Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 06:42

Nucléaire - La radicalité d’un philosophe (notes de lecture)

2013-06-16_CAN84_Le-crime-parfaitLa littérature de l’horreur nucléaire n’est pas courante (citons « la supplication ») et le rare regard que portent sur le nucléaire des auteurs qui ne sont ni experts ni techniciens ou scientifiques est enrichissant. Depuis un ou deux ans nous avons bénéficié d’ouvrages exemplaires d’auteurs variés, écrivain, sociologue, journaliste (voir les références à la fin).
Mais nous nous arrêtons dans ce qui suit sur l’ouvrage du philosophe Jean-Jacques Delfour publié cette année aux Éditions l’Échappée, « La condition Nucléaire – Réflexions sur la situation atomique de l’humanité ».

On trouve peu de philosophes s’intéressant au nucléaire, en général ils se bornent à encenser le progrès comme Michel Onfray. Par contre l’allemand Gunther Anders et l'anglo-saxon Bertrand Russel en font une critique radicale, violente, et c’est dans cette ligne que s’inscrit Jean-Jacques Delfour dont la démonstration s’articule autour de différents thèmes.

  • Malgré leurs prétentions, les responsables du nucléaire sont incompétents, ils ne savent pas comment gérer les dérapages et catastrophes, mais il faut leur faire confiance.
  • Ces responsables n’échappent pas à la fascination face à cette énergie démentielle qui peut leur échapper et tout détruire.
  • Bombes atomiques et réacteurs sont les deux faces d’une même technologie qui libère les « êtres radioactifs » plus ou moins vite.
  • La planète est contaminée aussi bien par le nucléaire militaire que civil.
  • Le nucléaire n’est pas compatible avec la démocratie qu’il pervertit, il s’entoure du secret militaire.
  • Cette analyse lucidement pessimiste ne doit pas faire baisser les bras, il faut mettre un terme à cette folie.

Reprenons maintenant en vrac les notes de lecture qui nous ont intéressé et qui illustrent ce qui précède, on est frappé par leur exigence et leur radicalité sous la plume d’un philosophe.
L’histoire du nucléaire comprend trois événements majeurs :

  • 6 et 8 août 45 ce sont les massacres d’Hiroshima et Nagasaki,
  • 26 avril 86 Tchernobyl et tout est fait pour en cacher la dangerosité et pour en attribuer la cause au régime soviétique,
  • 11 mars 2011 Fukushima en régime capitaliste, la vérité du nucléaire est devenue plus difficile à cacher mais tout est fait pour cela. Fukushima est bien plus grave et plus mal géré que Tchernobyl.


La grandeur politique de la France prime sur l’intérêt des populations. La fin de l’empire colonial a nécessité (aux yeux de de Gaulle et de ses successeurs) la mise au point de la bombe pour préserver un statut de puissance majeure, et pour être membre du conseil de sécurité.
Le slogan « atom for peace, l’atome pour la paix » a coïncidé avec la multiplication des essais de bombes nucléaires. En fait le nucléaire militaire a besoin du nucléaire civil pour l’obtention des éléments radioactifs nécessaires aux bombes (lire de Bruno Barillot « Le complexe nucléaire »-2005).

La dissuasion nucléaire n’est qu’un paravent pour des manœuvres de propagande destinées à affirmer une puissance, cela n’empêche pas les guerres classiques. Mais les explosions d’essais atomiques ont contaminé toute la planète.
La centrale nucléaire est la sœur jumelle de la bombe atomique, elle fait écran au « blanchiment » de matières mortelles, en apparaissant nécessaire à la production d’électricité, sans que soit avoué le danger qu’elle présente.
Chaque centrale est une bombe en puissance.

L’État a toujours placé le nucléaire hors du droit commun, il doit paraître sûr, rationnel, « ils savent ce qu’ils font », mais on ne permet pas à la raison d’exercer la critique en tronquant l’information. Il est maintenu hors discussion, hors public, hors démocratie, il ne supporte pas la contestation. Il implique un fonctionnement antidémocratique, dictatorial; aussi la différence entre système
démocratique et dictature devient floue.

L’industrie de l’atome enrichit les actionnaires des groupes industriels impliqués, satisfait les cadres techniques et scientifiques fascinés par la puissance libérée et assure leurs carrières, mais irradie et assassine les mineurs et travailleurs de toutes sortes. Sans les doses de radioactivité infligées à tous ceux qui sont sur le terrain, la nucléocratie ne serait pas honorée et rémunérée aussi généreusement.

L’industrie atomique est opposée à la Déclaration des droits de l’homme, tout lui est permis, elle transforme les « démocraties libérales » en dictatures et ses crimes contre l’humanité ne sont jamais jugés.

Pour cet auteur, les spécialistes du nucléaire prétendent être compétents et maîtriser cette technologie, mais ils ne sont pas capables de la gérer quand elle dérape vers la catastrophe, et ce contrairement aux garagistes qui maîtrisent pannes et accidents. Ils font des annonces mais n’en savent rien, ils ne savent plus comment faire et s’obstinent à prétendre maîtriser ce qu’ils sont incapables de faire.(qu’en est-il par exemple du corium des cœurs fondus des trois réacteurs de Fukushima?). Un responsable japonais en a été réduit à prétendre que le nucléaire ne menace que ceux qui ne sourient pas !…
Les "nucléologues" demandent qu’on leur fasse confiance, tout en cachant leur incompétence et les informations au nom du secret défense.

Les « êtres radioactifs » issus de l’atome militaire et industriel ont des droits supérieurs à ceux des êtres humains, ils ont plus de valeur qu’eux. Ils sont quasiment immortels, leur gestion coûte beaucoup plus cher. Réduits en déchets ils constituent une immense population à la retraite, retraite beaucoup plus coûteuse que la nôtre…. La dispersion des êtres radioactifs témoigne du mépris de la vie des êtres humains.

Le nucléaire doit être compris comme une puissance nihiliste de la civilisation construite au cours des siècles, il la détruit contrairement aux techniques ayant comme but moral basique d’assurer la vie de la biosphère et dites « biotechniques». Cette technologie froide, aveugle, tend à anéantir l’humain sensible, archaïque pour promouvoir et sélectionner un humain moins sensible qui n’aurait aucune compassion pour les victimes contaminées.
Autrefois le génocide ne touchait que des minorités, maintenant il peut être global et cela relativise toutes les autres violences qui deviennent secondaires.

Accepter la possibilité de l’anéantissement total justifie toutes les horreurs possibles de domination et d’exploitation. Les catastrophes sont habituellement brèves et violentes, puis la vie ou la nature les réparent. Même la Shoah s’est arrêtée, mais sa représentation, sa mémoire continue. A l’inverse les catastrophes nucléaires de Tchernobyl et Fukushima continuent,
mais tout est fait pour que leurs représentations s’effacent, soient oubliées.
Pourtant toutes les générations à venir sont concernées.

Tous se passe comme si la contamination radioactive pour des dizaines de millénaires était sans importance. C’est en opposition aux valeurs morales, sociales, politiques, au souci du paysan d’assurer les ressources alimentaires en préservant les richesses du vivant.

Il y a une jouissance dans le spectacle et la fascination des essais nucléaires, et cela a même engendré des modes (le bikini par exemple). Salvador Dali nucléophile en a fait un tableau, mais son tableau exprime l’effroi (notons qu’à l’inverse les tapisseries de Lurçat « le chant du monde » exposées à Angers se veulent appeler à rejeter cette horreur).
Les rêves de destruction totale, de pulvérisation de villes, montagnes, le vertige de la domination par la terreur de menace de mort absolue, rejoignent le désir enfantin de détruire, et y a-t-il un érotisme qui leur soit lié ?

Il est impossible de sortir du nucléaire, on y est assujetti avec impossibilité de revenir à l’état antérieur. Chaque installation nucléaire, chaque essai atomique diffusant des milliards d’être radioactifs, il est impossible de retrouver l’état antérieur. Démanteler c’est transporter ailleurs, disperser, enfouir.
On cherche à construire des nécropoles pour les déchets, ces êtres radioactifs sont inoffensifs tant qu’ils ne s’en échappent pas, mais on ne peut pas garantir qu’ils n’en sortent jamais. Par leur puissance et leur longévité, ils mettent en déroute les projets humains, personne ne peut les arrêter c’est un immense échec technologique. En particulier le plutonium est la mort concentrée à une taille génocidaire et il est camouflé.

La population d’êtres radioactifs est en constante augmentation mais les "nucléologues" sont infiltrés dans l’État, ils sont les vestales d’une religion dont les papes sont infaillibles. On en cache les données indispensables à la compréhension, les citoyens sont considérés comme incapables de juger de la compétence de ceux qui ont le pouvoir de tuer et de terroriser.
Les coûts sont exorbitants, les risques sous estimés, la responsabilité est nulle et la rentabilité indifférente. La course aux profits aurait dû éliminer cette technologie, mais si les profits sont privatisés, les pertes sont couvertes par le public (Tepco a été nationalisée par le Japon…,et c’est l’État qui assurerait le coût d’une catastrophe en France). Tout cela avec l’appui de l’internationale du nucléaire qui comme celle du capitalisme, exerce son pouvoir sur les peuples, accomplissant le rêve capitaliste de l’obsolescence programmée des biens, comme la guerre.

« Contaminés de tous les pays unissez-vous », la monstrueuse prolifération d’êtres radioactifs transforme le monde en enfer. Devons-nous maintenir cette armada de "nucléologues" au travail ou en prison ?

On voit que Jean-Jacques Delfour ne mâche pas ses mots pour dénoncer le nucléaire et ceux qui en sont responsables ! C’est tout le mérite d’un philosophe francophone qui prend enfin en considération cette question.

Annie et Pierre Péguin, octobre 2014.

Signalons d’autres ouvrages d’auteurs non spécialistes également très intéressants qui valent vraiment la peine d’être lus,

  • « La France nucléaire – L’art de gouverner une technologie contestée » par Sezin Topçu, sociologue,
  • « Superphénix – Déconstruction d’un mythe » de Christine Berger, journaliste, 2010 La découverte.
  • « Fukushima – récit d’un désastre » par Michaël Ferrier, professeur de littérature à Tokyo.
  • « La centrale » par Elisabeth Fillol, écrivain.
Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 06:25

http://www.revuesilence.net/uploads/andreas01/header.jpgJapon

Je suis en colère

http://www.revuesilence.net/index.php?page=japon_colere


Je suis en colère parce que l'accident de Tchernobyl n'a pas servi de leçon. Et que l'on continue à entendre et lire les mêmes mensonges sur le nucléaire dans les médias.

Je suis en colère quand j'entend à la radio, un haut responsable du nucléaire français nous dire qu'on ne peut remettre en cause le nucléaire : "personne n'a envie de revenir à la bougie". Que je sache, dans les pays européens qui n'ont pas de centrales nucléaires (Autriche, Danemark, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Portugal…), y-en-t-il où l'on s'éclaire à la bougie ? Il n'y a que 441 réacteurs nucléaires dans le monde (dont 58 en France, 55 au Japon)… dans seulement 31 pays, tous les autres pays s'en passent.

Je suis en colère quand en 1979, après l'accident nucléaire de Three-Mile Island, on nous a dit que c'était parce que les Américains étaient moins forts que nous ; quand en 1986, après l'accident de Tchernobyl, on nous a dit que les Russes étaient moins foirt que nous… et que je lis aujourd'hui que les Japonais sont moins forts que nous… De qui se moque-t-on ?

Je suis en colère quand on me dit que l'on peut continuer à exploiter encore des vieux réacteurs comme Fessenheim en Alsace (qui a trente ans) parce que "plus il est vieux, mieux on connait un réacteur". Ce n'est pas parce que vous connaissez bien les défauts de votre vieille voiture qu'elle tombe moins souvent en panne et moins gravement. (Le réacteur Fukushima-Daiichi 1, qui vient d'exploser avait 40 ans et a été autorisé à continuer de fonctionner pour dix ans en février 2011 !).

Je suis en colère quand on nous dit que l'on ne peut se passer du nucléaire en France, parce que cette énergie fournit près de 80 % de notre électricité. C'est oublier que l'électricité n'est pas la principale source d'énergie (c'est le pétrole) et que le nucléaire ne représente que 17 % de notre énergie. Si l'on voulait s'arrêter, on pourrait s'appuyer sur une solidarité au niveau de l'Europe : là, le nucléaire ne représente que 35 % de l'électricité et seulement 9 % de l'énergie ! Il suffirait donc d'économiser 9 % pour s'en passer !

Je suis en colère parce qu'au nom de la défense de la croissance économique, les programmes énergétiques français ou européens, négligent toujours plus ou moins le potentiel des économies d'énergies, préférant la surconsommation, éventuellement alimentée par le recours aux énergies renouvelables. Or l'énergie la plus propre reste celle que l'on ne consomme pas. En adoptant les meilleures techniques disponibles et en évitant les comportements énergivores, nous pourrions diviser par 4 notre consommation en une vingtaine d'années.

Je suis en colère parce que les discours économiques nous polluent : on nous dit qu'arrêter un réacteur nucléaire, ce serait de l'argent gaspillé… mais les 1000 milliards d'euros déjà dépensé en 25 ans pour la gestion de la catastrophe de Tchernobyl (et c'est loin d'être terminé), ce n'est pas un gaspillage encore plus grand ? Mille milliards d'euros, c'est sensiblement le coût qu'il a fallut dépenser pour construire l'ensemble des 441 réacteurs actuellement en fonctionnement.

Je suis en colère parce que je sais que l'on peut arrêter relativement rapidement le programme nucléaire français, qu'il existe de multiples scénarios de sortie sur le sujet (de 2 à 30 ans selon les efforts qu'on veut bien consentir).

Je suis en colère quand j'entends mon gendre, 25 ans, ingénieur dans le photovoltaïque, me dire qu'il cherche un nouveau travail car la profession est sinistrée suite aux récentes décisions du gouvernement.

Je suis en colère quand mon fils, 20 ans, me dit : "à quoi ça sert de faire des études si dans cinq ans on a tous un cancer" (et il ne pense pas qu'au nucléaire, mais aussi à la pollution atmosphérique, aux pesticides…).

Alors j'agis, je me suis investi depuis une trentaine d'années dans les médias écologistes pour faire circuler une information moins déloyale et j'incite les journalistes et les lecteurs à prendre le temps d'eux aussi chercher où est la vérité. Comment peut-on encore minorer l'importance de la pollution radioactive au Japon alors que les images sur internet nous montrent les réacteurs en flamme ?

Alors j'agis et je m'engage dans l'une des 875 associations qui animent le Réseau Sortir du nucléaire pour demander à nos élus de faire pression pour un changement de politique dans le domaine de l'énergie. (www.sortirdunucleaire.org)

Alors j'agis au niveau local en rejoignant les nombreux groupes locaux qui travaillent à des plans de descente énergétique qui nous permettront de diminuer la menace nucléaire, mais aussi notre dépendance à un pétrole qui va être de plus en plus rare. (www.transitionfrance.fr)

Alors j'agis car aujourd'hui si le lobby nucléaire arrive à manipuler élus et médias, c'est parce que nous ne nous indignons pas assez !

 

Michel Bernard
Journaliste à la revue Silence

Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 06:42

Pas de transition énergétique sans sortie du nucléaireNucléaire ou transition énergétique, il faut choisir !

Comme 23065 personnes, je signe !

Nucléaire ou transition énergétique : un choix s’impose

Les centrales nucléaires françaises ont été conçues pour fonctionner environ 30 ans. Mais EDF veut prolonger leur fonctionnement à 50, voire 60 ans, au mépris des risques. Pour cela, EDF envisage un énorme programme de travaux qui n’empêcheront pas le vieillissement inéluctable des réacteurs.

Un choix s’impose aujourd’hui : soit engloutir des milliards d’euros dans ce rafistolage aussi coûteux que dangereux, soit investir ces sommes dès maintenant dans une véritable transition énergétique (économies d’énergie et énergies renouvelables) et commencer par fermer dès maintenant les réacteurs les plus vieux.

Ne laissons pas l’industrie nucléaire faire la loi sur la transition énergétique !

Cet été, le gouvernement a présenté un projet de « loi de transition énergétique pour la croissance verte » qui est débattu au Parlement du 1er au 11 octobre 2014.

Censé permettre une véritable transition et une réduction de la part du nucléaire, ce projet de loi, en l’état actuel, laisse les clefs de la politique énergétique française à EDF, rien n’étant prévu pour l’obliger à fermer ses centrales vieillissantes.

Ne laissons pas EDF écrire sa loi du nucléaire !


Pas de transition énergétique sans sortie du nucléaire

Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 03:24

Nucléaire : un projet d'arrêté sur le devenir des déchets de thorium

Gestion des risques  |  01 octobre 2014  |  Actu-Environnement.com
http://www.actu-environnement.com/ae/news/nucleaire-projet-arrete-dechets-thorium-22834.php4#xtor=EPR-1
 

Le ministère de l'Ecologie ouvre une consultation sur un projet d'arrêté concernant le devenir des matières radioactives si celles-ci étaient requalifiées de déchets. Le texte proposé a pour objet de prescrire une étude à l'Andra, Areva et Solvay, sur les exutoires possibles pour le thorium en fonction de sa nature (hydroxyde de thorium ou nitrate de thorium).

Cette étude devra présenter un inventaire des substances thorifères selon leur nature, leur localisation et leurs conditions d'entreposage, les concepts de stockage envisageables selon la nature des substances et les synergies avec les centres de stockage en projet.

   

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou étab

 

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/local/cache-gd2/3f89c1f3f7cd3086ef7cee8efac4fbe1.png

Arrêté pris pour application de l’article 10 du décret n° 2013-1304 du 27 décembre 2013 pris pour application de l’article L. 542-1-2 du code de l’environnement et établissant les prescriptions du Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs

Du 01/10/2014 au 22/10/2014
  http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=769
L’article 10 du décret n° 2013-1304 du 27 décembre 2013 prévoit la prescription d’études sur les filières possibles de gestion dans le cas où des matières radioactives seraient à l’avenir qualifiées de déchets. Le présent arrêté a pour objet de prescrire une étude à l’Andra, Areva et Solvay, sur les exutoires possibles pour le thorium en fonction de sa nature (hydroxyde de thorium ou nitrate de thorium), dans le cas où celui-ci serait à l’avenir requalifié en déchet.

L’article 10 du décret n° 2013-1304 du 27 décembre 2013 pris pour application de l’article L. 542-1-2 du code de l’environnement et établissant les prescriptions du Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs prévoit la prescription d’études sur les filières possibles de gestion dans le cas où des matières radioactives seraient à l’avenir qualifiées de déchets. Le présent arrêté a pour objet de prescrire une étude à l’Andra, Areva et Solvay, sur les exutoires possibles pour le thorium en fonction de sa nature (hydroxyde de thorium ou nitrate de thorium), dans le cas où celui-ci serait à l’avenir requalifié en déchet. Cette étude est remise au ministre chargé de l’énergie.

Il prévoit que cette étude présente les inventaires de substances thorifères selon leur nature, leur localisation et leurs conditions d’entreposage, les concepts de stockage envisageables selon la nature des substances thorifères et les synergies avec les centres de stockage en projet.


Télécharger :

 
Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 04:23
Mardi 30 septembre 2014
http://www.ledauphine.com/drome/2014/09/26/paturage-pres-de-la-centrale-next-up-interpelle-la-prefecture

TRICASTIN Pâturage près de la centrale : Next-Up interpelle la préfecture

Yannick Scali, le berger de La Garde-Adhémar, avec son troupeau de moutons près de la centrale EDF du Tricastin. 

L’organisation environnementale Next-Up vient d’écrire au Directeur départemental de la protection des populations au sujet du pâturage en cours sur le site nucléaire du Tricastin.

Depuis quelques jours, un troupeau de moutons est utilisé pour un désherbage écologique de parcelles dans le cadre d’une convention passée entre la centrale EDF et l’entreprise Braize Espaces verts de Pierrelatte. Cette tâche a été confiée à un berger de La Garde-Adhémar, Yannick Scali, dont les animaux entretiennent déjà les berges du Roubion et du Jabron, à Montélimar.

Next-Up dénonce « un accord de green-washing qui peut avoir une répercussion sur la sécurité alimentaire ». Selon l’organisation anti-nucléaire basée à Crest, les 200 moutons auraient en effet été aperçus en train de paître à proximité d’une butte de terre bien connue qui sert de dépôt de déchets radioactifs dans l’enceinte du site Areva, non loin de la centrale EDF. Pour l’organisation environnementale, il s’agit d’un « dépôt sauvage non réglementaire de déchets radioactifs militaires issus du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) et incluant de l’uranium enrichi ».

« Risque de viande contaminée »

Next-Up estime que « la viande de ces moutons est susceptible d’être contaminée et donc impropre à la consommation humaine ». L’organisation demande que les moutons soient soumis à un contrôle de dosimétrie radiologique réalisé par un organisme indépendant. EDF affirme pour sa part que le troupeau de moutons n’a fait que passer près de la butte de déchets radioactifs après avoir désherbé le terrain de football de la centrale.

Areva, qui a hérité en 2006 de ce tumulus laissé par le CEA, ajoute qu’il s’agit d’une installation classée qui fait l’objet d’une surveillance étroite en relation avec l’Autorité de sûreté nucléaire. « Cette surveillance a confirmé l’absence d’impact environnemental. C’est un ouvrage stable », assure Areva. En 2013, la partie Nord de la butte a été reprofilée et couverte d’une immense bâche pour limiter les infiltrations dans la nappe. Le projet d’évacuation des déchets radioactifs a été reporté après 2016 et la fin des chantiers de renforcement de la sûreté qui font suite à la catastrophe de Fukushima.

Par Luc CHAILLOT | Publié le 27/09/2014 à 06:03 Vu 681 fois

Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 08:20

ALERTE CARTES PETITION -
Nucléaire à Fessenheim : l'ouvrir pour la fermer !

Cher-es ami-es,

Alors que les députés ont débuté l'analyse de la loi sur la transition énergétique, nous vous invitons à diffuser et surtout participer à la nouvelle alerte cartes pétition d'Agir pour l'Environnement en envoyant les cartes pétition pour obtenir que :
  • l'engagement présidentiel de réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique de 75% à 50% se traduise concrètement par la fermeture de réacteurs nucléaires ;
  • la loi autorise le gouvernement à fermer des réacteurs nucléaires, en raison de la politique énergétique fixée par la représentation nationale ;
  • la durée de vie des centrales soit fixée à 30 ans et ce afin de ne plus « jouer avec le feu » nucléaire. ;
  • la centrale nucléaire de Fessenheim soit effectivement fermée ;

Commandez, envoyez et diffusez les alertes cartes pétition :
► OBJECTIF : 5 000 cartes pétition envoyées !


ou http://bit.ly/cartes-petition-fessenheim

Dans moins de 1000 jours, les deux réacteurs nucléaires situés à Fessenheim en Alsace seront mis à l'arrêt. Voilà ce qu'il en est de la théorie si l'on en croit les engagements pris par François Hollande durant la campagne présidentielle de 2012; engagement renouvelé à l'occasion de la conférence environnementale le 20 septembre 2013. En pratique, les discours du chef de l'Etat n'engagent que celles et ceux qui veulent bien y croire.

Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé.★ - Margaret Mead (1901 - 1978) - Anthropologue.

Stéphen, Martin, Mickaël, Julie et toute l'équipe d'Agir pour l'Environnement.
contact@agirpourlenvironnement.org
--
http://www.agirpourlenvironnement.org
http://www.facebook.com/association.agirpourlenvironnement
http://www.twitter.com/APEnvironnement


// Ensemble pour une planète vivable : Adhérez.

Plus nous sommes nombreux, plus nous avons d'impact.
Plus nous avons de soutiens, plus nous pouvons multiplier nos actions pour une planète vivable.

Une adhésion = des petits cadeaux de bienvenue !

Entre le 27/09 et le 03/10/2014, pour une adhésion en ligne supérieure à 30€ vous recevrez :
  • Un reçu fiscal pour déduire de vos impôts 66% du montant de votre don : votre dépense réelle serait alors de 10,20€ pour un don de 30€ ;
  • + nos campagnes cartes pétitions pendant 1 an ;
  • + L'AUTOCOLLANT : Nucléaire, non merci ;
  • + LE BADGE : Nucléaire, non merci ;
  • + LE LIVRE : Désobéir au nucléaire.
ou
http://www.agirpourlenvironnement.org/adherer

PS 1 : Retrouvez nos actualités, actions, dessins sur Facebook, Twitter ou via notre Flux RSS !

Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 06:18

http://blog.eichhoernchen.fr/public/blowup-images/page-t.png

Nouveau train de "Yellow Cake" en route pour l'usine AREVA de Narbonne Malvési

http://blog.eichhoernchen.fr/post/Nouveau-train-Yellow-Cake-e-pour-usine-AREVA-Narbonne-Malvesi

Le Bateau VASILIY SHUKSHIN en provenance de Russie est arrivé ce matin  (lundi 22 Septembre) dans le port de Hambourg au terminal sud ouest de la firme C. Steinweg. Le bateau transporte régulièrement des matières radioactives. Aujourd'hui il avait du concentré d'uranium appelé Yellow Cake à bord.   Cet après midi, des militantEs ont pu observer la composition du train en partance pour Malvési. Ils ont pu observer 16 containers de Yellow Cake. Le train devrait quitter le treminal d'ici quelques heures, des travailleurs de la companie de transport ont déjà été vus sur place. Le train devrait comme les fois précédentes traverser l'Allemagne via la Ruhr (Cologne, etc.) pour atteindre l'usine AREVA de Narbonne Malvési vendredi matin.(j'actualise au fir et à mesure en fonction des infos)

Les premières images du transport m'ont été transmises (auteur: Tim Christensen)


Actualisation 18:35: le train es parti. il se trouve dans le triage de Hamburg Süd . La police est nerveuse, c'est là que nous avons bloqué le train le mois dernier!

Voici qq photos:

Acualisation de lundi 22h: Le train a quitté le triage de Hamburg Süd à 19h05 et atteint la gare de triage de Maschen (3ème gare de trigae au monde par sa capacité) à 19h40.

Actualisation de mardi 23 septembre à 8h du matin: le train a quitté Maschen cette nuit vers 0h15. Il a été filmé à Osnabrück vers 2h53.

Il y a un article (en allemand) avec d'autres photos sur le blog de l'association ROBIN WOOD

Plus d'informations sur ces transports et l'usine de Malvési:

Page Web de sortir du nucléaire 34

Le terminal C. Steinweg où commence l'odysee nucléaire en Europe (Action le mois dernier à Hambourg)

Blocage du dernier train à destination de Malvési au départ de Hambourg le mois dernier par des militantEs

Article et Video sur le train de juillet dernier.

Reportage de France culture sur l'unsine AREVA de Narbonne Malvési

 

Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 10:47

Au sommaire de Science & Vie n°1164

http://www.science-et-vie.com/2014/08/au-sommaire-science-vie-n1164/


 

 

SÉRIES NOIRES ?

 

>> Lire l’avant-propos de Science&Vie n°1164.

Et découvrez dans la suite de cet article le sommaire complet ainsi que les compléments que la Rédaction a souhaité apporter à votre dernier numéro de Science&Vie .

 

 

 

[AU SOMMAIRE]

Visuel-SOMMAIRE-ACTU

16 > Labos
Un dinosaure à plumes réécrit la genèse du vol; L’aire du langage a précédé la lignée humaine…

24 > Environnement
Les grands requins blancs sont enfin de retour…

28 > Médecine
Un remède au diabète se trouve dans l’intestin…

32 > Technos
Le « sous-marin » qui s’enfile comme un scaphandre…

 

Visuels-SOMMAIRE-SCIENCE-SOCIETE

36 > Crash en Ukraine
Survoler une zone de conflit demeure risqué

40 > Conférence sur l’évaluation à l’école
Faut-il continuer à noter les élèves ?

42 > Après les derniers accidents sur notre réseau ferré
La résistance des rails reste un défi scientifique

43 > Le footballeur a oublié sa finale de Coupe du monde
Un choc à la tête peut effacer les souvenirs

44 > Dès 2016
Le sac plastique va-t-il vraiment disparaître ?

 

Visuels-SOMMAIRE-A-LA-UNE

48 > ACCIDENT NUCLÉAIRE – Comment la France s’y prépare  [En savoir plus]

- Comment la population sera-t-elle évacuée ? Sera-t-il possible de tout décontaminer ? Que deviendront les réfugiés ?

66 > OSER REGARDER LE RISQUE EN FACE

 

Visuels-SOMMAIRE-SCIENCE-DECOUVERTE

70 > Physique [En savoir plus]
Expérience ultime: ils vont créer de la matière

74 > Astronomie [En savoir plus]
Quoi de neuf dans le système solaire ?

82 > Cognition [En savoir plus]
Sens du rythme: il dope nos capacités cérébrales

88 > Paléobiologie [En savoir plus]
Il y a 2,1 milliards d’années sous les mers: la vie foisonnait déjà !

 

Visuels-SOMMAIRE-SCIENCE-TECHNIQUES

96 > Orages [En savoir plus]
On sait les prédire à un kilomètre près

99 > Intelligence artificielle [En savoir plus]
Voici le premier neurone-laser

102 > Cellules souches [En savoir plus]
Elles réparent même les fractures

106 > Sonde Rosetta [En savoir plus]
Enfin à l’abordage

 

Visuels-SOMMAIRE-SCIENCE-FUTUR

116 > La lévitation à grande vitesse va desservir la ville; Une tour solaire veut produire autant qu’une centrale nucléaire; Un prototype d’airbag pour bateau est à l’étude; Une île inaugure l’autonomie totale en électricité propre; Des abris pliables assureront un minimum de confort pour les réfugiés…

 

Visuels-SOMMAIRE-CULTURE-SCIENCE

124 > Bon à savoir

126 > Questions/Réponses

132 > A lire / à voir

135 > Le ciel du mois

136 > Technofolies

140 > Il y a… 20 ans: Andrew Whiles triomphe du dernier « théorème de Fermat »

 

∞ ∞ ∞

 

[PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES, VIDÉOS, SITES WEB, LIVRES...]

Retrouvez les sources et les références essentielles pour approfondir les articles parus dans votre magazine.

 


ACCIDENT NUCLÉAIRE – COMMENT LA FRANCE S’Y PRÉPARE

 À CONSULTER

> Les premiers éléments de doctrine « post-accidentelle » de l’autorité de sûreté nucléaire française, dans un vocabulaire quelque peu administratif –ce document s’adresse plutôt aux élus

http://www.asn.fr/Presse/Actualites-ASN/Gestion-post-accidentelle-d-un-accident-nucleaire

> Le plan national de réponse « accident nucléaire ou radiologique majeur ». Une approche assez militaire

http://www.sgdsn.gouv.fr/site_rubrique146.html

> Cette page réunit les documents de travail du « Comité directeur pour la gestion de la phase post-accidentelle d’un accident nucléaire ou d’une situation d’urgence radiologique » (CODIRPA) ; une lecture foisonnante et souvent agréable

http://post-accidentel.asn.fr/Gestion-post-accidentelle/Les-travaux-du-CODIRPA/Synthese-et-rapport-de-chaque-groupe-de-travail

 

À LIRE

La supplication – Tchernobyl, chronique du monde après l’apocalypse: pendant les mois et les années qui ont suivi la catastrophe de Tchernobyl, la journaliste Biélorusse Svetlana Alexievitch a récolté sur le terrain quantité de témoignages saisissants. Un livre coup de poing.

http://www.jailu.com/albums_detail.cfm?id=13972

> Les silences de Tchernobyl- l’avenir contaminé: une analyse plus politique et sociologique de la catastrophe de 1986. La nouvelle édition comporte une interview de Michael Gorbatchev.

http://www.autrement.com/ouvrage/les-silences-de-tchernobyl-galia-ackerman-guillaume-grandazzi-frederick-lemarchand

> La France nucléaire – l’art de gouverner une technologie contestée: analyse très fine et documentée de la suprématie du nucléaire en France. L’historienne et sociologue Sezin Topçu met en évidence les stratégies utilisées par l’Etat pour faire accepter l’atome aux français… Tout en étouffant les mouvements anti-nucléaires , pourtant très virulents à l’origine dans l’hexagone

http://www.seuil.com/livre-9782021052701.htm

 

À VOIR

> Inéluctable: ce docu-fiction d’Arte, baptisé « Inéluctable »,  reprend à son compte l’hypothèse terrifiante d’un accident nucléaire en France. Avec les limites du genre

 

> Le documentaire « La bataille de Tchernobyl ».  Diffusé par France 3 à l’occasion du vingtième anniversaire de la catastrophe. Bien réalisé

 

 


PHYSIQUE – EXPÉRIENCE ULTIME: ILS VONT CRÉER DE LA MATIÈRE

 À CONSULTER

> La publication scientifique qui détaille l’expérience ultime (en anglais)

http://www.nature.com/doifinder/10.1038/nphoton.2014.95

Pike, O. J., F. Mackenroth, E. G. Hill, et S. J. Rose. « A photon–photon collider in a vacuum hohlraum ». Nature Photonics, 18 mai 2014. doi:10.1038/nphoton.2014.95.

 À VOIR

> John Wheeler raconte son travail avec Gregory Breit (en anglais)

 

 


ASTRONOMIE – QUOI DE NEUF DANS LE SYSTÈME SOLAIRE ?

 À VOIR

> Sur le site du Jet Propulsion Laboratory, les images de la sonde Cassini, montrant la nouvelle lune apparue dans les anneaux de Saturne

http://www.jpl.nasa.gov/spaceimages/details.php?id=PIA18078

> Sur l’un des sites de la Nasa, les images de la grande tâche rouge de Jupiter, mettant en évidence sa réduction accélérée

http://apod.nasa.gov/apod/ap140517.html

> Dans cette vidéo de l’université Cornell, Jason Hofgartner relate sa découverte d’une nouvelle île apparue sur le satellite Titan

 


COGNITION- SENS DU RYTHME: IL DOPE NOS CAPACITÉS CÉRÉBRALES

 À LIRE

> L’un des articles de recherche de Nicolas Escoffier (université de Singapour) montrant que le rythme musical améliore les performances cognitives

http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0001691810000776

Escoffier, Nicolas, Darren Yeo Jian Sheng, et Annett Schirmer. « Unattended Musical Beats Enhance Visual Processing ». Acta Psychologica 135, no 1 (septembre 2010): 12‑16. doi:10.1016/j.actpsy.2010.04.005.

 À CONSULTER

> Un test, en ligne, pour évaluer son oreille musicale, créé par le laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son » (Université Mc Gill, Université de Montréal)
http://www.brams.org/test-en-ligne/

 À VOIR

> Dans cette vidéo, l’otarie Ronan suit le rythme des morceaux de musique qu’on lui fait écouter

 

> Dans cette vidéo, le perroquet Snowball suit le rythme des morceaux de musique qu’on lui fait écouter


PALEOBIOLOGIE – IL Y A 2,1 MILLIARDS D’ANNÉES SOUS LES MERS: LA VIE FOISONNAIT DÉJÀ !

 À CONSULTER

> Pour vous remettre en mémoire les premiers indices de la faune disparue, en 2010, ce communiqué de presse du CNRS décrit la découverte et les techniques employées pour l’analyser

http://www2.cnrs.fr/presse/communique/1928.htm

> L’article de Nature (en anglais) donne le détail de cette première recherche

http://www.nature.com/doifinder/10.1038/nature09166

Albani, Abderrazak El, Stefan Bengtson, Donald E. Canfield, Andrey Bekker, Roberto Macchiarelli, Arnaud Mazurier, Emma U. Hammarlund, et al. « Large colonial organisms with coordinated growth in oxygenated environments 2.1 Gyr ago ». Nature 466, no 7302 (1 juillet 2010): 100‑104. doi:10.1038/nature09166.

> Le nouvel article, publié le 25 juin 2014 chez PLOS One (en anglais, disponible en ligne) détaille la diversité des organismes micro et surtout macroscopique trouvée sur place

http://dx.plos.org/10.1371/journal.pone.0099438

El Albani, Abderrazak, Stefan Bengtson, Donald E. Canfield, Armelle Riboulleau, Claire Rollion Bard, Roberto Macchiarelli, Lauriss Ngombi Pemba, et al. « The 2.1 Ga Old Francevillian Biota: Biogenicity, Taphonomy and Biodiversity ». Édité par Lorenzo Rook. PLoS ONE 9, no 6 (25 juin 2014): e99438. doi:10.1371/journal.pone.0099438.
> Pour avoir un aperçu des plus anciens biotas et fossiles complexes (Ediacara, Burgess, etc.). L’article datant de2010, il ne contient pas (encore) les dernières avancées publiées par l’équipe de l’université de Poitiers
http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/fossiles-pluricellulaires.xml
> Pour voir une exposition consacrée à cette découverte (prolongée jusqu’en octobre 2014 suite à son succès), il faut aller au Muséum d’histoire naturelle de Vienne (Autriche). Une page présente l’exposition et la découverte (traduite en français)

http://www.nhm-wien.ac.at/en/exhibitions/special_exhibitions/experiment_life_-_gabonionta

 

> Abderrazak El Albani possède un site web riche en contenu : vous y trouverez notamment des photos et des vidéos sur ses derniers travaux

http://blogs.univ-poitiers.fr/abderrazzak-el-albani/

 

> Le site de l’Institut de Chimie des Milieux et Matériaux de Poitiers où se trouve le laboratoire du Pr El Albani. Y sont présenté les travaux et publications de son équipe, et quelques interviews sont à écouter sur l’ancien écosystème gabonais

http://ic2mp.labo.univ-poitiers.fr/spip.php?article167


ORAGES -  ON PEUT LES PRÉDIRE A UN KILOMÈTRE PRÈS

 À CONSULTER

> Sur le site de la société privée de prévision météo Keraunos, une page renseigne sur les risques d’orages à l’échelle des communes

http://www.keraunos.org/previsions/risque-orage-grele-rafales-de-vent-tornade-sur-ma-commune-prevision-risque-meteo.html

>Sur le site de MétéoFrance, de nombreuses informations sur l’amélioration des techniques de prévision fine, s’approchant de l’échelle du kilomètre

http://www.meteofrance.fr/activites/ameliorer-les-previsions-meteorologiques/des-techniques-de-prevision-innovantes

 


INTELLIGENCE ARTIFICIELLE – VOICI LE PREMIER NEURONE-LASER

 À CONSULTER

> L’article des chercheurs du Laboratoire de Photonique et de Nanostructures, présentant les fondements d’un nouveau composé optoélectronique fonctionnant comme un neurone biologique

http://link.aps.org/doi/10.1103/PhysRevLett.112.183902

Selmi, F., R. Braive, G. Beaudoin, I. Sagnes, R. Kuszelewicz, et S. Barbay. « Relative Refractory Period in an Excitable Semiconductor Laser ». Physical Review Letters 112, no 18 (7 mai 2014). doi:10.1103/PhysRevLett.112.183902.

 


CELLULES SOUCHES – ELLES RÉPARENT MÊME LES FRACTURES

 

 À CONSULTER

> Le site du projet de recherche clinique « Reborne », qui explore l’utilisation des cellules souches dans le traitement des fractures

http://www.reborne.org/

 


ROSETTA – ENFIN A L’ABORDAGE

 À VOIR

> Sur le site de l’ESA dédié à la mission Rosetta, photos, explications, interviews, schémas, pour connaître les coulisses de l’exploit

http://sci.esa.int/rosetta/

> Sur cette page, les images, quotidiennes, prises par la sonde s’approchant de la comète

http://sci.esa.int/rosetta/54523-cometwatch-daily-navcam-images/

 

 

 

A lire sur le même thème

Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:52

A lire aussi l'article sur la plainte rejetée de la veuve de Jean Leu apres l'exposé du décret de  Légifrance .

Légifrance, le service public de l'accès au droit - Accueilhttp://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029463424&dateTexte=&categorieLien=id

 

JORF n°0215 du 17 septembre 2014 page 15200
texte n° 1


DECRET
Décret n° 2014-1049 du 15 septembre 2014 relatif à la reconnaissance et à l'indemnisation des victimes des essais nucléaires français

NOR: PRMX1409236D


Publics concernés : personnes atteintes de maladies radio-induites provoquées par les essais nucléaires réalisés par la France entre 1960 et 1996 en Polynésie française et dans certaines zones du Sahara, quel que soit leur statut (civils ou militaires, travailleurs sur les sites d'expérimentations et populations civiles, ressortissants français ou étrangers) ; membres du Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires ; agents assistant le président du Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires.
Objet : modalités d'application de la loi n° 2010-2 du 5 janvier 2010 relative à la reconnaissance et à l'indemnisation des victimes des essais nucléaires français.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice : le décret abroge et remplace le décret n° 2010-653 du 11 juin 2010 pris en application de la loi n° 2010-2 du 5 janvier 2010 relative à la reconnaissance et à l'indemnisation des victimes des essais nucléaires français, afin de tenir compte des modifications apportées à cette loi par l'article 53 de la loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense et la sécurité nationale. Il prend notamment en compte le changement de statut du Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires (CIVEN), qui était auparavant un organisme consultatif faisant des recommandations au ministre de la défense et qui est désormais une autorité administrative indépendante ayant compétence pour décider d'attribuer ou non des indemnisations au titre de la loi du 5 janvier 2010.
Références : le présent décret peut être consulté sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).
Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre de la défense,
Vu le code de la défense, notamment son article L. 4221-1 ;
Vu la loi n° 71-498 du 29 juin 1971 modifiée relative aux experts judiciaires, notamment son article 2 ;
Vu la loi n° 2010-2 du 5 janvier 2010 modifiée relative à la reconnaissance et à l'indemnisation des victimes des essais nucléaires français ;
Vu la loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense, notamment le III de son article 54 ;
Vu le décret n° 92-681 du 20 juillet 1992 modifié relatif aux régies de recettes et aux régies d'avances des organismes publics ;
Vu le décret n° 2006-672 du 8 juin 2006 modifié relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions administratives à caractère consultatif, notamment ses articles 9 à 14 ;
Vu le décret n° 2006-781 du 3 juillet 2006 fixant les conditions et les modalités de règlement des frais occasionnés par les déplacements temporaires des personnels civils de l'Etat ;
Le Conseil d'Etat (section de l'administration) entendu,
Décrète :

  • Chapitre Ier : Maladies et zones concernées


    La liste des maladies mentionnée à l'article 1er de la loi du 5 janvier 2010 susvisée est annexée au présent décret.


    Les zones du Sahara mentionnées au 1° de l'article 2 de la loi du 5 janvier 2010 susvisée sont celles qui sont inscrites, d'une part, dans un secteur angulaire de 10 degrés centré sur le point (0 degré 3 minutes 26 secondes ouest - 26 degrés 18 minutes 42 secondes nord) compris entre l'azimut 100 degrés et l'azimut 110 degrés sur une distance de 350 kilomètres et, d'autre part, dans un secteur angulaire de 40 degrés centré sur le point (5 degrés 2 minutes 30 secondes est - 24 degrés 3 minutes 0 seconde nord) compris entre l'azimut 70 degrés et l'azimut 110 degrés sur une distance de 40 kilomètres et prolongé sur l'axe d'azimut 90 degrés par un secteur rectangulaire de longueur 100 kilomètres.

  • Chapitre II : Fonctionnement du comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires


    Le comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires se réunit sur convocation de son président.
    La convocation précise l'ordre du jour.
    La forme et le délai de convocation des membres du comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires sont fixés par le règlement intérieur du comité mentionné à l'article 9.
    Le comité ne peut valablement délibérer que si cinq au moins de ses membres sont présents.


    I. - Les personnels du comité sont recrutés par le président du comité, dans la limite des crédits ouverts à cet effet au budget des services du Premier ministre au titre du comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires.
    II. - Le président du comité peut également faire appel, avec l'accord des ministres intéressés, à des personnels mis à disposition par les services de l'Etat dont le concours est nécessaire à l'accomplissement de sa mission. Il peut faire appel aux réservistes du ministère de la défense.
    III. - Les agents publics de catégorie A ou assimilés peuvent, dans la limite de leurs attributions, recevoir délégation de signature du président du comité.


    Le président du comité a autorité sur l'ensemble des personnels du comité.


    I. - Le président du comité perçoit une indemnité mensuelle.
    Le vice-président et les autres membres du comité bénéficient d'indemnités attribuées pour leur présence effective à chaque séance et à chaque session de travail préparatoire.
    Toute demi-journée passée au comité sur convocation du président est comptée pour une séance ou pour une session de travail préparatoire à l'une de ces séances.
    Un arrêté conjoint du Premier ministre, du ministre chargé de la fonction publique et du ministre chargé du budget détermine le montant des indemnités susceptibles d'être allouées au président et aux membres du comité.
    II. - Le président et les membres du comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires ainsi que ses agents peuvent prétendre au remboursement des frais de transport et de séjour qu'ils sont susceptibles d'engager à l'occasion des déplacements effectués dans le cadre de leurs missions dans les conditions applicables aux personnels civils de l'Etat.


    Le comptable assignataire des recettes et des dépenses du comité est le contrôleur budgétaire et comptable ministériel des services du Premier ministre.


    Des régies de recettes et d'avances peuvent être créées par le président du comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires sur avis conforme du contrôleur budgétaire et comptable ministériel des services du Premier ministre dans les conditions fixées par le décret du 20 juillet 1992 susvisé.


    Le comité établit son règlement intérieur, qui fixe, notamment, les conditions de son fonctionnement. La délibération portant adoption de ce règlement est publiée au Journal officiel de la République française.

  • Chapitre III : Modalités d'instruction des demandes d'indemnisation


    Le dossier présenté par le demandeur comprend :
    1° Tout document permettant d'attester qu'il est atteint de l'une des maladies figurant sur la liste annexée au présent décret ;
    2° Tout document permettant d'attester qu'il a résidé ou séjourné dans les zones et durant les périodes mentionnées à l'article 2 de la loi du 5 janvier 2010 susvisée ;
    3° Le cas échéant, tous documents relatifs aux autres procédures engagées par le demandeur concernant l'indemnisation des mêmes préjudices et les justificatifs des prestations et indemnités perçues à ce titre ;
    4° Tous éléments de nature à éclairer le comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires dans l'instruction du dossier.


    Les demandes sont adressées par lettre recommandée avec demande d'avis de réception au comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires, qui accuse réception du dépôt de la demande. Si le dossier est incomplet, il invite le demandeur à lui adresser les pièces manquantes.
    Le comité procède à l'enregistrement du dossier complet, qui fait courir les délais prévus à l'article 4 de la loi du 5 janvier 2010 susvisée. Il informe sans délai le demandeur du caractère complet de son dossier par lettre recommandée avec demande d'avis de réception.
    Le demandeur peut se faire assister d'une personne de son choix à toutes les étapes de la procédure.
    Il peut à tout moment présenter des observations écrites et être informé de l'état d'avancement de la procédure. Il reçoit communication de toute pièce versée à son dossier et susceptible d'être prise en compte par le comité d'indemnisation.
    Sur sa demande formulée par écrit auprès du comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires, le demandeur peut s'exprimer lui-même devant le comité pour défendre son dossier, ou désigner un représentant pour le faire en son nom. Dans cette hypothèse, les frais de déplacement du demandeur ou de son représentant sont à la charge du demandeur.


    Le comité peut faire réaliser des expertises. Lorsqu'il décide d'une expertise médicale, le médecin chargé de procéder à l'expertise est choisi, en fonction de sa compétence dans le domaine intéressé, notamment sur l'une des listes mentionnées au I de l'article 2 de la loi du 29 juin 1971 susvisée. Les frais relatifs à ces expertises sont à la charge du comité.
    Lorsque le comité recourt à des expertises médicales, le demandeur est convoqué quinze jours au moins avant la date de l'examen, par lettre recommandée avec demande d'avis de réception. Il est informé de l'identité et des titres des médecins chargés d'y procéder ainsi que de l'objet, de la date et du lieu de l'examen. Il peut se faire assister d'un médecin de son choix.
    Les frais de déplacement du demandeur sont à la charge du comité.
    Le rapport de l'expert médical chargé de l'examen du demandeur doit être adressé dans les vingt jours au comité d'indemnisation par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ainsi qu'au demandeur, par l'intermédiaire du médecin qu'il désigne et, le cas échéant, au médecin qui l'a assisté.


    La présomption de causalité prévue au V de l'article 4 de la loi du 5 janvier 2010 susvisée bénéficie au demandeur lorsqu'il souffre de l'une des maladies radio-induites mentionnées à l'annexe du présent décret et qu'il a résidé ou séjourné dans l'une des zones définies à l'article 2 de la loi du 5 janvier 2010 susvisée et à l'article 2 du présent décret. Cette présomption ne peut être écartée que si le risque attribuable aux essais nucléaires peut être considéré comme négligeable au regard de la nature de la maladie et des conditions de l'exposition aux rayonnements ionisants.
    Le comité d'indemnisation détermine la méthode qu'il retient pour formuler sa décision en s'appuyant sur les méthodologies recommandées par l'Agence internationale de l'énergie atomique.
    La documentation relative aux méthodes retenues par le comité d'indemnisation est tenue à la disposition des demandeurs.


    I. - Le demandeur fait connaître par lettre recommandée avec demande d'avis de réception s'il accepte ou non l'offre d'indemnisation qui lui est faite par le comité d'indemnisation.
    II. - L'absence de décision du comité dans le délai de huit mois à compter de l'enregistrement de la demande par le comité d'indemnisation vaut rejet de la demande.

  • Chapitre IV : La commission consultative de suivi des conséquences des essais nucléaires


    Les séances de la commission consultative de suivi des conséquences des essais nucléaires mentionnée à l'article 7 de la loi du 5 janvier 2010 susvisée sont régies par les dispositions des articles 9 à 14 du décret du 8 juin 2006 susvisé.
    Sont membres de la commission consultative, au titre des représentants de l'administration, un représentant de chacun des ministres chargés des affaires étrangères, de la santé, de la défense et de l'outre-mer.
    Les représentants des ministres chargés des affaires étrangères, de la santé, de la défense et de l'outre-mer sont nommés pour une durée de trois ans par arrêtés conjoints du Premier ministre et, respectivement, des ministres chargés des affaires étrangères, de la santé, de la défense et de l'outre-mer.
    Les représentants des associations représentatives de victimes et les personnalités qualifiées sont nommés pour une durée de trois ans par arrêté du Premier ministre.
    La commission est présidée par le ministre chargé de la santé.
    En fonction de l'ordre du jour, le président peut faire entendre par la commission toute personne dont l'audition paraît utile et solliciter de tout tiers qualifié un avis ou une consultation.
    Les dépenses afférentes à la commission sont prises en charge par le budget des services du Premier ministre. Au titre de leur participation aux séances de la commission consultative de suivi des conséquences des essais nucléaires, ses membres ont droit au remboursement de leurs frais de déplacement dans les conditions prévues par le décret du 3 juillet 2006 susvisé.

  • Annexe


    ANNEXE
    LISTE DES MALADIES RADIO-INDUITES MENTIONNÉES À L'ARTICLE 1ER DE LA LOI DU 5 JANVIER 2010 SUSVISÉE RELATIVE À LA RECONNAISSANCE ET À L'INDEMNISATION DES VICTIMES DES ESSAIS NUCLÉAIRES FRANÇAIS


    Désignation des maladies


    Leucémies (sauf leucémie lymphoïde chronique car considérée comme non radio-induite).
    Myélodysplasies.
    Cancer du sein.
    Cancer du corps thyroïde pour une exposition pendant la période de croissance.
    Cancer cutané sauf mélanome malin.
    Cancer du poumon.
    Cancer du côlon.
    Cancer des glandes salivaires.
    Cancer de l'œsophage.
    Cancer de l'estomac.
    Cancer du foie.
    Cancer de la vessie.
    Cancer de l'ovaire.
    Cancer du cerveau et système nerveux central.
    Cancer des os et du tissu conjonctif.
    Cancer de l'utérus.
    Cancer de l'intestin grêle.
    Cancer du rectum.
    Cancer du rein.
    Lymphomes non hodgkiniens.
    Myélomes.


Fait le 15 septembre 2014.


Manuel Valls

Par le Premier ministre :


Le ministre des affaires étrangères et du développement international,

Laurent Fabius


Le ministre des finances et des comptes publics,

Michel Sapin


Le ministre de la défense,

Jean-Yves Le Drian


La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes,

Marisol Touraine


La ministre de la décentralisation et de la fonction publique,

Marylise Lebranchu


La ministre des outre-mer,

George Pau-Langevin


Télécharger le document en RTF (poids < 1Mo) Fac-similé (format: pdf, poids < 3.5 Mo)

 


Essais nucléaires : le tribunal administratif a rejeté la plainte de la veuve de Jean Leu

http://france3-regions.francetvinfo.fr/franche-comte/2014/09/25/essais-nucleaires-le-tribunal-administratif-rejete-la-plainte-de-la-veuve-de-jean-leu-558074.html

 

Estimant que le décès de son mari est la conséquence des essais nucléaires pratiqués en Algérie, la veuve d'un pilote de l'Armée française avait déposé une plainte le 4 septembre dernier devant le tribunal administratif de Besançon. Sa demande a été rejetée.

  • Par Fabienne Le Moing
  • Publié le 25/09/2014 | 09:59, mis à jour le 25/09/2014 | 09:59
arton38656-8dd7f_1.jpg
Gerboise bleue, c'est le nom de code qui avait été donné au tout premier essai nucléaire aérien effectué dans le Sahara le 13 février 1960 sur ordre du général de Gaulle. Cette explosion, quatre fois plus importante que celle d'Hiroshima, avait permis à la France de devenir une puissance nucléaire.

Suivront Gerboise blanche, puis rouge, puis verte. Puis 13 autres essais, souterrains cette fois-ci. En tout, la France procèdera à 17 essais nucléaires dans le Sahara jusqu'en 1966.



Quel impact pour la santé humaine ?

Le parcours du nuage est connu. Un jour après l'explosion, il traverse le désert, en fonction des vents, et atteint Tamanrasset. En l'espace de 24 heures, l'Afrique subsaharienne est touchée. En Afrique centrale, Ndjamena et Bangui le sont aussi.

Trois jours plus tard, le nuage remonte vers l'Afrique de l'Ouest pour atteindre Bamako, quatre jours après l'explosion. Deux semaines après, toujours chargé de radioactivité, il atteint les côtes méditerranéennes espagnoles, ainsi qu'une bonne moitié de la Sicile.

Reste à savoir, désormais, quel a pu être l'impact du nuage sur la santé des populations.

La veuve de Jean Leu : pilote de l'Armée Française, persuadée que son mari est décédé à cause de ces essais nucléaires pratiqués en Algérie, demandait réparation. Le tribunal administratif ne l'a pas entendue et a rejeté sa demande.
Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 07:36

Nucléaire algérien, nouvelles révélations explosives

Par Ziad Alami le 15/09/2014 à 07h19 (mise à jour le 15/09/2014 à 09h58)

http://www.le360.ma/fr/politique/nucleaire-algerien-nouvelles-revelations-explosives-21479

Centrale nucléaire Algérie

© Copyright : DR

 Des données confidentielles révèlent un projet algérien de construction d'un nouveau complexe nucléaire, relançant les inquiétudes quant à l’intention d’Alger de fabriquer la bombe atomique.

Maintenant que le lièvre est levé, Alger va-t-elle une nouvelle fois exciper de ce vrai/faux "usage civil" de son programme nucléaire? Croulant sur d’impressionnants gisements pétroliers et gaziers, ce riche pays est-il réellement en manque d’énergie pour négocier, à l’abri des regards de l’Agence internationale de l’énergie nucléaire (AIEA), la construction d’un nouveau complexe? Les 200 milliards de dollars épargnés à titre de "réserve" par l’Etat algérien, à défaut de projets proprement dits socio-économiques au profit du peuple algérien frère, ne servent-ils pas à nourrir plutôt cette ambition cachée du Palais El Mouradia de doter l’Algérie de la bombe atomique? Les révélations, rapportées par Al Akhbar, dans sa livraison du lundi 15 septembre, sont explosives. "Des données confidentielles au sujet du projet de construction d’un nouveau complexe nucléaire en Algérie alertent au plus haut point les services diplomatiques et sécuritaires marocains", titre le quotidien, qui évoque un "accord" signé, en catimini, par Alger avec un institut étranger spécialisé dans les études et l’industrie nucléaires. Ces données confidentielles, parvenues aux services marocains dans le courant de la semaine dernière, d’après les sources d’Al Akhbar,  relancent ainsi les inquiétudes internationales quant à cet usage prétendument "civil" du nouveau complexe nucléaire algérien. Les indicateurs déjà disponibles ne sont surtout pas pour rassurer.

Vous avez dit "usage civil" ?

Rappelez-vous: En 1991, juste après la signature de l’accord de cessez-le-feu entre le Maroc et le Polisario, des avions de reconnaissance de l’US Air Force survolent la région d’Aïn Ousserra, en Algérie, et découvrent un réacteur nucléaire de 15 mégawats thermiques fourni, dans le secret le plus total, à la fin des années 80, par la République de Chine. Utilisant l’eau lourde comme fluide modérateur, ce réacteur se prêterait assez facilement à l’utilisation militaire: il pourrait permettre, à partir d’uranium, de produire en un an assez de plutonium pour la fabrication de la bombe atomique. Cette révélation, balancée par l’US Air Force sur la base d’une alerte alors lancée par le Washington Post, avait depuis braqué l’attention des services internationaux sur l'Algérie. En 1997, une nouvelle révélation est venue confirmer ces inquiétudes. Et c’est le Centro National de Intelligencia, équivalent espagnol de la CIA, qui dégaine: "L’Algérie a bel et bien l’intention de produire du plutonium à usage militaire, un matériau capable de fabriquer une arme nucléaire".

Faux démenti, vrai enjeu

Alger a beau nier le caractère militaire de son programme nucléaire, en vain. Soumise à un embargo militaire international depuis la fameuse découverte du site d’Aïn Ousserra, en 1991, elle bénéficiera d’un état de grâce depuis 2006. Dès lors, elle n’a eu de cesse de multiplier les contrats d’achat d’armes relançant  dangereusement cette course effrénée à l’armement propre à la tristement célèbre Guerre froide. En ligne de mire, le Maroc et surtout sa souveraineté sur ses provinces du sud. Cette hostilité, héritée de l’ère de Houari Boumediene, a pris, sous l’indémodable règne d’Abdelaziz Bouteflika, les allures d’un acharnement des plus hystériques contre le Maroc. Acharnement qui risque de prendre, en 2015, des proportions préoccupantes, comme le laissent entendre les derniers développements survenus dans le dossier saharien.

Médiation au Sahara, Alger veut brouiller les cartes

Alors qu’on s’attendait à une nouvelle tournée maghrébine de l’émissaire onusien Christopher Ross, en vue de relancer des pourparlers gelés depuis janvier 2008 autour du conflit saharien, voilà qu’Alger veut brouiller les pistes en arrangeant, moyennant des valises de pétrodollars, un périple international pour un pseudo "émissaire" de la non moins pseudo Union Africaine, soit l’ancien président du Mozambique, connu pour sa partialité légendaire dans le conflit saharien. En rapport avec cette manœuvre signée Alger, Al Khabar estime que le but en serait de susciter l’embarras de Rabat et de mettre en brèche le bloc de soutien que les pays membres du Conseil de sécurité, dont la France notamment, apportent au Maroc dans la défense de son intégrité territoriale.

Une manœuvre algérienne dévoilée par le quotidien Al Alam, et dont l’objectif escompté serait de placer le dossier du sahara dans une optique africaine plutôt qu’onusienne. Selon cet organe arabophone de la presse du parti de l’Istiqlal (opposition), Alger voudrait contourner le mécanisme décisionnel de l’ONU, le Conseil de sécurité, fortement acquis à la thèse marocaine, en essayant de présenter une issue africaine à l’évidence fictive et pratiquement impossible à un conflit créé de toutes pièces. En somme, une nouvelle sale manœuvre. En tout cas pas autant que le serait cette bombe atomique qu’Alger voudrait bidouiller pour terroriser la région.   

Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact