Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 10:16

Communiqué de presse

La Semaine des Semences Paysannes 2016, c'est parti !

A Aiguillon, le 12 septembre 2016,

Pour la 4e édition de la Semaine des Semences Paysannes, venez (re)découvrir en région les semences paysannes et les produits goûteux proposés par les membres du Réseau Semences Paysannes !

L'année 2016 a été émaillée de signaux inquiétants annonçant l'offensive des grands groupes agrochimiques pour faire déferler de nouveaux OGM (1) dans nos champs et nos assiettes. Ces multinationales, qui les développent activement, essaient par tous les moyens de contourner la réglementation européenne. Leur stratégie : faire croire que ces OGM "nouvelle génération" (2) n'en sont pas. Elles échapperaient ainsi à l'obligation coûteuse d'évaluation des risques, d'étiquetage et de traçabilité.

Ces nouveaux OGM n'existeraient pas sans la politique scandaleuse qui permet le brevetage du vivant : leur dissémination à l'insu des citoyens (paysans, jardiniers ou consommateurs), équivaudrait à programmer la disparition des semences paysannes !

La récente loi biodiversité n'a pas permis de répondre à l'ensemble de ces enjeux. Dans le cadre de la Semaine des Semences Paysannes du 16 au 25 septembre 2016, les paysans, jardiniers et artisans semenciers du RSP souhaitent envoyer un signal clair sur la nécessité d'un véritable débat citoyen et démocratique sur ces nouveaux OGM et réaffirmer l'importance des semences paysannes pour nourrir les peuples !

Retrouvez l'agenda de la Semaine des Semences Paysannes 2016 ici

Le Conseil d'administration du Réseau Semences Paysannes

Contacts

(1) Vaches sans cornes, micro-cochons, plantes cultivées soi disant résistantes aux maladies ou aux aléas climatiques, moustiques stériles, champignons non périssables... : la liste des applications chimériques des nouveaux OGM s'allonge et le marché s'annonce juteux.

(2) Il s'agit d'un ensemble de techniques qualifiées abusivement par l'industrie d' « édition de gènes ». Elles permettent d’activer ou d’inactiver une partie du génome, ou d’insérer un fragment d’ADN de la même espèce ou d’une autre espèce.

-Autre information par l'administration du blog,voici le nouveau numéro (n°142) d'Inf'OGM n°142:

Édito - État d’urgence vs. urgence d’informer

Le gouvernement français a décrété l’état d’urgence en novembre 2015 afin de lutter contre le terrorisme. Il est toujours difficile d’évaluer l’efficacité d’une telle mesure… On peut juste dire que l’état d’urgence n’a pas empêché que des actes barbares et sanguinaires se produisent sur le territoire français, et qu’il a profondément perturbé les actions militantes (...)

Le dossier :

Sauver la biodiversité cultivée ?

Sauvage ou cultivée, la biodiversité est en danger partout dans le monde. Autrefois, les paysans adaptaient leurs variétés à leur terroir, grâce à la sélection et l’échange des semences et des savoir-faire. Avec l’émergence des entreprises semencières et des lois qui les protègent, puis leur concentration, la biodiversité cultivée recule : certes, pour certaines espèces, on peut noter une augmentation du nombre de variétés dans le catalogue officiel des semences autorisées à la vente. (...)

Pourquoi sauver la biodiversité ?

Agriculture et biodiversité : une relation ambigüe

La biodiversité menacée par les droits de propriété

Comment enrayer l’érosion de la biodiversité cultivée ?

Biodiversité et droit : des avancées à approfondir

France : un demi-succès pour la loi biodiversité

Mobilisation - Des OGM commercialisés en France sans étiquetage

Les produits alimentaires fabriqués aux États-Unis sont à la mode en France. En témoignent la multiplication des magasins spécialisés à Paris et sur Internet. Or, ces produits ont souvent été élaborés à partir de maïs ou de soja étasuniens, donc très probablement transgéniques. Les consommateurs en sont-ils pour autant informés comme l’exige la réglementation européenne ? Inf’OGM et la CLCV Paris sont allées vérifier.

État des lieux - Cantines sans OGM, quelle réalité ?

Où en est le « sans OGM » en restauration scolaire ? Tel était le thème d’une enquête réalisée par Inf’OGM durant l’été 2016.

Fiche pratique - Comment étiqueter « sans OGM » ?

Depuis 2012, les agriculteurs et transformateurs français peuvent valoriser leurs produits en utilisant l’étiquetage « sans OGM ». Pour autant qu’ils en respectent les conditions...

Entretien - Des nanos en agriculture ?

L’Association de veille et d’information civique sur les enjeux des nanosciences et des nanotechnologies (AVICENN) a pour objectif de favoriser le débat public et la transparence des responsables politiques sur le dossier des nanotechnologies. Rencontre avec Danielle Lanquetuit, membre fondatrice de l’association et Mathilde Detcheverry, rédactrice.

Lettre à un paysan de 90 ans

Fabrice Nicolino, journaliste indépendant et intransigeant, revient sur un siècle d’histoire de l’agriculture. Dans cette lettre ouverte à un paysan de 90 ans, il évoque, sans mâcher ses mots, mais avec précision, l’arrivée de la mécanisation, des intrants chimiques, la mise sous dépendance progressive des paysans. Le monde agricole s’est métamorphosé au point de devenir un « vaste merdier ».

Le nouveau journal d'Inf'OGM est disponible sur la boutique : http://boutique.infogm.org/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact