Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 08:14

 

 

Politique Pays membres

Royaume-Uni : “Que la folie des droits de l’homme cesse”

3 octobre 2014

VoxEurop Daily Express

Daily Express, 3 octobre 2014

Le gouvernement britannique entend revoir ses relations avec la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). Il s’agirait de ne plus considérer la CEDH que comme un “organe consultatif” qui, de fait, ne pourrait plus faire “ingérence dans [les] affaires” du pays, écrit le Daily Express.

La nouvelle déclaration des droits et des devoirs que le gouvernement conservateur projette de présenter priverait les juges de Strasbourg “de leurs pouvoirs qui leur permettent de s’immiscer [dans les affaires] britanniques”. Le quotidien conservateur explique que selon le projet du gouvernement,

Si les juges rejettent [la transformation de la CEDH en simple organe consultatif], alors la Grande-Bretagne quitterait la Convention européenne des droits de l’homme. En conséquence, le pays ne relèverait plus de la compétence de la Cour. [...] [Ce projet du gouvernement] va sans aucun doute provoquer l’ire des Libéraux-démocrates, des Travaillistes et des militants des droits de l’homme. Mais il a été largement salué [...] par les députés conservateurs. Ceux-ci rapportent que les électeurs sont remontés contre ces juges étrangers non-élus, qu’ils considèrent comme étant du côté des immigrés clandestins, des individus soupçonnés de terrorisme et des criminels.

Repost 0
4 octobre 2014 6 04 /10 /octobre /2014 04:22

Un Franco-Palestinien détenu par Israël 

 

Communiqué de la Plateforme Palestine, l’ACAT, l’AFPS, la LDH et Amnesty International France

 

Raed Abou Badawia, un Franco-Palestinien de 41 ans professeur de droit de l’université an-Najah de Naplouse, est détenu depuis le 21 septembre [1] par les autorités israéliennes. Nous demandons que M. Badawia bénéficie de la protection consulaire française en raison du risque élevé de torture et de procès inéquitable qu’il court. Celle-ci lui est actuellement refusée par les autorités israéliennes.

 

Il est détenu, en Israël, au centre d’interrogatoire de Petah Tikvah géré par l’armée. Son avocat a confirmé qu’il n’avait pas pu s’entretenir avec lui, pas même le 1er octobre dernier, lors de la seconde présentation de Raed Abou Badawia au tribunal militaire, pour le renouvellement de sa détention.

Actuellement, il est impossible de savoir s’il fait l’objet de mauvais traitements. Les centres d’interrogatoire comme celui où se trouve M. Badawia sont des lieux de non-droit, où les tortures sont fréquentes [2] .

Raed Abou Badawia devrait comparaître de nouveau devant un tribunal mardi 7 octobre. Les autorités françaises ont le devoir d’envoyer un représentant du consulat pour s’assurer du respect de ses droits fondamentaux et notamment qu’il ait accès à son avocat, soit protégé de la torture et reçoive les soins nécessaires.

Les arrestations se sont multipliées en Cisjordanie depuis l’enlèvement et l’assassinat de trois jeunes colons en juin 2014. Plus de 2000 Palestiniens ont fait l’objet de cette répression. Le cas de Raed Abou Badawia illustre le sort des milliers de Palestiniens détenus sur le territoire israélien, en violation de la 4e Convention de Genève [3].

ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), AFPS (Association France Palestine Solidarité), Amnesty International France, Ligue des droits de l’Homme, Plateforme des ONG françaises pour la Palestine

Contacts presse : 

[1Raed Abou Badawia a été arrêté en Cisjordanie, en zone A, c’est-à-dire dans une zone théoriquement sous contrôle exclusif palestinien selon les accords d’Oslo.

[2Voir notamment le rapport de HaMoked et B’Tselem’s, Kept in the Dark : Treatment of Palestinian Detainees in the Petach-Tikva Interrogation Facility of the Israel Security Agency, 2010.

[3L’article 76 de la 4e Convention de Genève prévoit notamment que « Les personnes protégées inculpées seront détenues dans le pays occupé et si elles sont condamnées, elles devront y purger leur peine »


logo

http://www.plateforme-palestine.org/Un-Franco-Palestinien-detenu-par,4153

Repost 0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 04:13

مدوّنة شبكة التضامن مع الشعب المغربي والصحراء الغربية في الخارج. تأسست هذه الشبكة في فبراير 2009 بمبادرة من التضامن مع المغرب

 

 

dimanche 21 septembre 2014

http://solidmar.blogspot.fr/

Un ex-prisonnier politique sahraoui révèle le visage odieux du Maroc en matière des droits de l'homme

 Genève, 18 sept 2014 (SPS)


L’ex-prisonnier politique sahraoui, El Machdufi Mustapha a révélé mercredi le visage odieux du régime marocain en matière des droits de l'homme au cours de son témoignage devant la 27ème session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève.

 


Le défenseur sahraoui des droits de l’homme a présenté un résumé portant sur les violations systématiques des droits de l'homme commises par le Maroc contre les civils sahraouis, dont la détention forcée, l'interrogation sous la torture, la torture des prisonniers politiques sahraouis dans les prisons marocaines, les restrictions des libertés de mouvement, d'association et d'expression et l’expulsion des observateurs internationaux.
M.Mustapha  a saisi son témoignage devant le Conseil des droits de l'homme de l’ONU pour appeler la communauté  internationale à intervenir pour mettre fin à ces violations.
 

Il a également exprimé sa profonde préoccupation quant à la détérioration de la santé de plusieurs prisonniers politiques sahraouis dans les geôles marocaines, appelant à leur libération où leur présentation devant un tribunal civil.

M. Mustapha , qui a parlé au nom de la Fondation France Libertés, a appelé l'ONU à élargir les pouvoirs de la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO) pour y inclure la surveillance et la protection des droits de l'homme dans un territoire en attente de décolonisation. (SPS)

Repost 0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 11:46

 

 

 

Prison à vie pour Ilham Tohti, le « Mandela ouïgour »

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Prison-a-vie-pour-Ilham-Tohti-le-Mandela-ouigour-2014-09-23-1210768

 

Le tribunal d’Urumqi au Xinjiang chinois a condamné mardi 23 septembre le professeur Tohti à la prison à vie pour « séparatisme ». Pour Sophie Richardson, directrice Chine de L’ONG Human Rights Watch, il s’agit d’une « catastrophe pour les droits de l’homme en Chine »

23/9/14 - 18 H 16
 La police chinoise patrouille près du site de l’explosion à Urumqi le 1er mai 2014.

Ng Han Guan/AP

 La police chinoise patrouille près du site de l’explosion à Urumqi le 1er mai 2014.

Avec cet article

Sophie Richardson a passé une « nuit horrible ». De passage à Paris, la directrice Chine de L’ONG Human Rights Watch ne se faisait guère d’illusions sur la condamnation de l’intellectuel ouïgour Ilham Tohti, jugé la semaine dernière à Urumqi, capitale de la province autonome du Xinjiang. Mais la condamnation de Tohti, 44 ans, à « la prison à vie », annoncée dans la nuit de lundi 22 à mardi 23 septembre, a été « dévastatrice », selon le terme de Sophie Richardson.

« Une condamnation dévastatrice »

« Même si ses avocats ont annoncé qu’ils allaient faire appel, explique cette militante des droits de l’Homme depuis des années, il ne fait aucun doute que la peine restera la même, la perpétuité ».

Dans les bureaux de L’ONG à Paris, elle réagit en soulignant que « cette condamnation est dévastatrice non seulement pour Tohti, sa femme et ses trois enfants, surveillés par la police à Pékin, mais pour la cause des Droits de l’Homme en Chine ».

Pour elle, l’idée même que ce professeur d’université à Pékin, modéré, défendant un dialogue entre les minorités qui cohabitent en Chine (Tibétains, Ouïgours, Mongols, Hui…), soit arrêté, violenté, privé de soins et condamné à la prison à vie pour « séparatisme », montre « que la notion de séparatisme dans l’esprit du gouvernement chinois est tellement large qu’il n’est plus possible de voir ce qui ne constitue pas une attitude séparatiste ».

Une période terrible pour les militants des droits de l’Homme

 Ce verdict radical augure mal d’un apaisement dans cette immense région musulmane rétive à la tutelle chinoise, « qui n’a cessé de se radicaliser depuis des années », ajoute Sophie Richardson. « Difficile d’imaginer les conséquences d’une telle peine et d’un tel procès politique qui ne respecte aucune règle judiciaire ».

Pour elle, cette « violation de la justice illustre très bien le régime du nouveau président chinois depuis son arrivée au pouvoir depuis deux ans, une terrible période pour les militants des Droits de l’Homme en Chine, et il n’est qu’à voir ce qui se passe au Tibet et même à Hong Kong pour réaliser qu’aucune réforme judiciaire ne sera lancée par Xi Jinping ».

Le verdict est le plus sévère infligé depuis des années à un critique du régime, relèvent les analystes. Économiste respecté, enseignant à l’Université des minorités de Pékin et auteur de plusieurs ouvrages, Ilham Tohti était un observateur indépendant et écouté dans les chancelleries de la capitale sur l’évolution du Xinjiang, en proie à un regain de violences depuis l’an dernier. Mais selon le verdict rapporté par l’agence officielle Chine Nouvelle, Ilham Tohti a « bâti un syndicat criminel », « incité à la haine », « encouragé les Ouïghours à la violence » et « ensorcelé » ses étudiants.

Violence permanente au Xinjiang

Adversaire déclaré de la politique d’assimilation forcée des Ouïgours et autres minorités, menée d’une main de fer par Pékin, ce musulman modéré, âgé de 44 ans et père de trois enfants, était aussi opposé à toute séparation d’avec la Chine du Xinjiang, aux confins de l’Asie centrale, ainsi qu’au radicalisme islamiste. Ce dernier courant est à l’origine d’une vague d’attentats meurtriers au Xinjiang et dans le reste de la Chine qui ont fait au moins 200 morts depuis plus d’un an, selon les autorités.

« Les autorités ont créé un Mandela ouïgour »

Une dizaine de diplomates étrangers s’étaient rendus à Urumqi pour son procès, fermé à tout observateur étranger. Dans un communiqué, l’Union européenne (UE) a condamné mardi 23 septembre à Pékin un verdict « totalement injustifié » et appelé à « la libération immédiate et sans condition » de tous les détenus dans cette affaire. Sept étudiants avaient été arrêtés avec le professeur et leurs témoignages utilisés contre lui au procès.

« Ce 23 septembre 2014, les autorités ont créé un Mandela ouïgour », a réagi sur son microblog le romancier pékinois Wang Lixiong, critique de la politique chinoise au Tibet. Et Sophie Richardson, qui connaît parfaitement le système chinois depuis des années, de souligner le paradoxe chinois : « le gouvernement chinois à l’art de créer des situations dangereuses qu’il redoute et ne veut pas. Regardez le Tibet, le Xinjiang et Hong Kong où Pékin ne provoque que des tensions et de la violence ».

Dorian Malovic

 

 

Chine : «une année dévastatrice pour les Droits de l'homme»

http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/24/01003-20140924ARTFIG00424-chine-une-annee-devastatrice-pour-les-droits-de-l-homme.php

Ilham Tohti, intellectuel et musulman modéré, dénonçait la répression dont les Ouïgours sont victimes et défendait le particularisme de la région du Xinjiang.

 

Ilham Tohti, intellectuel ouïgour de 44 ans accusé de «séparatisme», vient d'être condamné à la prison à vie. Pour Sophie Richardson, spécialiste de la Chine pour Human Rights Watch, cette condamnation confirme la dégradation de la situation des Droits de l'homme en Chine.

 
 
   

L'enseignant ouïgour Ilham Tohti a été condamné mardi à la prison à vie pour «séparatisme» par le tribunal d'Urumqi, la capitale de la région du Xinjiang. Cette sentence est une «annonce dévastatrice pour les droits de l'Homme», déplore Sophie Richardson, directrice Chine de l'ONG Human Rights Watch (HRW).

Ilham Tohti, intellectuel et musulman modéré qui a «consacré sa vie à défendre le dialogue pacifique entre les communautés ethniques en Chine», dénonçait la répression dont les Ouïgours sont victimes et défendait le particularisme de la région du Xinjiang. «Il travaillait de façon pacifique, dans les limites du système, non pour la chute du gouvernement mais pour le respect de droits supposés être déjà garantis» analyse Sophie Richardson.

Accusé d'avoir «ensorcelé puis contraint» ses étudiants à rédiger des articles pour défendre l'indépendance du Xinjiang, et d'avoir organisé un «réseau criminel», selon les mots de l'agence officielle Xinhua, Ilham Tohti a finalement été condamné pour «séparatisme». Pour Sophie Richardson, ce mot a dès lors perdu tout son sens. «On ne sait plus ce que le gouvernement chinois qualifie d'attitude séparatiste» déplore-t-elle.

L'enseignant ouïgour était défendu par «l'un des plus grands avocats des droits de l'Homme en Chine», Li Fangping. Pourtant, selon la spécialiste, on ne peut «prétendre au respect de la justice lorsqu'une personne est poursuivie pénalement et sans aucune preuve, aucun crime, et lorsqu'on condamne aussi sévèrement». Mardi 23 septembre, l'Union européenne a qualifié ce verdict de «totalement injustifié».

À présent, «il est difficile d'imaginer comment la population va réagir, et comment le gouvernement saura rester un tant soit peu crédible après un tel procès» analysait Sophie Richardson.

L'inquiétante attitude du gouvernement

Pour la spécialiste de la Chine, cet événement rend compte de la «dégradation et de la radicalisation de la situation au Xinjiang» - la région autonome du Nord-Ouest de la Chine -, où la répression et la violence ne cessent de croître.

Alors que le successeur du président Hu Jintao était porteur d'espoir pour la situation des droits de l'Homme en Chine, l'attitude du gouvernement de Xi Jinping inquiète. «Il y a cinq ou dix ans, ces critiques constructives et respectueuses de la justice étaient seulement découragées. Aujourd'hui, elles entraînent des poursuites pénales» déplore Sophie Richardson. Plutôt que de se démocratiser, la Chine se radicalise. La spécialiste regrette une année «extraordinairement mauvaise» pour le respect des droits de l'Homme.

Pour l'experte de Human Rights Watch, le gouvernement chinois a un «don pour créer des situations aux conséquences non voulues». Plutôt que de faire taire les critiques, la répression gouvernementale est à l'origine de protestations au fort retentissement médiatique.

Dans la région du Xinjiang, où une partie de la population est qualifiée de terroriste depuis des années, la violence finit par croître. Au Tibet, alors que le dalaï-lama est assimilé à un «terroriste» par le gouvernement, les immolations ont repris la semaine dernière. Les Hongkongais, eux, descendent dans les rues: cette semaine, près de 10 000 étudiants boycottent les universités pour réclamer une vraie démocratie, alors que le gouvernement menace de revenir sur sa promesse d'instauration du suffrage universel.

«Aujourd'hui, la Chine se permet d'agir d'une manière qui serait immédiatement sanctionnée dans toutes les autres parties du monde. Les gouvernements qui se prétendent profondément concernés par le respect de la démocratie se doivent d'élever la voix». La spécialiste des droits de l'Homme rappelait le long silence de la France sur ce sujet. Pourtant, «rien n'empêche le secrétaire d'État John Kerry ou le ministre Laurent Fabius de s'exprimer en public pour dénoncer la condamnation d'Ilham Tohti».

Repost 0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 14:37

affiche 4 novembre copierCentre socio-culturel/entrée libre/de 10h à 19h

 

Toute la journée : stands associatifs,
restauration, buvette, coin enfants.

 

Le programme

 

10h30 : Petite histoire de la Ligue des Droits de l’Homme avec Ghislaine rivet, Membre du Bureau national de la LDH.

 

11h : "Roms de la région de Montpellier, bilan et perspectives", débat avec Jean-Charles Taddei de la LDH Montpellier.

 

A partir de 12 h : la Chorale des Sans de Pézenas, apéro, repas tiré du sac.

 

13h30 : « Sans terres et sans reproches », un film d’Éric Boutarin et stéphanie Muzard Le Moing. Un voyage chez les paysans résistants du Quercy, au cœur du parc des Causses. Durée 52 min.

 

14h30 : Débat : LGV, projet d’un hinterland à Poussan…l’avenir de notre territoire en question.

 

 

16h : « JP, archi et les autres, fauteurs de trouble », documentaire de Jean-Claude Julien, durée 1h10. Et débat sur l’utilisation sécuritaire et politique de la psychiatrie et sur la loi du 5 juillet 2011, avec G. Rivet, responsable du groupe de travail LDH Santé, bioéthique, et P. Gasser, psychiatre.

 

Clôture de la journée en musique avec Marie-Anne et son orgue de barbarie.

Contact :
ldh-nordbassindethau@ldh-france.org
04 67 78 48 40

http://www.ldh-france.org/section/loupian/

Repost 0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 12:03

Communiqué de presse

 

« Chaque jour un peu plus, nos droits, nos libertés sont attaqués, fragilisés, remis en cause. Chaque jour un peu plus, la manière dont le pouvoir est exercé piétine les valeurs républicaines et menace la démocratie »*.

« Face à ces dérives, il y a urgence, urgence à réagir et à construire ensemble »*. C’est dans cette optique que nous informons la population de la constitution d’une section de la Ligue des Droits de l’Homme : « Loupian et les communes du Nord du Bassin de Thau ». Notre section a été validée le 5 juin 2010 par le comité central de la LDH.

 

Crée en 1898 pour défendre le capitaine Dreyfus injustement accusé et condamné,  victime de l'antisémitisme et de la raison d'état, la Ligue a, dès le départ, élargi son action à la défense de tout citoyen victime d’une injustice ou d’une atteinte à ses droits. En 1905, elle a utilisé la loi sur les associations pour se constituer en association dont la dénomination est Ligue Française pour la Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen. La LDH a pour vocation de défendre entre autres les principes énoncés dans les Déclarations des droits de l’homme de 1789 et de 1793 et dans la déclaration universelle de 1948. Elle combat l’injustice, l’illégalité, l’arbitraire, l’intolérance, et toute forme de discrimination. Elle lutte en faveur du respect des libertés individuelles et d’association, concourt au fonctionnement de la démocratie, agit en faveur de la laïcité……

 

Nous appelons les citoyens sensibilisés à ces valeurs et aussi à ces problématiques tant nationales que locales à venir nous rejoindre. Une première réunion de prise de contact et de travail aura lieu le 22 juin à 20h30, 9 rue de la République à Bouzigues.

 

Les membres fondateurs de cette section : M. Jean-Pierre Rey, Mme Marie-Anne Mouraret, Mme Sophie Clarinval, Mme Monique Léotard.

 

 

Contact :

M. Jean-Pierre Rey

04 67 43 71 27

ldh-nordbassindethau@ldh-france.org

 

 *Extrait de l’appel citoyen « Urgence pour les libertés, urgence pour les droits » lancé par La LDH. Pour plus d’information : http://www.ldh-france.org/urgence-libertes/

Repost 0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 10:08
Le Collectif d'Action contre l'AGCS est solidaire avec la mobilisation visant à soutenir Mme Fatma Lameraoui, vivant à poussan et qui est sous le coup d'une menace d'expulsion. En instance de divorce et maman de deux enfants, scolarisés à l'école maternelle du village, elle peut être expulsée à tout moment.  Cela engendrerait un véritable déchirement pour ses enfants, risquant d'être séparés de leur mère, mais aussi de leur père dans le cas où ils seraient expulsés avec leur maman.
Aujourd'hui à Poussan, demain à Loupian, Mèze ou Bouzigues, cette situation est inacceptable.
 
MOBILISONS NOUS !!!!
 

Pour aider Mme Lameraoui dans sa demande de titre de séjour, nous avons mis en place un comité de soutien et une pétition disponible en ligne. Nous espérons que cette aide permettra de faire changer l'avis de Mr Le Préfet de l'Héraut qui a le pouvoir de décision sur le cas administratif de Mme Lameraoui, mais aussi sur son choix de vie future.

 

Le comité de soutien est composé de parents d'élèves, de connaissances ou amis de Mme Lameraoui, mais aussi d'associations ou fédérations, telles que la FCPE, RESF du bassin de Thau (Reseau Education Sans Frontières), la Ligue des Droits de l'Homme, la Cimade, SNESUP, FSU, Les Amoureux au Ban Public, le Collectif d'Action contre l'AGCS

 

Pour signer la pétition : http://www.fcpe-poussan.fr/

 

Pour contacter le comité de soutien, veuillez utiliser l'adresse email suivante :

comitepoussan@yahoo.fr

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Repost 0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 09:59

SOUTIEN AU TRIBUNAL DE NIMES LE 20 JANVIER


Pas de treve hivernale .

Ils seront jugés sur le fond au tribunal Administratif de Nîmes le 20
> janvier 2010 à 8 heures.
Ils demandent le soutien matériel ou moral de tous ceux qui pourraient être
> sensibles à leur lutte, en appelant à une forte mobilisation devant les portes du tribunal.

Mobilisons nous pour que le droit au logement et à l'habitat choisi soit
> reconnu comme un droit fondamental, et qu'une telle situation ne puisse se
> reproduire.
> Nous exigeons que tous les sans-abris puissent bénéficier de logements
> décents, fussent-ils mobiles ou éphémères.
> Nous demandons un moratoire sur les expulsions et la mise en place de
> commissions paritaires pour la résolutions des conflits entre mal-logés,
> habitants de logements choisis et collectivités territoriales.
> Nous voulons une révision de la législation sur l'occupation des sols pour
> permettre l'installation de logement éphémères ou mobiles, peu gourmand en
> énergies sur des zones non constructibles.
> Nous exigeons l'abandon de la « charte de bonne conduite contre la
> cabanisation en Languedoc Roussillon », qui accélère l'indigne traque des
> habitants de logements éphémères, mobiles ou alternatifs.

Grâce à la Mairie, ils dorment dans leurs voitures par -8°C !!!

La mairie de Roquemaure (Gard) a fait saisir les caravanes d'une
> association dont l'objet est « accueillir temporairement les familles sans
> domicile », au motif qu'elle n'avait pas fait la simple demande
> d'autorisation de camping chez l'habitant, tel que le précisait le POS
> local.
>
Christian Delmas, 63 ans, retraité et malade, propriétaire du terrain
> qu'il mettait à disposition de l'association, a aussi vu saisir sa
> caravane et celles de ses enfants.
>
Son histoire vaut le détour : Salarié-nomade des temps modernes, il a été
> ouvrier qualifié, puis technicien supérieur dans de nombreuses entreprises
> industrielles (dont Eurodif ou Marcoule...), il a été commerçant, puis
> prof de technologie, son dernier emploi était forain, il vendait de la
> maroquinerie et de la toile cirée.
> C'est d'ailleurs à ce moment qu'il a acheté ce terrain, pour y poser son
> camion...
> Puis il est tombé gravement malade du cancer du fumeur, sans jamais avoir
> fumer la moindre cigarette. A l'époque, il vivait au camping, mais quand
> ses revenus ont fléchi en obtenant qu'un remboursement social équivalent à
> 300 €, il n'a pas pu rester au camping, qui en absorbait l'intégralité en
> loyer. Il est donc venu sur le seul endroit qui lui appartenait, son
> terrain arboré de 1000 m², au milieu des vignes...
> La suite de son parcours lui a fait rencontrée par l'intermédiaire de la
> Croix Rouge des amies qui souhaitaient créer une association de solidarité
> pour ouvrir des espaces d'accueils envers les familles pauvres d'Europe,
> notamment les roms, dont le traitement social est un scandale national.
> Christian leur a proposé son terrain et c'est ainsi que deux caravanes
> supplémentaires ont été installées pour accueillir des familles à la rue
> et que l'association « Refuge Chrétien de Plein Air » est née.
> Cela n'a pas été du goût de la municipalité, qui sous prétexte d'éviter «
> qu'une cabanisation ne se propage sur le terrain », a rapidement saisie la
> justice pour cette infraction avec les disposition du POS, en effet,
> Christian n'avait pas obtenu d'autorisation pour stationnement sur terrain
> privé.
>
> L'ordonnance de Référé a été rendu en Mars 2009, et les caravanes ont été
> saisie et mise en fourrière en juillet 2009, la cuisine d'été collective a
> été détruite. De plus, l'association et Christian ont été condamnés par le
> Tribunal Administratif de Nîmes au paiement d'une amende de 1000 €.
>
> Et cerise sur le gâteau, il faut savoir qu'ils n'ont jamais pu récupérer
> leurs affaires personnelles, puisque les caravanes ont été dépouillées de
> tout ce qui avait de la valeur (dont les ordinateurs de l'association).
> Une plainte contre X a bien été déposée, mais a été classée sans suite par
> le Procureur de la République.
>
> Aujourd'hui démunis et sans logement, les habitants du terrain, dont
> Christian, vivent toujours dehors et dorment dans leur voiture, dans
> l'attente d'un relogement pour Christian et dans l'espoir de pouvoir
> obtenir l'autorisation d'aménager leur terrain en espace d'accueil
> reconnu.
>
> Une assistante sociale du Conseil Général a été contactée et promet à
> Christian un logement rapidement, il souhaite l'accepter, mais veut
> continuer son combat pour permettre à ses camarades d'infortunes et à
> l'association d'accueil de rester en place, intimement conscient de la
> nécessité de tels espaces.

> Contacts :
> RCPA – C. Delmas 06 32 99 61 69 (Roquemaure)
> Halem - W. Sunt 06 73 98 77 27 (Gard), wsunt@wanadoo.fr
> Halem – C. David 06 18 94 75 16 (National),
> nomadinconduite@free.fr , http://www.halemfrance.org/

Repost 0

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact