les raisons de la colère : Le clan sectaire des suprémacistes brigandes salvetoises.
Les éléments de langage  des suprémacistes de  Barka production à la Salvetat sur Agout ont lamentablement évolué au fur et à mesure que les tensions allaient crescendo. L’utilisation d’un nouveau  vocabulaire est préconisé  mais les tristes personnages sont identiques et égaux à eux même  pour tromper une population peu encline à ouvrir les yeux sur une certaine réalité idéologique  de ces illuminés, à qui Joël Labruyère promet la vie éternelle pourvu que l’on suive  ses concepts de gourou dégénéré .
Remplacer donc  « secte » par  « clan »,  « les Brigandes » sont devenues « les Salvetoises », et les ultra-nationalistes identitaires  des « suprémacistes » blancs chantant toujours la haine du noir ou du gris voire du jaune, de l’islamiste, du sioniste, du catholique, du bouddhiste du pape, du gauchiste, du jésuite, du politique (de droite comme de gauche), du philosophe, de l’homosexuel, de la lesbienne, comme du transgenre, des journalistes, de la justice, de la police, des syndicalistes, des francs-maçons…. , enfin bref tout ce qui n’adhèrent pas à la thèse du « grand remplacement » : s’armer pour se défendre contre l’envahisseur !
Avec les suprémacistes blancs, ce n’est plus l’état d’urgence permanent, c’est l’état de guerre permanent !
Lire / État d’urgence : ultra-brigandes à la Salvetat sur Agout du 13 septembre 2016 in panache-salvetois.

«  les Brigandes sont l’émanation d’une secte ouvertement gnostique, antichrétienne, totalement illuminée, aux ordres d’un gourou délirant de 68 ans, Joël Labruyère, sous la coupe duquel une petite « communauté » vivant entassée, de façon particulièrement glauque…
On ne peut qu’être horrifié en repensant aux déguisements de chouannes, pour des malheureuses qui haïssent l’Église et méprisent les catholiques.Une secte occultiste tentant de subvertir le milieu nationaliste avec les brigandes

Suprémacistes : l’idéologie clanique des brigandes salvetoises !

Tas de merde derrière un masque de soie

Napoléon  s’adressant à  son ministre des affaires étrangères déclarait :
 » Monsieur Talleyrand, vous n’êtes qu’un tas de merde dans des bas de soie »

Les brigandes salvetoises produites par Barka sous la direction de Joël Labruyere : un grand tourmenteur, menteur, voleur, lâche et pervers,  soit :
« Un  gros tas de merde derrière un masque de soie! »

Suprémacistes : « Annus Horibilis »  2016/2017  à l’école primaire de la Salvetat.

les  Brigandes salvetoises remettent en cause le programme pédagogique que l’équipe enseignante a choisi, demandent « l’école à la carte »  et brûlent les livres pour enfants,  prêtés gracieusement par les maîtresses, que  le clan sectaire des brigandes salvetoises jugent inadaptés à l’éducation de leurs bambins.  [Enfants qui par ailleurs sont mis en scène dans  leurs clips vidéos promouvant la haine et la discrimination.] Tension dans l’équipe enseignante, tensions chez les parents d’élèves, démissions au conseil d’école : l’académie est informée….. Bonjour la rentrée 2017 / 2018…….
Que déclarent les suprémacistes salvetois sur l’éducation nationale (? ) :

« Les gens ne réalisent pas à quel point l’Éducation nationale est un viol psychique de masse. Pour nous, le problème crucial sera de recréer des écoles véritablement libres car la république totalitaire prétend être la propriétaire de nos enfants. »

La lecture de Bertholt Brecht (1941) :  » Le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde «  sera-t-elle au programme ?

 « Vous, apprenez à voir, plutôt que de rester
Les yeux ronds. Agissez au lieu de bavarder.
Voilà ce qui aurait pour un peu dominé le monde !
Les peuples en ont eu raison, mais il ne faut
Pas nous chanter victoire, il est encore trop tôt :
Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde. »
Berthold Brecht

 

Le virus  scatologique des suprémacistes brigandes salvetoises.

Lire E.T. : Un extra-terrestre à la Salvetat sur Agout in panache-salvetois du 27 février 2017

Propagande suprémaciste des brigandes salvetoises lors de la campagne électorale législative 2017.

Alors que défendre nos libertés, et les droits humains les plus fondamentaux, face à ces pestilentiels suprémacistes, indisposent  toujours  la municipalité salvetoise. Le maire persévère   dans sa politique de l’autruche.  Depuis son appel à la tolérance envers ce clan sectaire de suprémacistes, les brigandes salvetoises chantent leur  bon maire débonnaire qu’est devenu à leurs yeux Thibault Estadieu, en agitant  devant le fronton de la mairie  » Liberté – Égalité – Liberté « ,  le drapeau au lys noir. Pourtant, il me semblait que toutes manifestations sur l’espace public (place du village  ou route départementale), devant un bâtiment officiel (qui plus est en période électorale) devait faire l’objet d’une  demande préalable, et un arrêté municipal  devrait être affiché autorisant la dite manifestation quelle soit festive, publicitaire ou artistique ( le tournage d’un film ou d’un clip vidéo par exemple). Cela ne semble pas être le cas à la Salvetat  sur Agout puisque les brigandes salvetoises agissent en toute impunité depuis l’appel à la tolérance, lancé par Thibault Estadieu dans le bulletin municipal du « petit salvetois » voilà déjà un an.
Faut dire aussi que le maire à adopté le langage ordurier et insultant du clan sectaire qu’il considère comme des artistes locaux de qualité.
Rappelons  qu’un maire de l’Hérault dérape sur Facebook et traite de « pouffiasse » une journaliste de TF1  ( France bleu Hérault 19 mars 2017).  Notre bon maire héraultais , dérapant pour la défense  de Dupont-Aignan , candidat nationaliste de « Debout la France » rallié  au Front National de Marine Le Pen aux 2ème tour de la présidentielle  écornant encore plus l’image  de la Salvetat sur Agout.
Le maire adore « ses » suprémacistes blancs qui ont sauvé (selon lui ) son l’école et l’économie  de son village !

Dérapage  suprémaciste ?

Vomissure et diarrhée :  signes de la « gastro-encéphalique » du virus suprémaciste !

Fort du soutien du  maire-médecin, la « gastro-encéphalique » aiguë s’est propagée telle une épidémie alors qu’un cordon sanitaire aurait du être mis en place sur la commune, la résistance s’organise dans les Hauts-Cantons
Ainsi la radio locale a été infectée. Radio peinard est devenu radio brigandes, les suprémacistes salvetois ont antenne libre sur sa fréquence et son animateur fait appel à une lavandière marseillaise pour laver plus « blanc que blanc » (comme si cela était encore possible avec les suprémacistes  encapuchonnés) pour vomir à l’antenne  sur  les journalistes, les gauchos « salisseurs » et tous ces misérables qui ne comprennent rien ! Avec son savon, la marseillaise vous « garantie » que les suprémacistes sont des gens propres. Avec de tels propos, le Q.I. (Qualité Informelle) de la radio dénote une qualité artistique  du niveau d’une fosse septique qui  aurait bien besoin des services d’une pompe à merde  pour être vidangée.
Chantons, chantez tous en coeur , comme nous y invite  radio brigande la Salvetat :

« Ah, quel désespoir , y a Marc ou Jean-Marc qui est tombé dans la merde et pour le revoir, y a Antoine  ou Annie qui a pompé jusqu’au soir, mais tout en pompant, y a Antoine ou Annie  qui est tombé dans la merde  et pour le (la) revoir, y a …….  qui a pompé jusqu’au soir , mais tout en pompant ……….

Allez ! chantez , chantez, chez radio peinard  toute musique est de l’art, rien que de l’art et rien d’autres !
Salut l’artiste.

La propagation du virus a ainsi prospéré et bien des associations ont aussi été infectées, donnant un sale gout  aux produits du terroir. La « bougnette salvetoise »   spécialité locale s’il en est, frelatée à la suprémaciste est ainsi la première victime  d’une certaine renommée régionale perdue ! Mais les méfaits du Barka productivisme ne s’arrête pas à la gastronomie…

Parrainage Inique de Barka

Les suprémacistes de Barka parrainaient les journées  de la poésie sauvage  (11-12-13 aout 2017) mettant « l’ Art dans tous ses états » (association locale) en mauvais état !   Faut-il en déduire  que le prénom « Maurice » est bien plus poétique et moins sauvageon que le prénom « Jean-Marie » ? [ Note de la rédaction pour les lecteurs  non informés  : Maurice de Crozals fut maire conseiller général pendant prés de 40 ans (de 1946 à 1985) à la Salvetat sur Agout , son neveu, Jean-Marie est le vice-président de l’association organisatrice des journées de la poésie sauvage].
L’ignorance n’est pas une excuse.  Marie , participante  des journées de la poésie, illustratrice d’ouvrages poétiques ainsi que  Claude son compagnon , sculpteur sur bois, marionnettistes de talent et organisateur de spectacles pour enfants ont fait l’objet de tentatives d’intimidation, de harcèlement et de diffamation de la part des zélotes suprémacistes de Labruyère  pour avoir dénoncé  ce parrainage inique de Barka production qui a failli provoquer  l’annulation de la venue des artistes aux journées de la poésie sauvage si le logo de Barka n’était pas retiré.
Jean-Marie de Crozals, s’est fendu d’un mail qui n’a rien de poétique pour expliquer qu’il ne faisait pas de politique  mais rien en défense de ses « amis » qui ont subi les  foudres des suprémacistes de Barka.
Bizarre, bizarre…!

La justice saisie a propos  du clan  des suprémacistes Salvetois.

  • Dimanche 16 juillet 2017, une mère de famille impliquée  de fort longue date dans la vie associative, artistique et culturelle de la commune a fait l’objet de menaces, harcelée  moralement et diffamée depuis 2 ans par le clan sectaire des suprémacistes, cette dernière a porté plainte et pris un avocat . L’instruction étant en cours, il ne m’appartient pas de donner plus de précisions sur cette affaire sans autorisation  de la plaignante et de son conseil.
  • Ce même dimanche 16 juillet, 3 individus mâles du clan des suprémacistes se sont introduits sur ma propriété en mon absence. Ma fille (mineure), seule à ce moment là a fait l’objet d’intimidation,  les menaces à peine voilé envers  son père l’ont fortement impressionnée. Tous les détails de ces signalements de faits sont dans Lettre recommandé avec accusé de réception que j’ai adressée au Procureur de la République  de Béziers (cliquez  sur  le lien)
    Noter aussi qu’une copie de cette lettre a été adressée au maire, aux adjoints et à l’ensemble des conseillers municipaux de la Salvetat sur Agout ainsi qu’aux Major responsable  du groupement de gendarmerie de Saint-Pons de Thomières puisque le gendarme de permanence n’avait pas pris par écrit  le signalement que j’avais effectué dés le lendemain le lundi 17 juillet.

Les zélotes de Labruyère : des suprémacistes dangereux.

Des lieutenants zélés qui effectuent sur les ordres de Labruyère les basses besognes en ne s’embarrassant d’aucune considération morale (harcèlement moral et physique, délation, diffamation, infiltrations diverses, fausses tentatives de conciliations, toutes les méthodes dignes de la facho-sphère).
Considérant Le lieu- dit du  « Gazel » où est implanté leur base de survie comme une zone de non-droit, les sbires de Labruyère, les zélotes suprémacistes ont tenté de m’interdire l’accès  Chez Monsieur Christophe P., résidant aussi au Gazel qui voulait m’informer des désagréments perpétuels qu’engendre  depuis deux ans ce voisinage avec le clan sectaire des suprémacistes. Bloquant ma voiture sur le chemin communal avec leur véhicule, 3 zélotes de Labruyère,  m’abreuvèrent d’injures  et de menaces pour que je cesse de rédiger des billets à leur encontre sur le panache-salvetois, comme si l’intimidation de trous du cul bouchés par des objets sexuels non identifiés, ou les moulinets de quenelles  menaçantes d’un freluquet aussi lâche que pitoyable pouvaient avoir une quelconque influence sur la teneur des rédactions de ma lettre.

les Brigandes ne sont qu’un piège à gogos destiné en fin de compte à permettre à un gourou-parasite de continuer à prospérer. Les crédules qui seraient tentés de se laisser embobiner par ces canailles auront été prévenus de ce qui les attend !Joël Labruyère  gourou des   brigandes salvetoises  veut pouvoir continuer ses basses œuvres de démolition des naïfs, de rapine sur les seniors et de délire sur les jeunes femmes, de toute-puissance sur tous et d’impunité générale, vénéré par des gens qui ont perdu toutes leurs facultés, sauf celles de frimer, de voler et de mentir pour « le groupe ». C’est leur entité dévorante et monstrueuse où personne n’est plus rien, et tous les mêmes, aussi intrigants et mal intentionnés envers à peu près tout. Ces brigands ont été éduqués par la peur de retourner chez les gens de l’extérieur, c’est-à-dire tous les bestiaux stupides qui n’appartiennent pas à leur “élite” d’esclaves. Ils ne savent même plus gérer un porte-monnaie puisque leur maître ne leur laisse pas un sou à dépenser quand ils ont le droit de sortir. Mais ils se croient être, en cela comme pour le reste, supérieurs au commun des mortels et réclament toujours plus de serrage de vis, sur tous les plans. Et toujours plus de folie…
Ils ont été éduqués pour n’avoir plus aucun autre repère que les théories de Labruyère. Hérétiques professionnelles, Les brigandes hurlaient ou pleuraient contre l’inquisition catholique, il n’y a pas longtemps. Les voilà usurpant le nom de Salvetoises pour plaire à leur nouveau public et s’introduire dans le fromage de la politique. Gauche de combat   : journalisme  MERDIA n’est pas ton nom  ! Et pourtant …

Lâcheté des suprémacistes salvetois !

si la conciliation et le harcèlement ne fonctionnent pas, les zélotes suprémacistes en viennent aux menaces et à l’intimidation, aux insultes voire à la violence.
Le courant des suprémacistes « se définit par un nationalisme intransigeant et agressif. Appelant de tous leurs vœux l’instauration du royaume, ses tenants estiment devoir en hâter la venue par la violence. L’étranger est pour eux l’ennemi, un crime contre l’humanisme utile et nécessaire qui devrait nous relier tous, aujourd’hui plus que jamais.

Anja Reschke

Anja Reschke a simplement rappelé des principes fondamentaux : les appels à la haine sont illégaux, leur prolifération se concrétise dans des faits graves,  il n’est pas possible de les tolérer ; la justice seule n’est pas suffisamment efficace contre la haine sur les réseaux : la population doit  s’en mêler.
L
a banalisation et l’expression si répandue du racisme et leurs corollaires, les monstrueux appels à la haine, sont en effet des délits, en France, comme en Allemagne .

« Car je refuse fermement de tolérer le racisme, le sexisme, l’homo et la transphobie, la xénophobie et autres stigmatisations qui me sont intolérables. Car lorsqu’on laisse ces formes d’intolérance s’exprimer librement, et qu’elles ne rencontrent pas de garde-fous, d’opposition ferme et visible, elles ne cessent de grandir et de se banaliser, comme on l’a bien vu aux États Unis avec cette incroyable flambée de propos haineux qui ont envahi la société américaine au point de devenir une forme de culture dégradée et dépravée de toute forme de morale de base » (In Gauche de Combat : Tolérer l’intolérance)
Arrêtons donc, enfin, de tolérer l’intolérable. C’est comme cela que le nazisme a pu autrefois s’installer tranquillement, avec la complicité des masses laborieuses et silencieuses, inactives et passives.
Plus jamais ça ! (IN panache-salvetois du 21 octobre 2016)