate pure sans prendre en compte son effet quand il est mélangé à d’autres substances. Il semble que les conditions réelles d’utilisation des herbicides n’intéressent pas l’agence européenne, ce qui n’est pas le cas des 96 scientifiques de renommé internationale qui ont adressé une lettre au Commissaire à la santé Vytenis Andriukaitis le 27 novembre pour lui indiquer clairement de reconsidérer l’avis de l’EFSA qui ne remplit pas les critères scientifiques usuels sachant que la Commission devra renouveler ou non l’autorisation du glyphosate en fonction de l’avis de l’Agence.

OGM, en voulez-vous? En voilà.

Hélas, ce n’est pas le seul scandale qui se déroule sous nos yeux. Jean-Claude Juncker a décidé de faire plaisir à Monsanto et aux multinationales de l’agrochimie sur tous les plans. Alors que, le 1er décembre, la majorité des députés de la commission environnement et santé publique du Parlement européen ont voté contre l’autorisation de l’importation d’un maïs OGM pour la nourriture animale et humaine en Europe, la Commission européenne a confirmé cette autorisation quatre jours plus tard sans même attendre le vote en plénière. Ce maïs se trouve être le NK603 x T25 de Monsanto, qui est, entre autres, tolérant au… glyphosate. La boucle est donc bouclée. L’EFSA nous annonce dans un premier temps que le glyphosate n’est pas dangereux puis, dans un second temps, la Commission autorise un maïs génétiquement modifié pour supporter des fortes doses herbicide à base de glyphosate. C’est le paradis européen pour les multinationales. Avec de telles méthodes antidémocratiques, Jean-Claude Juncker ne devrait pas s’étonner de la montée de l’euroscepticisme dans certains États membres.

Certes la Commission européenne et son Président incarnent l’Europe, mais quelle Europe? L’Europe des multinationales? L’Europe de la petite politique à court terme? Nous, député-e-s au parlement européen, nous battons chaque jour pour une Europe qui fasse primer l’intérêt général sur l’intérêt particulier, la santé des agriculteurs et des consommateurs sur les profits des multinationales.

Nous ne pouvons pas accepter la politique actuelle menée par la Commission européenne dans le domaine de l’environnement et de la santé. La transition vers une agriculture durable et saine au service de tous les citoyens et sans danger pour les agriculteurs et les écosystèmes est notre priorité. C’est pourquoi nous appelons solennellement la Commission à relancer une procédure d’évaluation transparente du glyphosate. En outre, l’exécutif européen vient d’être condamné par la Cour de Justice de l’Union européenne pour ne pas avoir fixé de cadre pour encadrer les perturbateurs endocriniens. Tant qu’aucune réglementation n’aura été prise dans ce domaine, le glyphosate, qui est un perturbateur endocrinien, ne devrait pas être ré-autorisé. De même, nous demandons sans ambiguïté une interdiction de l’autorisation de nouveaux OGM, sachant que ceux-ci sont en général produits pour tolérer plus de pesticides tels que le RoundUp.

La politique d’intoxication de la Commission doit cesser au plus vite. Pour l’exécutif européen les pesticides et les OGM sont les meilleurs protecteurs de notre environnement. Ou comme si l’on vivait en direct ce qu’écrivait George Orwell dans 1984: « la guerre c’est la paix, l’esclavage c’est la liberté et l’ignorance c’est la force ».

>> Lire aussi :Des médecins sonnent l’alerte sur les perturbateurs endocriniens

Cette opinion est initialement parue sur le Huffington Post.

Comment réduire l'usage des pesticides dans les vignes ?

Par un moyen simple et efficace : laisser les mauvaises herbes côtoyer les ceps de vigne ! L'enherbement permanent a de multiples avantages à condition de bien gérer la concurrence exercée sur la plantation. Reportage sur les collines de l'Hérault (34) dans le vignoble de Faugères.

Reportage vidéo | Agriculture | 07 mars 2016 | Baptiste Clarke

Rappelons en premiers lieux que c'est la géologie du secteur qui a poussé les viticulteurs de Faugères à enherber leurs vignes. L'essentiel du vignoble pousse sur un sol de schistes, c'est-à-dire de la roche. Certains vignobles donnent ainsi l'impression qu'il n'y a pas du tout de terre au pied des ceps ! Ce sol déjà fragile subit également les effets du relief des collines et du vent très présent.

Stratégie de gestion de l'enherbement permanent

Le premier avantage recherché par ces viticulteurs est donc de limiter l'érosion du sol. "On ne laboure plus les sols, on essaye d'intervenir le moins possible" explique Frédéric Albaret, viticulteur bio. Mais si l'enherbement permet de limiter la dégradation des sols, il ne faut pas non plus que les herbes concurrencent trop les ceps (pieds de vignes). Comment limiter cette concurrence ? "En passant le tracteur avec une machine spéciale, on va coucher l'herbe au sol, ça va casser les tiges, ce qui va arrêter leur croissance. On aura une sorte de couverture végétale qui va protéger le sol tout l'été des rayons ultraviolet qui détériorent la matière organique et l'humus".

Des scientifiques de l'institut national d'études supérieures agronomiques (Inra) de Montpellier suivent de très près les expérimentations de Frédéric Albaret. A l'heure actuelle ils effectuent divers prélèvements, font l'état des lieux des parcelles. "L'enherbement peut permettre de maîtriser la vigueur sur des parcelles trop vigoureuses ou au contraire comme ici, où on a semé de la vesce, pour apporter de l'azote à la vigne, pour un soutien à la vigueur et à la fertilité des sol" précise Raphaël Métral, ingénieur agronome à Montpellier SupAgro.

En somme en fonction des caractéristiques des parcelles, une stratégie de gestion sera mise en place : "l'enherbement peut aussi entraîner des inconvénients, des risques de concurrence trop important avec la vigne pour l'eau, l'azote, les autres minéraux" prévient Léo Garcia, doctorant à Montpellier SupAgro. Et de rajouter "en fonction des objectifs visés, apport d'azote, de matière organique ou limiter l'érosion, on ne va pas forcément semer la même espèce d'enherbement."

Moins de pesticides, moins de pollution

Frédéric Albaret qui passe dans ses vignes avec du soufre et du cuivre pour lutter contre le mildiou ou l'oïdium espère réduire de près d'un tiers ses traitements grâce à l'enherbement.

Il semblerait en effet, selon Léo Garcia, que si l'on décide de diminuer la vigueur de la vigne par l'enherbement, "la vigne va produire moins de feuille et ça créer des conditions moins favorables aux champignons qui aiment plutôt l'humidité". Aussi "l'enherbement va attirer des insectes qui vont manger des insectes parasites pour la vigne". Concernant la pollution de l'eau "les herbes peuvent limiter l'écoulement en surface, l'eau chargée de produits chimiques va plutôt s'infiltrer et rester dans la première couche du sol plutôt que ruisseler vers les cours d'eau" et polluer des zones très sensibles et d'autre part "ce n'est pas encore très bien étudié mais le couvert végétal aurait tendance à favoriser la dégradation des molécules toxiques puisque ça favorise l'activité biologique des bactéries".

L'enherbement dans les vignes fait parti des MAEC, (mesures agro-environnementales et climatiques). Des aides financières sont attribuées aux viticulteurs qui désirent engager de telles mesures. Exemple, sur les vignes qui se situent dans un secteur prioritaire (aire de captage d'eau potable) les aides avoisinent les 150 euros à par hectare et par an pour un viticulteur qui s'engage pendant cinq ans à ne pas utiliser d'herbicide sur les inter-rangs et à laisser un enherbement spontané un inter-rang sur quatre. Ces aides peuvent monter jusqu'à plus de 430 euros par hectare et par an pour une absence totale de traitement phytosanitaire de synthèse. Un technicien agrée établira plusieurs bilans sur toute la durée du contrat d'engagement.

Baptiste Clarke, journaliste
Reporter d'im
ages © Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [26354] / utilisation du flux d'actualité.

Les trois quarts des Allemands contaminés au glyphosate ...

Par : Nicole Sagener | EurActiv.de | Traduit par: Manon Flausch

7 mars 2016

Une grande majorité d’Allemands sont contaminés au glyphosate, un herbicide « probablement cancérigène » selon l’OMS, alors que la Commission appelle à un renouvellement de son autorisation dans l’UE. Un article d’EurActiv Allemagne.

L’étude menée par la Fondation Heinrich Böll révèle une vérité inquiétante : 75 % des Allemands sont contaminés au glyphosate, un herbicide très controversé. Du glyphosate a été trouvé dans l’urine de 99,6 % des 2 009 personnes étudiées.

Selon les résultats de l’étude, qui examinait les résidus de glyphosate dans l’urine, dans 75 % des cas, le taux d’herbicide est cinq fois plus haut que le maximum autorisé dans l’eau. Pour un tiers de la population, les résultats sont encore plus effarants, avec entre dix et 42 fois le taux maximum autorisé.

C’est chez les enfants et adolescents (jusqu’à 19 ans), que les taux les plus inquiétants ont été relevés, en particulier chez les enfants d’agriculteurs. Les végétariens et végétaliens présentent un niveau de glyphosate moins élevé que ceux des Allemands qui mangent de la viande.

>> Lire : Bruxelles promet d’avancer sur les sujets santé

« L’enquête a confirmé les résultats de l’agence fédérale pour l’environnement : l’urine de la majorité de la population présente des résidus de glyphosate », explique Monika Krüger, vétérinaire à la retraite qui a supervisé l’étude. C’est l’analyse la plus large jamais menée sur le sujet.

Monika Krüger souligne l’importance de mener davantage d’études afin de comprendre réellement le lien entre l’exposition au glyphosate et certains problèmes de santé.

« Nous avons à présent tous été contaminés par du poison, il me semble donc évident que l’autorisation [du glyphosate] ne devrait pas être renouvelée jusqu’à 2031 », estime Harald Ebner, spécialiste des politiques d’ingénierie génétique et de bioéconomie pour le parti des Verts.

Renouvèlement

L’autorisation d’utilisation du glyphosate expire le 30 juin et le Conseil se prononcera sur son renouvèlement lors du sommet des 7 et 8 mars. La Commission européenne s’est prononcée en faveur d’un renouvèlement de l’autorisation d’utiliser du glyphosate dans l’UE.

Certaines personnalités politiques, comme Jean-Luc Mélenchon, Michèle Rivasi ou José Bové, se sont opposées au renouvèlement de l’autorisation. Une pétition a été lancée pour stopper le renouvèlement de l’autorisation.

Des analyses scientifiques sont toutefois encore en cours. Une étude est en effet menée par l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA), et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) collabore avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour en conduire une autre. Harald Ebner appelle Christian Schmidt, ministre allemand à l’Agriculture, et Barbara Hendricks, ministre à l’Environnement, à s’opposer au projet de la Commission.

>> Lire : La médiatrice tance Bruxelles sur la régulation des pesticides

Maria Krautzberger, présidente de l’agence fédérale pour l’environnement (UBA), n’a pas été surprise par les résultats de l’étude et souligne que l’UBA était arrivé aux mêmes conclusions lors d’une étude d’ampleur plus modeste. La présence de glyphosate dans l’urine des citoyens n’est en effet pas surprenante, étant donné l’utilisation intensive de l’herbicide. L’UBA souhaite également que d’autres recherches soient effectuées, étant donné que l’UE devrait interdire l’utilisation de pesticides contenant des substances « probablement cancérigènes ».

L’institut fédéral d’évaluation des risques (BfR) estime cependant que l’évacuation rapide du pesticide le rendait inoffensif, malgré les taux catastrophiquement élevé.

« La Commission européenne persévère dans des décisions qui jettent le discrédit sur nos institutions », estime l’eurodéputée Michèle Rivasi, qui souligne que le glyphosate est classé par l’OMS comme « probablement cancérigène » et qu’il induit des perturbations endocriniennes nocives pour la santé. Elle qualifie les critères de décision de la Commission de « scientifiquement douteux et opaques ». « Ni la condamnation de la Cour de justice de l’UE contre la Commission pour ne pas avoir défini des critères encadrant les perturbateurs endocriniens ni le principe de précaution ni la santé publique ne semblent faire le poids pour contrecarrer l’influence de l’industrie chimique. »

« L’UE a beau jeu de se targuer d’être à la pointe de la législation environnementale et de protection de la santé. Rappelons au passage que le RoundUp, l’herbicide de Monsanto comprenant du glyphosate, est en passe d’être étiqueté « cancérigène » en Californie. Manifestement , comme pour le Diesel, le glyphosate serait cancérigène pour les Californiens, mais inoffensif pour les Européens », raille-t-elle.

SumOfUs

  • Pétition contre l'autorisation du glyphosate
  • Article sur la réglementation des plantes génétiquement modifiées pour résister à des produits chimiques agricoles
  • Sélection variétale : L'AFBV propose sa classification des nouvelles technique
  • Selon l’Association française des biotechnologies végétales, « une interprétation extensive de la directive 2001/18/CE qui assimilerait toutes les nouvelles techniques aux OGM aurait des conséquences très inquiétantes ».
  • L’Association française des biotechnologies végétales (AFBV) a proposé le 7 mars 2016, une classification des nouvelles technologies végétales (NPBT) « qui positionne chacune d’entre elles par rapport à la directive européenne (environnement) et au règlement européen 1829/2003 (alimentation humaine et animale) ». Elle tient compte des positions d’autres pays européens. Le Haut-Conseil des biotechnologies et les semenciers se sont déjà positionnés sur le sujet.

    L’Europe doit se prononcer dans les semaines à venir sur la réglementation de chacune de ces nouvelles techniques en distinguant si la plante finale est un OGM ou pas. « Une interprétation extensive de la directive 2001/18/CE, contraire aux avis récents de pays membres, qui assimilerait toutes les nouvelles techniques aux OGM aurait des conséquences très inquiétantes : la disqualification du secteur des semences et de la recherche publique européenne, ainsi que la poursuite de l’affaiblissement de l’agriculture européenne », selon un communiqué.

    L’association a transmis cette classification au gouvernement français et aux instances européennes.

    Pour l’AFBV, ces technologies « vont révolutionner la recherche sur la sélection des plantes au XXIe siècle », parce qu’elles sont plus flexibles, plus précises car mieux ciblées sur les gênes d’intérêt des plantes. L’AFBV veut ainsi une clarification réglementaire rapide des NPBT pour en faire bénéficier les agriculteurs « de manière harmonisée avec l’Amérique ».

Repost 0
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 07:00

Pesticides : des ONG portent plainte contre Monsanto et l'Europe

Par Sciences et Avenir avec AFP

Alors que la Commission européenne s’apprête à renouveler pour 15 ans l’autorisation du principal composant du désherbant Roundup, un collectif d'ONG porte plainte contre l'entreprise qui le produit, Monsanto, et l'Autorité européenne de sécurité des aliments.

À lire aussi

Un collectif d'ONG (Global 2000, PAN Europe, PAN UK, Générations Futures, Nature et Progrès Belgique et wemove.fr) a annoncé mercredi 2 mars 2016 porter plainte contre Monsanto et l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) pour distorsion d'analyses scientifiques afin de prouver l'innocuité du glyphosate, un pesticide controversé. "Nous sommes fondés à penser que les autorités européennes et les industriels ont cherché, via des interprétations faussées d'analyses, à maintenir le glyphosate sur le marché européen malgré ses probables effets cancérogènes pour l'être humain", a indiqué l'avocat de Global 2000, Josef Unterweger.

L'annonce de cette plainte intervient alors qu'un comité d'experts représentant les États membres de l'Union européenne doit statuer les 7 et 8 mars sur le renouvellement de l'autorisation du glyphosate, qui expire fin juin 2016. Cette substance très utilisée notamment par les exploitants agricoles a été déclarée cancérogène "probable" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en mars 2015. La Commission européenne s'est toutefois prononcée en faveur d'un renouvellement de son autorisation de commercialisation, après un avis de l'EFSA, qui avait suscité la polémique en novembre en jugeant "improbable" le risque cancérogène de ce pesticide. Global 2000 et d'autres ONG européennes reprochent à l'EFSA d'avoir repris telles quelles les conclusions de l'autorité sanitaire allemande BfR, qui avait elle-même endossé les conclusions du géant américain Monsanto en dépit d'"entorses grossières" à la méthodologie scientifique.

Selon les plaignants, les études épidémiologiques de l'OMS ont relevé un risque accru de 50% de cancer des nœuds lymphatiques chez les personnes travaillant avec du glyphosate. Les plaintes avec constitution de partie civile ont été déposées devant le parquet de Vienne et de Berlin et visent également le BfR, précise Global 2000, dans un communiqué. De son côté, la Ligue contre le cancer annonce s'associer à ce collectif d'ONG en réclamant le non-renouvellement de l'autorisation du glyphosate en Europe et a lancé une pétition qui a déjà recueilli plus de 85.000 signatures.

Lise Loumé avec AFP

Bras de fer sur l’avenir du Roundup en Europe


http://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2016/03/07/bras-de-fer-sur-l-avenir-du-roundup-en-europe_4877581_3244.html

Le Monde | 07.03.2016 à 06h42 • Mis à jour le 07.03.2016 à 07h15 | Par Stéphane Foucart

Votera, votera pas ? La Commission européenne espérait expédier l’affaire sans fracas et faire adopter par les Etats membres, au cours de la réunion du « Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale », prévue lundi 7 et mardi 8 mars, un renouvellement de l’autorisation du glyphosate, celle-ci expirant fin juin 2016 en Europe. Dans un projet de décision, dont Le Monde a obtenu copie, Bruxelles prévoyait une remise en selle de ce désherbant — principe actif du célèbre Roundup de Monsanto — jusqu’en 2031. Mais la semaine écoulée a vu la polémique s’intensifier sur la dangerosité de cette substance, la plus utilisée au monde, et contrarier les projets de Bruxelles. Au point que nul ne semble savoir si la réunion des 7 et 8 mars scellera, ou non, l’avenir de l’herbicide. « Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura discussion sur le glyphosate [les 7 et 8 mars en comité], dit un porte-parole de l’exécutif européen. Mais nous ne sommes pas sûrs que le vote se tiendra. »

La Commission s’appuie sur l’avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Celle-ci, dans un avis rendu le 12 novembre, estime « improbable » que le glyphosate soit cancérogène pour l’homme. Quant aux demandes d’interdiction du produit, elles reposent sur un autre avis, diamétralement opposé, rendu en mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée d’étudier les causes du cancer. Pour le CIRC, le glyphosate est un « cancérogène probable pour l’homme », mutagène (toxique pour l’ADN) et cancérogène pour l’animal.

Devant ce désaccord, ce sont d’abord des députés européens qui ont demandé le report de la décision. A Strasbourg, quatre groupes parlementaires de gauche ont écrit, le 3 mars, au commissaire européen à la santé, Vytenis Andriukaitis, lui demandant de « reporter toute décision, au moins jusqu’à ce que le Parlement européen prenne une position formelle sur le sujet », après « un examen approfondi » du dossier. Le lendemain, la ministre française de l’environnement, Ségolène Royal, surprenait tous les observateurs en annonçant que la France s’opposerait à la proposition de Bruxelles. « La décision proposée est une nouvelle autorisation pour quinze ans, dit Mme Royal au Monde. La France s’alignera sur la Suède pour dire non. » Les Pays-Bas ont de leur côté annoncé que si le vote était maintenu les 7 et 8 mars, ils voteraient contre le renouvellement.

Du glyphosate dans 750 produits

Ces réticences font suite à une intense mobilisation de la société civile. Des pétitions lancées par les organisations non gouvernementales (ONG) Avaaz et Greenpeace, demandant l’interdiction du glyphosate, ont rassemblé plus d’un million et demi de signatures. En France, des associations traditionnellement peu engagées dans la lutte pour la protection de l’environnement, comme la Ligue contre le cancer, ont également appelé à la fin du glyphosate. D’autres ONG européennes – les Amis de la Terre, Générations futures, Pesticide Action Network, etc. – ont annoncé le 3 mars le dépôt d’une plainte devant un tribunal viennois contre l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et la vingtaine d’industriels commercialisant des pesticides contenant du glyphosate, pour « fraude réglementaire » et détournement des procédures en vigueur pour l’évaluation du risque.

La discorde entre l’EFSA et le CIRC a conduit de nombreux scientifiques à examiner le dossier en détail. Pour une part, les divergences s’expliquent par les méthodologies des deux organismes. L’EFSA a pris en compte les études réalisées par les industriels eux-mêmes, et tenues confidentielles. Au contraire, le CIRC n’a tenu compte que des études sur le sujet – environ un millier – publiées dans la littérature scientifique.

Mais pour certains, la différence des corpus évalués par le CIRC et l’EFSA n’explique pas tout. Conduits par Christopher Portier, conseiller du CIRC, an­cien directeur du National Center for Environmental Health américain et l’un des papes de la cancérogenèse, une centaine de toxicologues, d’épidémiologistes et de biologistes ont écrit fin novembre au commissaire européen à la santé, estimant l’avis de l’EFSA « trompeur », fondé sur une démarche « scientifiquement inacceptable ». Une virulence rare dans l’entre-soi des experts – virulence réitérée dans un article publié le 3 mars par le Journal of Epidemiology and Community Health. Critiques auxquelles l’EFSA a répondu.

De leur côté, les industriels assurent que le glyphosate est sûr et qu’il est, dans tous les cas, moins problématique que les autres herbicides disponibles. Les enjeux économiques sont en outre considérables. Le glyphosate n’est pas seulement le principe actif du Roundup : selon les données colligées par l’OMS, il entre dans la composition de plus de 750 produits, commercialisés par environ 90 fabricants répartis dans une vingtaine de pays. De plus, il est la pierre angulaire de la stratégie de développement des biotechnologies, la grande majorité des plantes transgéniques étant modifiées pour le tolérer et rendre ainsi plus simple son épandage. Ces dernières années, l’adoption rapide des cultures OGM dites « Roundup Ready » et apparentées a tiré vers le haut la production mondiale de glyphosate : de 600 000 tonnes en 2008, elle atteignait 720 000 tonnes en 2012.

Au-delà d’une controverse sur la dangerosité d’un pesticide, l’affaire cristallise la crise de confiance actuelle dans le système européen d’évaluation des risques sanitaires et environnementaux. De même que la crise de confiance dans la gestion de ces risques : la Commission a été condamnée le 16 décembre 2015 par le Tribunal de l’Union européenne pour son inaction sur le dossier des perturbateurs endocriniens. Deux mois plus tard, le médiateur européen, dans une décision sévère, fustigeait le laxisme bruxellois en matière d’autorisation des pesticides. Mme Royal et M. Andriukaitis en ont d’ailleurs convenu lors d’une récente entrevue : il faut changer les règles de fonctionnement du système.

Stéphane Foucart
Journaliste au Monde

Repost 0
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 06:02

Vous trouverez un lien vers le projet DISTRACO qui examine " la dispersion des transgènes de colza :( rôle précis des insectes pollinisateurs et du vent dans la pollinisation efficace, et des bennes de récolte dans la dispersion des graines",

et vers la plaquette de présentation du programme national de recherche RiskOGM, Initié par le Ministère français de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE) ,il vise à structurer une communauté scientifique interdisciplinaire sur les OGM.

Les axes de recherche prioritaires de ce programme portent sur les plans de surveillance générale des OGM, la coexistence des cultures, la gouvernance, les aspects économiques, éthiques et sociaux ou encore la démarche globale d’analyse de la sécurité des aliments contenant des produits transgéniques.

Le Ministère a lancé et financé 2 appels à propositions de recherche (APR) depuis le lancement du programme RiskOGM, le premier en 2010 et le second en 2013.

4 projets abordant des sujets variés ont été sélectionnés par le Ministère du Développement durable lors de ces 2 APR :

- APR 2010 : CRYMUC, DISTRACO et EVAGLO

- APR 2013 : GMO90+

Retrouvez plus d'information sur le programme et les projets sur le site dédié : http://www.rechercheriskogm.fr/

Repost 0
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 08:26

Il n'est jamais trop tard,surtout pour le maire de Loupian qui administre une commune rurale"toxifiée" ,de prendre des mesures afin de protéger la santé de sa population , autant que d'assurer à sa commune un développement économique sain et équitable :Pesticides, Santé - generations-futures.fr‎

Mais que dire du maire,sinon qu'il est l'un de ces "poor lonsome pesticideurs" ,et donc,qu'il "administre" autre chose à ses électeurs!

Oui ,il qu'il pulvérise des produits phytosanitaires viticoles,totalement chimiques, sur sa vinassières !Cet élu est donc assez également :maire , chimiculteur et égoïste,puisqu'il asperge sans tenir compte d'autrui depuis toujours,le terroir qu'il exploite de façon quasi solitaire et quasi-monopolistique!

-et la santé des Huîtres spéciales de Thau ?

-et la santé du littoral avec tout ça?

Entre en compte aussi,le respect du labeur des producteurs de la filière ostréi-agricole (si possible non-triploïde: Les huîtres triploïdes sur la sellette).Car entre la qualité et la chimie agricole,il faut choisir!C'est ce que disent faire certains exposants-exploitants , au salon 2016 !

Salon de l'agriculture : industriels et éleveurs ... - Novethic

Question choix,cette commune riveraine d'un plan d’eau intérieur et majeur avait fait ,en 2012 ,une série de choix improbables qui laissaient entrevoir ,avec l'équipe de Turrel aux manettes ,le pire en matière de respect de l’environnent et de l'agenda 21 de la commune!

Le premier choix consistant à s'afficher assez favorablement pour un Hinterland de Poussan ,

et son lot de pollutions et de nuisance ,n'a fait que soulever une opposition locale forte et qui perdure car la graine une fois germée ,s'est multipliée si l'on en crois la dynamique associative!

Et l'autre choix en politique-voyoue de Turrel,fut de refuser à la population l'opportunité écologique qui se présentait à la commune ,via le SMBT ,par le classement protecteur Natura 2000 pour l'embouchure du Palas sur l'étang de Thau .Ce fait à suscité une levée de bouclier nationale suite à la répression de l'action d'enchainement d'un militant local dans la mairie !

Mais pour quelle obscure raison refuse -t-on une NOUVELLE JEUNESSE POUR LES COURS D'EAU DE THAU?

Quatre ans après ces choix d'un autre age par Turrel et d'Alain Vidal ,(son premier adjoint de l'époque et actuel maire),la suite on la connait par des courses de VTT casse-muraille validées par le maire,c'est le désintérêt municipal,voir son mépris ,pour la nature.

La récente destruction de la ripisylve en amont du Palas au fin fond du chemin du four à chaux ,s'est déroulée sans qu'aucun moyen de contrôle sur l'équilibre écologique ne soit déployé, ce qui démontre par là l'indifférence des élus à la protection de notre patrimoine environnemental!

Et l'on peut rêver qu'à propos de la grave dévastation de la nature à La Rouquette , le journalisme local ne s'autocensure pas trop en relatant ces faits de gabegie :mieux vaut préserver les bonnes relations avec l'édile Vidal Alain à Loupian

que de recueillir justement , les inquiétudes du plus grand nombre

L'absence totale de réaction de la mairie malgré les alertes du voisinage et du monde associatif sur le saccage écologique de la Rouquette ,en dit long sur la légèreté qu'à la municipalité de traiter son agenda 21,mais rassure quand à la réactivité du monde associatif et de la communauté des citoyens.

Dans l' article du midi libre qui paraitra probablement la semaine prochaine , gageons que le rédacteur de Sète sera un fidèle de base à la déontologie journalistique , et qu'il aura le courage de pointer réellement les responsabilités du maire et de son conseil décriées dans cet écocide local mené par un particulier!

Ce qui est certain par contre ,c'est que Loupian reste un bon élève pour tout sujet concernant la dispersion des produits pesticides .Or pour éviter une fuite en avant vers les cancers , Alain Vidal devrait se raisonner,afin de préserver sa population ,et ensuite la santé de ses élus dont un certain nombre a été traités par la chimio.Concernant le cancer du sein qui a touché une responsable de l'environnement , une association positive a été observée entre l'exposition au PCB et le cancer du sein. Dans le cas du DDT, une étude publiée en 2013 indique un risque accru chez les femmes exposées très tôt dans leur vie1

Alain Vidal pourrait arrêter le massacre en passant d'abord sa viticulture en bio .La commune très viticole ,pourrait pour l'exemple y développer des projets écologiques diversifiés,et casser ainsi le conflit d’intérêt et le favoritisme familial que le maire entretien avec son fils.Car cela fait trois mandats que la municipalité en bonne bande d'abrutis au service du seul et plus important bénéficiaire de foncier agricole ,(l'actuel maire ),refuse systématiquement toute installation nouvelle d'agriculteur pour conserver une main mise d'Alain Vidal sur le territoire de la commune de Loupian!

Il est temps maintenant de CLASSER enfin le bassin versant de l'étang de Thau ,zone du Pallas , en ZONE AGRICOLE PROTÉGÉE .Cela aurait du sens pour accueillir une agriculture biologique ,qui est la solution d'avenir !

A ce propos :Etiez-vous parmi les plus de 3 millions de téléspectateurs qui ont regardé le Cash Investigation d’Elise Lucet consacré aux pesticides? Vous avez été choqués?

Aujourd'hui, vous pouvez agir ! Signez la pétition pourdire non au glyphosate !

Trente ans de loi Littoral : quel bilan, quel avenir ?

Une session du séminaire Développement durable et économie de l'environnement

12h30 - 14h00, à Reid Hall

La loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral – la « loi Littoral » – a été adoptée le 3 janvier 1986. Loi d’urbanisme s’appliquant à l’ensemble des communes riveraines de la mer et des plans d’eau intérieurs de plus de mille hectares, elle constitue le point d’orgue d’une réflexion menée dès le début des années 1970 afin de limiter le bétonnage des côtes. Visant à assurer un équilibre entre développement et protection du patrimoine naturel et culturel, ses dispositions s’imposent à tout document de planification des sols, au premier rang desquels les plans locaux d’urbanisme (PLU) élaborés par les communes. Trente ans après son adoption, la loi Littoral est toujours l’objet de controverses. Pour certains, elle s’est incontestablement montrée efficace dans la limitation de l’artificialisation des sols. Pour d’autres, elle est le symbole d’une « revanche » de l’administration lui permettant d’exercer un pouvoir excessif sur l’aménagement des côtes, freinant par ailleurs son développement économique.

Cette séance du séminaire sera l’occasion de dresser un bilan de l’application de la loi Littoral et de s’interroger sur sa capacité à répondre aux enjeux des littoraux de demain. La loi Littoral a-t-elle atteint ses objectifs ? Quel est son avenir et comment peut-elle intégrer les problématiques émergentes, notamment celle des impacts du changement climatique ?

Lucien Chabason, co-rédacteur de la loi Littoral, et Arnaud Gueguen, chargé de mission au GIP Littoral Aquitain, apporteront des éléments de réponse et ouvriront le débat.

>> Voir l'interview de Lucien Chabason

>> Voir l'interview d'Arnaud Gueguen

en allant sur:
http://www.iddri.org/Projets/Seminaire-Developpement-durable-et-economie-de-l-environnement/Trente-ans-de-loi-Littoral-quel-bilan,quel-avenir

Hinterland de Poussan : que va faire la nouvelle Région ?

L’emplacement de la base arrière du port sétois n’est pas tranché. PA L'utilisation de l'article, la reproduction, la diffusion est interdite - LMRS - (c) Copyright Journal La Marseillaise

Elus et associations opposés au projet espèrent que le changement de gouvernance va redistribuer les cartes.

Est-ce que la nouvelle Région va abandonner l’idée de créer une base arrière du port de Sète à Poussan ? La question n’est visiblement pas tranchée. En effet, une délibération portant sur l’acquisition de terrains sur la ZAD (zone d’aménagement différé) de Poussan a été mise à l’ordre du jour, puis retirée, de la commission permanente du 11 mars prochain. Étonné qu’une telle délibération « rédigée comme si rien ne s’était passé depuis la création de la ZAD en 2010 alors que depuis le Scot*, approuvé en 2014, a exclu l’hinterland dans sa configuration initiale », François Liberti, conseiller départemental et président de l’association des élus communistes et républicains, a écrit à Carole Delga en lui suggérant de rencontrer les acteurs de terrain, mobilisés contre ce projet . « Oui le port de Sète a besoin pour se développer de bases à terre, convient-il, mais des terrains à proximité du port existent, notamment les 70 hectares de la Zifmar encore en eau et plate-forme en devenir, comme le projet d’extension du port l’a prévu. Oui il faut une base logistique de transport mais basée sur l’intermodal et non sur le tout camion et tout autoroute inhérent au site de Poussan. Aujourd’hui 94% du trafic portuaire entrent et sortent par camions. A l’heure de la COP21, ajouter encore du camion est impensable. »

L’alternative agro-écologique

Analyse partagée par l’association « Initiatives citoyennes » (ancien collectif « Non à l’hinterland »). Dans un courrier adressé aux élus régionaux de la liste « Nouveau monde en commun », elle rappelle : « le projet « hinterland », pudiquement rebaptisé parc écologistique » est inutile. L’ex-Région n’a produit aucun document, même sommaire, permettant d’en connaître les grandes lignes et d’en justifier l’intérêt pour le port de Sète et a fortiori les citoyens. Dans l’esprit de vos propres engagements politiques, nous vous proposons de transformer cette opération de spéculation foncière en projet exemplaire pour la préservation des terres agricoles et de l’environnement. En effet, le territoire de la ZAD constitue un corridor écologique vital entre la colline de la Moure et le massif de la Gardiole. Il permet notamment la circulation des eaux naturelles (La Vène) qui alimentent l’étang de Thau dont l’équilibre biologique est particulièrement fragile. C’est également une coupure d’urbanisation essentielle entre Gigean et Poussan. »

A une réserve foncière sans objet, l’association propose de substituer un véritable projet agro-écologique avec des fermes paysannes et un centre de formation, Des arguments auxquels Carole Delga, qui s’est positionnée pour la relocalisation de l’économie, l’agriculture bio et paysanne et les circuits courts, devrait être sensible.

Emmanuelle Stange

Repost 0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 08:18

Pesticides : "mon fils Théo, 7 ans, est probablement victime du glyphosate"

Publié Le 23 Février 2016 à 19h31

Atteint d'une grave malformation de naissance qui altère sa voix, Théo, 7 ans, a déjà subi cinquante opérations. Pendant sa grossesse, sa mère utilisait du Roundup, l'herbicide best-seller de la multinationale Monsanto, contenant du glyphosate. Elle est persuadée que cette molécule est responsable de la maladie de son jeune fils.

Le reportage d'envoyé spécial sur l'histoire de Théo, 7 ans, probablement victime du Roundup et du glyphosate. A découvrir sur le site www.francetvinfo.fr

L'atrésie de l'oesophage. C'est la très rare malformation avec laquelle est né le petit Théo. A 7 ans aujourd'hui, il a déjà subi cinquante opérations. Son système respiratoire et digestif est très gravement atteint. Il vit avec une trachéotomie qui altère considérablement sa voix.

Pour ses parents, il n'y a pas de doute : si Théo est né comme ça, c'est parce que pendant sa grossesse, Sabine, sa maman, traitait le pré où elle gardait ses chevaux avec un herbicide en vente libre qu'elle croyait inoffensif : le le Roundup. Best-seller de la firme américaine Monsanto, ce produit, aujourd'hui reconnu comme toxique pour la santé et l'environnement, contient du glyphosate.

Le lien entre ce produit et la maladie de Théo est impossible à prouver. Ses parents militent pour arrêter la commercialisation du glyphosate. Aujourd'hui encore, 17 millions de Français utilisent du Roundup dans leur jardin malgré tous les risques que cette utilisation implique !

Les études menées par le professeur Gilles-Eric Séralini ont démontré, dès 2012, les effets génotoxiques du Roundup sur des rats exposés. Le vendredi 20 mars 2015, le glyphosate a été classé comme substance cancérogène "probable chez l'homme" par l'OMS. Le 16 février 2016 (2 jours avant la diffusion du reportage d'Envoyé Spécial racontant l'histoire de Théo...), Ségolène Royal a demandé une réévaluation immédiate de l'ensemble des produits phytosanitaires contenant du glyphosate et en outre le retrait des autorisations de mise sur le marché des produits concernés présentant des risques préoccupants.

L'histoire de Théo est à découvrir dans "Pesticide, la malédiction du soja", un reportage de Pierre Morel et Mauricio Rabuffetti diffusé dans "Envoyé spécial" diffusé le jeudi 18 février et à voir en replay sur le site www.francetvinfo.fr.

ME

Polémique : pourquoi Kamel Daoud a raison

Jeune Afrique‎ -

Je vous défie de démontrer le contraire de ce qu'affirme Kamel Daoud, qui, lui, vit sur le terrain, observe quotidiennement un monde où les ...

Repost 0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 06:59

Communiqué de presse: La Via Campesina, Le Mouvement Agroécologique en Amérique latine et aux Caraïbes (MAELA) et l’Alliance Continentale des Femmes Indigènes d’Amérique (ECMIA).

Les nouveaux « Organismes vivants modifiés » arrivent cachés à la FAO,(Rome, Lundi 17 Février 2016) ;

L'industrie a choisi la FAO pour jeter un voile de fumée sur ses nouveaux Organismes Vivants Modifiés1. Du 15 au 17 février, les participants du Symposium International de la FAO sur "le rôle des biotechnologies agricoles dans les systèmes alimentaires durables et la nutrition" qui a eu lieu à Rome, ont écouté près de 80 intervenants de l'industrie, de la recherche et de quelques gouvernements et seulement un seul représentant de la société civile et des mouvements sociaux invité parmi les panélistes.

Les nouveaux éléments de propagande soutenus par une poignée de gouvernements sont d'une simplicité choquante: les biotechnologies ne se réduisent pas aux Organismes Vivants Modifiés ; les savoirs paysans sont aussi des biotechnologies donc les nouveaux Organismes vivants modifiés sont comme les savoirs paysans et indigènes, c’est-à-dire qu’ils ne constituent pas des organismes vivants modifiés.

L'industrie espère pouvoir ainsi imposer ses nouveaux Organismes Vivants Modifiés brevetés sans les soumettre aux obligations internationales de traçabilité et d'étiquetage, ni aux lois nationales de sécurité sanitaire et environnementales qui permettent aux États de les refuser.

Derrière ces nouveaux Organismes Vivants Modifiés cachés se dissimulent les brevets sur les gènes natifs de toutes les semences paysannes du monde. C'est ainsi que l'industrie veut s'emparer des semences et interdire aux paysans de conserver leurs connaissances ancestrales pour développer leur propres innovations qui commencent par la production collective et les échanges de semences paysannes.

Nous appelons les gouvernements et la FAO à dénoncer cette manipulation grossière et à soutenir au contraire les innovations biologiques paysannes et traditionnelles ainsi que les systèmes semenciers paysans seuls à même d'adapter les cultures aux défis des changements climatiques et de garantir la souveraineté alimentaire des peuples. Nous faisons également appel aux gouvernements afin qu'ils assurent le respect des règles fixées pour rendre effective la participation des organisations de la société civile lors des événements organisés par la FAO.

(1) « Organisme Vivant Modifié » est la dénomination internationale reconnue des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM), telle que définie par le Protocole de Carthagène de la Convention sur la Diversité Biologique

Pour en savoir plus:

La Via Campesina: Mouvement Paysan International
MAELA

ECMIA

Food SovereigntyFoodSovereignty.org -
Repost 0

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact