Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 04:35

Une fraude scientifique ébranle une grande université américaine

Passeur de sciences - Le Monde‎ -

AINSI QUE LE RACONTE la revue Science en partenariat avec le site Retraction Watch, tout a commencé en mars 2013 par un presque banal détournement de fonds. Chercheuse dans à l’université Duke (Caroline du Nord), une prestigieuse université américaine, la biologiste Erin Potts-Kant avait en effet utilisé la carte bleue de son service pour environ 25 000 dollars d’achats personnels… La dame a plaidé coupable et été condamnée à payer une amende ainsi qu’à effectuer des travaux d’intérêt général. Elle ne travaille plus pour l’université.

L’affaire aurait pu en rester là, c’est-à-dire cantonnée à la rubrique des petites malversations, dans la page des faits divers. Mais les responsables de Duke se sont demandé si la malhonnêteté de la spécialiste de biologie pulmonaire et de l’étude des effets des polluants sur les voies respiratoires n’avait pas débordé sur ses activités de recherche. Quand on est capable de faire des fausses factures, peut-on aussi produire de faux résultats ? Ils ont donc passé au crible les expériences qu’elle avait menées ainsi que les publications qui en étaient issues et, ainsi que l’écrit Alison McCook, de Retraction Watch, « ils n’ont pas aimé ce qu’ils ont vu ».

Partie d’une simple fraude à la carte bleue, l’affaire Potts-Kant est devenue fraude scientifique de grande ampleur. A l’heure où ces lignes sont écrites, quinze articles publiés dans des revues scientifiques et co-signés par la chercheuse ont fait l’objet d’une rétractation en raison de la non-fiabilité des données expérimentales qu’elle avait fournies. Pour le dire plus clairement, l’enquête interne aurait montré que certaines expériences auraient été mal conduites, voire pas conduites du tout et que les données auraient été manipulées ou fabriquées de toutes pièces. Des chercheurs ont ainsi répété les expériences et ont été dans l’incapacité de reproduire les beaux résultats significatifs qu’Erin Potts-Kant avait obtenus…

Lanceur d’alerte

Mais l’essentiel de l’affaire n’est déjà plus là. Comme l’explique Alison McCook, aujourd’hui, c’est surtout l’université Duke qui se retrouve sur la sellette. Comme on l’a appris en août, elle fait en effet l’objet d’une poursuite lancée par un lanceur d’alerte, le biologiste Joseph Thomas, en vertu de la loi Lincoln. Connue aussi sous le nom de False Claims Act, cette loi fédérale américaine permet à un particulier d’attaquer, au nom de l’Etat, une entreprise privée ayant reçu et fort mal employé des fonds publics – or Duke est une université privée. La loi Lincoln prévoit aussi que si l’entreprise est condamnée à une amende, le lanceur d’alerte reçoit une fraction de cette somme. Quand on sait que les amendes s’élèvent parfois à plusieurs dizaines de millions de dollars, celui ou celle qui a porté l’affaire devant la justice peut devenir millionnaire en aidant l’Etat fédéral à récupérer l’argent public mal employé par le condamné.

Dans l’affaire Potts-Kant, Joseph Thomas, qui a travaillé dans le même laboratoire de recherches – dirigé par William Foster, lui aussi éclaboussé par le scandale et qui a depuis pris sa retraite – que la fraudeuse , accuse l’université Duke d’avoir fermé les yeux sur des pratiques qu’elle savait suspectes. Dans le texte de plus de 70 pages qu’il a déposé pour justifier sa plainte, Joseph Thomas dit ainsi que Duke « a intentionnellement dissimulé l’étendue totale de la fraude scientifique », tant aux chercheurs et aux revues spécialisées qu’à l’Etat dont elle avait perçu d’importantes bourses de recherche pour les travaux incriminés. Le biologiste va plus loin en affirmant que l’université a continué, après que le pot-aux-roses a été découvert, à demander de l’argent du contribuable sur la base de travaux qu’elle savait frauduleux.

Selon le décompte de Joseph Thomas, les faux résultats du laboratoire Foster pour lequel travaillait Erin Potts-Kant ont été exploités dans le cadre de dizaines de bourses fédérales (ou ont servi à en obtenir d’autres…), le tout pour un total de 200 millions de dollars, réparti sur une période de neuf ans. Etant donné que, selon la loi Lincoln, l’entreprise peut être condamnée à rembourser trois fois les fonds publics qu’elle a perçus, on conçoit que l’université Duke ne soit pas à l’aise avec cette affaire, tout comme doivent trembler d’autres universités privées américaines qui comprennent désormais qu’elles sont susceptibles de se retrouver dans le viseur de cette loi. On n’en est qu’au début du marathon judiciaire et, pour l’emporter, Joseph Thomas, le lanceur d’alerte, devra encore prouver que les résultats frauduleux ont été décisifs pour obtenir l’argent fédéral en question. Reste que l’affaire a le mérite de mettre en lumière ce qui, dans la tambouille de la science, reste souvent dans l’ombre, à savoir la course aux financements.

Pierre Barthélémy (suivez-moi ici sur Twitter ou bien là sur Facebook)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact