Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 09:32

La précision du webmestre:

Dans cet article de la Marseillaise-l'Hérault du Jour jeudi 24 octobre 2013, la presse cite le collectif "Non à l'hinterland" en ces termes :  " le collectif  "Non à l'hinterland " qui a accueilli la marche contre Ie nucléaire en août dernier", c’est ce que l'on appelle un fait.
La dernière phrase de ce texte de presse se termine ainsi : (les deux collectifs du Nord du Bassin de Thau cités ) "attendent aussi une plus grande transparence." Cette fin de phrase, sans italique, signifie donc que ce n'est pas une information qui fut recueillie auprès des militants interviewés.
Donc : soit c'est un libre apport de la journaliste ( qui n'engage qu'elle même), soit c'est  une information en provenance d'une autre source.

Merci aux lecteurs du blog de tenir compte de cette remarque .

 

 

 

La Marseillaise l'Hérault du Jour jeudi 24 octobre 2013

Bassins de Thau.Selon les anti-nucléaires,60 tonnes de matière radioactive transitent chaque jour sur le territoire.

Menaces nucléaires sur les rives de l'étang.

Y a-t-il un risque d'accident nucléaire sur le Bassin de Thau ?,C'est la question posée par le collectif d'action contre I'AGCS (accord général sur le commerce des services) de Loupian.
"Pas moins de 60 tonnes de tétrachlorure d'uranium (UF4) I)partent chaque jour de l'usine Cornurhex de Malvési près de Narbonne pour rejoindre le site nucléaire du Tricastin à Pierrelatte", révèle Jean Pascal Michel ,militant du collectif. "Ces matières,radioactives  chargées dans des camions,circulent quotidiennement sur I'A9 et I'A7.L’accident d'un de ces véhicules pourrait contaminer,les eaux et les populations du Bassin de Thau. Et pourtant ce,risque n'est absolument pas pris en compte dans le schéma de cohérence territorial (Scot) qui devrait être clôturé mi novembre."
Le collectif d'action contre I'AGCS demande donc que le Scot soit modifié en intégrant un volet nucléaire  afin d'évaluer les risques d'accidents et il invite tous les  maires du Bassin à prendre des arrêtés interdisant la circulation de ces matières radioactives.

Manques de transparence autour de ces matières dangereuses.

"Le taux de radioactivité de I'UF4 est inférieur à celui des déchets nucléaires mais il est quand même important"  précise Didier Latorre, membre du réseau "Sortir du nucléaire 34" et porte-parole de" Stop uranium". "En septembre dernier nous avons bloqué un de ces camions près de Narbonne et nous avons mesuré les rayons gamma. A un mètre du camion  la radioactivité était de 2800 nanosieverts heure  soit 45fois le niveau autorisé et de 7200 nanosieverts/ heure au contact (soit 120 fois le bruit de fond). "

Est-ce que les chauffeurs des véhicules sont au courant? Sont ils,protégés? Les maires sont-ils informés de ce transport de matières dangereuses à proximité de leur commune? Que se passerait-il en cas d'accident? Un plan,d'intervention est-il prévu par les préfectures?
Autant de questions restées à ce jour sans réponse."Nous avons rendez-vous avec le préfet de I'Aude en novembre "annonce,Didier Latorre. "J'espère que,nous obtiendrons des réponses et qu'une enquête indépendante sur les risques liés à I'usine Comurhex de Malvési et aux convois qui en partent chaque jour sera lancée. "
Le collectif d'action contre l' AGCS de Loupian et le collectif "Non à l'hinterland " qui a accueilli la marche contre Ie nucléaire en août dernier attendent aussi une plus grande transparence.

EMMANUELLE STANGE.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Atome
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact