Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 12:35

 
 
  Communiqué pour la préfecture de Haute Garonne ;

 

Monsieur le préfet, j'ai l'honneur de vous interpeller solennellement en qualité de Présidente de la section LDH St-Pons-de-Thomières /Hauts-Cantons car je souhaiterais que vous preniez toute la mesure de la gravité de cette journée de deuil dédiée à Rémy Fraisse à Toulouse lors de la manifestation qui aura lieu cet après midi .

La situation de quasi-putsch policier, avec à plusieurs reprises, des fonctionnaires manifestant de nuit ainsi que les propos inconsidérés du Premier Ministre invité ce matin de France Inter indiquant que : -«les zadistes (de NDDL ndlr)veulent créer les conditions d'un drame, qu'il y ait des victimes, des martyrs.» sont très inquiétants .

Ces phrases ne doivent pas être considérées par les forces de police comme une consigne à prendre au premier degré ni une invitation à la violence envers les manifestants Toulousains . En espérant que vous comprendrez notre inquiétude et notre stupeur.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet de la République, l’expression de mes salutations distinguées.

Fait à St-Pons-de-Thomières le mercredi 26 octobre 2016,

-Voici un un lien vers une vidéo filmée le 23 octobre 2016 ,qui démontre qu'une jeune femme venue pour rendre  hommage à Rémy Fraisse à été blessée à Sivens , à l'arme blanche ,sous le regard des gendarmes sans que l'agresseur soit interpellé

https://www.youtube.com/watch?v=ooTkeQyR65A

-Communiqué de la Confédération Paysanne du Tarn

 

Dimanche 23 Novembre une centaine de personnes se sont retrouvés sur le site du projet du barrage de Sivens pour commémorer la mort de Rémy Fraisse décédé la nuit du 25 au 26 Octobre 2014 sur les lieux, victime d'une grenade offensive lancé par un gendarme mobile.

La cérémonie a pu finalement avoir lieu, après un bref affrontement avec une vingtaine d’individus (dont une minorité d’agriculteurs) pro barrage bien décidés à empêcher cette commémoration, et avec l’intervention tardive de la gendarmerie (PSIG de Gaillac). L’un de ces individus, armé d’un couteau, a même légèrement blessé trois jeunes filles. Des plaintes ont été déposées.

Il est inacceptable dans un état de droit que des personnes s'autorisent en toute impunité d'interdire une cérémonie de commémoration et de recueillement à la mémoire de Rémy Fraisse.

Il est très préoccupant que les gendarmes aient refusé de désarmer, voire d’interpeller l’individu en question malgré notre insistance.

Mais il est surtout particulièrement scandaleux et insupportable que des élus syndicaux et politiques cautionnent par leur présence en toute connaissance de cause de telles actions.

Ainsi, on a vu (et photographié) madame Pascale Puibasset, adjointe au maire de Lisle sur Tarn, s’afficher en tête des nervis devant la camionnette barrant la route.

Monsieur Philippe Jougla, le président de la FDSEA (syndicat agricole « majoritaire ») et quelques autres élus locaux pro barrage osent prétendre, sans honte ni peur du ridicule, prendre au sérieux un « risque de réoccupation de la ZAD ». Hypothèse absurde en l’absence de tout risque de reprise des travaux et à l’entrée de l’hiver !

Si rassurer les riverains c'est cautionner ces méthodes, promouvoir la violence et bafouer la mémoire d'un jeune de 21 ans, gageons que le projet du territoire placé sous l'autorité de l'état va avoir du mal à se construire dans un climat apaisé...

La Confédération Paysanne du Tarn (avec le Collectif Testet) est prête, pour sa part, à un dialogue constructif avec tous les partenaires de bonne volonté.

 

Christophe Curvalle, porte-parole

Alain Hébrard 

Agressées au couteau lors d'un hommage à Rémi Fraisse, 3 femmes portent plaintes

 

 

24/10/2016 - Toulouse 26/10 Marche d'hommage à Rémi Fraisse

Sivens : marche blanche pour Rémi - 27/10/2016

 

 

Barrage de Sivens

Une marche blanche commémorant les deux ans de la mort du jeune Rémi Fraisse, mort le 26 octobre 2014 sur la ZAD de Sivens lors d'échauffourées avec la gendarmerie, a réuni hier soir dans le calme près de 300 personnes à Toulouse entre le monument aux Mort et la place Arnaud Bernard. Autorisée par la préfecture, cette marche pacifique, ponctuée de slogan antipoliciers et placée sous le mot d'ordre «Rémi Fraisse, ni oubli, ni pardon» a été convoquée à l'appel du collectif d'associations ZAD 31.

Trois arrestations

Les manifestants sont une foule bigarrée et plutôt bon enfant. Cannotier en paille vissé sur la tête, Michel Tardieu, retraité du service des eaux, témoigne : «J'habite à 6 km de Sivens. Ce projet ne bénéficie qu'à une trentaine d'agriculteurs».Un autre rassemblement, non autorisé celui-ci et initialement prévu pour 16 h 30 au pied de la médiathèque à Marengo n'a finalement pas eu lieu, des témoins sur place faisant mention d'un dispositif policier dissuasif et de fouilles. A 17 h 45, aux environs du monument aux Mort, une jeune femme qui tentait d'écrire à la craie un slogan sur la chaussée est embarquée manu militari dans une fourgonnette de la police nationale après avoir refusé d'obtempérer.De sources policières, on évoque trois arrestations pour port d'armes prohibé en marge de la manifestation ainsi que la saisie d'un couteau et d'un poing américain. Le cortège s'ébranle finalement vers 19 heures et s'arrête sur la place Arnaud Bernard à 19 h 45. Après un sit-in pendant lequel plusieurs interlocuteurs se sont relayés pour dénoncer la répression policière, la foule s'est dispersée dans le calme peu après 20 heures.

Gregory Dziedzic

 

Il y a deux ans, le jeune homme avait été tué par une grenade des gendarmes alors qu’il manifestait contre un projet de barrage à Sivens, dans le Tarn.

Le Monde.fr avec AFP |

Quelques centaines de personnes ont rendu hommage mercredi à Paris, Toulouse et Nantes à l’écologiste Rémi Fraisse, tué il y a deux ans par une grenade des gendarmes lors d’affrontements sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn).

Environ 300 sympathisants et des anciens occupasnts de la « Zone à défendre » (zad) installée à Sivens, se sont réunis devant le Monument aux morts de Toulouse, choix symbolique, avant une marche sur un boulevard longeant le centre-ville.

« Mourir pour des idées n’est pas stupide », a déclaré un militant, prenant la parole parmi d’autres. « La justice a reconnu que tu es mort pour un projet inutile et illégal », a-t-il ajouté en référence à l’annulation, le 1er juillet 2016 par le tribunal administratif de Toulouse, de la déclaration d’utilité publique du projet de retenue d’eau, une victoire a posteriori pour les opposants.

Manifestation dans le calme

« Zad partout », a entonné la petite foule avant de défiler derrière une banderole intitulée « Rémi enfant de la Terre. N’oublions jamais ».

La manifestation, encadrée d’un important dispositif policier, s’est déroulée dans le calme.

Dimanche, des empoignades ont eu lieu à Sivens entre des opposants et des partisans du projet, lesquels voulaient empêcher un hommage de 75 personnes à l’endroit où Rémi Fraisse est mort. Trois jeunes opposantes ont porté plainte. Elles affirment avoir été blessées à coups de couteau par un militant pro-barrage.

A Nantes, environ 160 personnes, selon la police, ont défilé derrière une banderole proclamant « Pas de justice, pas de paix. Liberté ». Rassemblées devant la préfecture, elles ont déposé un tableau représentant Rémi Fraisse. Et scandé: « On n’oublie pas, on ne pardonne pas ».

A Paris, plus de 200 personnes se sont rassemblés dans le quartier populaire de Ménilmontant. Des drapeaux anarchistes ou du NPA ainsi que des banderoles ont été brandis. On pouvait y lire « pour Rémi nous défendrons la ZAD » ou « payé pour tué » à propos des CRS.

Vers un non-lieu ?

« Il faut arrêter ces violences, mais on n’a pas confiance en ceux qui mènent les enquêtes », a plaidé Jean, un manifestant de 65 ans. « La présomption de légitime défense que réclament les flics, ça me fait gerber », a affirmé Gabriel, 25 ans.

Une grande partie des manifestants, dont certains le visage masqué, est ensuite partie en cortège sauvage dans les rues. Ils ont été rapidement dispersés par les CRS.

Rémi Fraisse, botaniste de 21 ans, décrit comme un pacifiste est mort lors de violents affrontements le 26 octobre 2014 sur le site du chantier de Sivens.

Ce décès, conséquence de l’explosion d’une grenade offensive tirée par un gendarme, avait suscité une vive émotion en France et provoqué la suspension du projet.

Deux ans plus tard, l’enquête judiciaire est toujours en cours. Plusieurs gendarmes, dont des responsables, ont été entendus, selon des sources proches du dossier.

La défense de la famille de Rémi Fraisse n’a eu de cesse d’exiger que la hiérarchie soit auditionnée.

Gendarme blanchi

Le 18 mars 2016, le gendarme qui a tiré la grenade offensive présumée responsable de la mort de Rémi Fraisse a été placé sous le statut de témoin assisté, ce qui écarte en l’état son renvoi devant un tribunal. « La suite logique est qu’il bénéficie d’un non-lieu », avait commenté son avocat, Jean Tamalet.

Un rapport de l’Inspection générale de la gendarmerie (IGGN) a blanchi le gendarme en décembre 2014. Il estime que les avertissements nécessaires ont été effectués avant le lancer de la grenade.

Les forces de l’ordre se trouvaient alors face à « cinq opposants agressifs qui (jetaient) constamment toutes sortes de projectiles », selon le compte-rendu de la gendarmerie. Quant au projet de barrage, il a été abandonné. Une autre version, réduite de moitié, est à l’étude.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/10/27/hommages-a-l-ecologiste-remi-fraisse-dans-toute-la-france_5020918_3224.html#mgTQxDLOSwkixcCu.99

On va pouvoir manifester en armes et en cagoule ! - Là-bas si j'y suis

ETAT DE SIÈGE DANS LA VILLE ET SACCAGE DU SIÈGE DU PS.
Que s’est-il passé à St-Etienne samedi 22 octobre ?
mardi                  25 octobre 2016, par Roger Dubien
 
http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3?id_article=3408

Depuis des semaines était annoncée un WE sur le thème "désarmons la police, démilitarisons les conflits".
C’est vrai que là-dessus, il y a beaucoup à dire et à agir. Parce que la façon dont est utilisée la police dans des quartiers, et aussi contre les mouvements sociaux, crée problèmes et drames. Et concernant les ventes d’armes, la France est dans le monde en tête du commerce et alimente les foyers de guerre et les dictatures. Le gouvernement est main dans la main avec les firmes de l’armement pour aller chercher les contrats. Après, on pourra toujours déplorer les centaines de milliers de réfugiés et migrants qui fuient la mort...
Mais à l’approche des 22-23 octobre, il est apparu de plus en plus clairement que des forces avaient décidé d’utiliser ce rendez-vous pour tout autre chose que parler du désarmement. Et on avait déjà remarqué que depuis plus de 6 mois, tout au long du grand mouvement social contre la "loi travail", les tentatives n’ont pas cessé, du côté du pouvoir notamment, pour faire dérailler le mouvement, le pousser dans l’impasse de la violence pour le décrédibiliser et l’affaiblir.
Bref, au fil des jours, cette affaire sentait de plus en plus mauvais. Et le FN, déjà très actif dans certaines manifestations de policiers, faisait monter la mayonnaise sur internet.

Samedi, la ville de St-Etienne a été en état de siège. Aucun tram. Consigne aux commerçants de fermer et de tout rentrer. La place de l’Hôtel de ville bouclée même pour les piétons qui voulaient la traverser. Des centaines de policiers, avec des dizaines de cars placés à divers endroits de la ville. Et un hélicoptère qui a tourné pendant plusieurs heures au-dessus (et évidemment tout filmé).
Et tout ça pourquoi ? Pour 200 à 300 manifestants selon le Progrès, car il y a eu peu de monde, en réalité. C’est dire qu’il y avait au moins deux fois plus de policiers en tenue de combat que de manifestants ! En notant en plus qu’apparemment une bonne moitié des présents venait d’autres départements.
Certains participants sont venus à ce rassemblement pour parler sincèrement du rôle de la police et du commerce des armes, évidemment. Mais d’autres pour tout autre chose.

Au bilan de cette journée, quoi ? Une ville en état de siège. Des tags dans plusieurs rues de la ville. Mais surtout le saccage du siège du PS.

Je suis allé samedi au départ de la manifestation, interdite la veille seulement par la Préfecture. Pour discuter, faire savoir que la manifestation était interdite, et alerter des connaissances qui pourraient s’y trouver sur ce qui risquait de se passer. Je n’étais pas seul à faire ça.
Vers la Bourse du Travail, on a pu entendre quelques témoignages, certains très justes, sur l’utilisation faite de la police. Et puis un cortège est parti, que tout le monde n’a pas suivi et qui s’est réduit au fil des premières rues.
Evidemment, la plupart des présents ne se doutait pas que la destination était le siège du PS. Mais les autorités policières et politiques, avec leurs renseignements et leur hélicoptère qui suivait et filmait le cortège n’ont pas pu ignorer longtemps, elles, vers où se dirigeait le cortège.
Or il a pu aller sans aucun problème jusqu’au siège du PS, rue du Midi. Aucun policier dans les parages. Et là, une équipe apparemment très bien organisée est rentrée dans la permanence. Et elle a tout fracassé.

Ayant appris samedi soir ce qui s’était passé, je suis allé dimanche matin au siège du PS. Quelques personnes commençaient à déblayer les dégâts. Je me suis dit : il y en a pour 20 à 30 000 euros. Le PS dit maintenant 35 à 40 000. Plausible. Tout a été dévasté, méthodiquement : vitres, cloisons, tables, chaises, bureaux, matériel informatique... Du travail de pros, forcément venus pour ça, avec du matériel : il ne peut pas s’agir d’une colère qui aurait un peu débordé.
Et sur la façade, deux inscriptions : "coucou, c’est re-nous !", et "loi travail : on n’oublie pas ! !". Ces deux slogans n’ont pas été inscrits à l’inspiration du moment, ce sont des slogans pensés, "travaillés" politiquement. Ils visent à faire croire à un lien, une filiation, entre les casseurs qui ont fait ça et les jeunes mobilisés contre la loi travail, à faire croire que ce sont les mêmes qui sont revenus, pour détruire. Gros mensonge.
Car le 19 mai, à la fin d’une manifestation de 6000 personnes contre la loi travail, 300 à 400 jeunes étaient effectivement venus au siège du PS. Mais pas pour casser. Pour demander le retrait de cette loi du MEDEF. Leur service d’ordre avait fait en sorte que tout se passe bien, d’autant plus facilement que personne n’était là pour casser.
De plus, le 19 mai, l’accès au siège était barré par 2 cordons de policiers, un à chaque bout de cette toute petite rue très étroite. 2 estafettes sur les trottoirs et 6 à 7 policiers entre, et personne n’a pu y entrer.
Samedi 22 octobre, aucun des centaines de policiers et des dizaines de véhicules équipés anti-émeute n’était rue du Midi. Les casseurs ont pu faire ce qu’ils voulaient. Selon le Progrès, la justification du côté de la police est "si on les empêchait de passer, c’était pire". Mais à qui faire croire ça ? 500 policiers ne peuvent pas barrer une rue qui ne demande pour cela que 4 estafettes et 15 hommes, face à un cortège de 200-250 personnes au maximum, et qui n’étaient pas toutes là pour casser, d’ailleurs ?
A qui faire croire ça ? La réalité est que des casseurs ont eu carte blanche pour saccager le siège du PS ; ça fait penser au coup de l’hôpital Necker à Paris...
Depuis, les médias donnent complaisamment des tribunes à l’extrême droite et à la droite, et cette sale histoire dédouane aussi opportunément le PS de sa politique désastreuse.

D’autres éléments confortent cette impression d’un coup arrangé :
-  Aucune interpellation. Comment ça se fait ? Le 12 mai devant la permanence Gagnaire, la police a chargé une manifestation pacifique pour une banderole au balcon. Depuis, convocations, interpellations, gardes à vue et poursuites judiciaires se sont multipliées contre des jeunes qui n’ont rien cassé, et là, une équipe de casseurs saccage le siège du PS et repart sans problème...
-  Depuis la manifestation du 31 mars, des policiers déguisés en manifestants, certains cagoulés, ont été régulièrement infiltrés dans le cortège jeune en tête des manifestations. Le 12 mai juste avant la permanence Gagnaire, deux ont d’ailleurs été sortis - sans violence - du cortège. La question est donc posée (et c’est une façon de parler...) de la présence ou pas de policiers déguisés et cagoulés dans le cortège du 22 octobre. Pour faire quoi au juste ? En tous cas pas pour empêcher la casse (qui a eu lieu) ni repérer et interpeller des casseurs.
-  Concernant la demande d’autorisation de cette manifestation, il s’est passé quelque chose de pas net. Pour organiser une manifestation, il faut donner 3 noms en Préfecture, qui sont ensuite responsables du déroulement des évènements. D’abord, des organisations très engagées dans le mouvement contre la loi travail ont été approchées pour qu’elles déposent, elles, la demande d’autorisation en Préfecture. Evidemment, elles ont refusé. La ficelle était grosse. Ce sont alors des jeunes qui ont été sollicités pour signer la demande de manifestation. Les organisateurs véritables n’ont pas donné leur nom, eux, ils se sont mis à l’abri - lâcheté - parce qu’ils devaient savoir ce qui allait se passer. Ensuite, une fois la demande d’autorisation signée, peu leur importait que la manifestation soit interdite : quand les choses sont lancées, il y a toujours des gens qui ne sont pas au courant ou ne comprennent pas tout de suite. Et maintenant, on apprend que c’est contre les jeunes qui ont signé la demande de manifestation que le PS va porter plainte...

La question qu’on est conduit à se poser est : pourquoi tout ça à St-Etienne ?

Là, il faut revenir un peu au contexte stéphanois.
Depuis début mars, St-Etienne a connu de très fortes mobilisations contre la loi travail. Au total, des milliers de jeunes y ont participé, au premier rang des manifestations. Il n’y a eu aucune violence physique. Au pire, lors de certaines manifestations, quelques tags (pas tous intelligents ni bien situés) et quelques oeufs de peinture. Mais aucun affrontement avec les policiers - malgré la présence de certains déguisés en manifestants, parfois cagoulés, tentant d’infiltrer le cortège des jeunes - , et aucune casse matérielle.
A St-Etienne a grandi quelque chose de très important pour l’avenir : la rencontre des milliers de salariés des entreprises et de la fonction publique - et de leurs syndicats - et de milliers de jeunes lycéens, étudiants et travailleurs précaires qui refusent la destruction du code du travail et l’ubérisation de la société.

C’était trop beau, il fallait y mettre un coup d’arrêt. Voilà qui est fait avec la journée de samedi.

A St-Etienne, 21 militants - jeunes pour la plupart - font l’objet de poursuites judiciaires (c’est 10% du nombre total des poursuites en France !). Depuis des mois les convocations policières se succèdent, alors même qu’il n’y a pas eu de violences dans le mouvement contre la loi travail, mais au contraire des actions pleines de sens. (voir http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3 ?id_article=3356).
Deux procès vont avoir lieu en appel, alors même que l’accusation est inconsistante, car le seul crime est d’avoir, lors de la manifestation du 12 mai, installé une banderole sur le balcon du député Gagnaire, fervent partisan de la loi travail et du 49-3, ceci sans froisser une seule feuille de papier de sa permanence.
Avec ce qui a eu lieu samedi, le gouvernement, la droite et l’extrême droite ont marqué des points contre les jeunes qui résistent, et contre l’ensemble du mouvement social. Ils peuvent les dénigrer aux yeux et aux oreilles de centaines de milliers de personnes qui avec raison condamnent le saccage qui a eu lieu mais voient les choses de loin et ne sauront peut-être jamais vraiment qui a fait ça et comment cela s’est passé.
Il y a du calcul et de la manipulation politique dans ce qui a été fait et laissé faire samedi 22 octobre à St-Etienne, et la question de la responsabilité des autorités est posée.

Roger Dubien
Réseaux citoyens de St-Etienne

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact