Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 07:21

Communiqué de presse - Appel de Poitiers – 20 juin 2016

Un moratoire sur la culture des OGM cachés tolérant aux herbicides, bientôt voté par le Parlement ?

Après cinq ans de démarches auprès des institutions, les organisations paysannes et citoyennes réunies dans le collectif de l'Appel de Poitiers se félicitent de l'adoption, par la Commission du développement durable de l'Assemblée nationale, d'un nouvel alinéa au sein du projet de loi biodiversité 1, visant à interdire « la mise en culture de semences de colza et de tournesol tolérantes aux herbicides issues de mutagenèse » en 2017 et 2018 .Elles appellent les députés à voter massivement cet article en l'état.

Ces nouvelles variétés rendues tolérantes aux herbicides, les VrTH, issues d’une biotechnologie - la mutagenèse in vitro - diffusent des gènes de tolérances à ces herbicides dans de nombreuses plantes sauvages apparentées (tournesols sauvages, ravenelles...). Ces contaminations entraînent rapidement une augmentation exponentielle des doses et de la toxicité des molécules d'herbicides épandues qui se retrouvent dans l'eau, dans l’air, dans l'alimentation et détruisent la vie des sols agricoles.

La simplification du travail des agriculteurs qui pratiquent des monocultures industrielles à grande échelle explique le succès de ces variétés. Mais cette facilité ne dure qu'un temps au point de provoquer l'abandon de cultures rendues impraticables dans des champs envahis de nouvelles « mauvaises herbes » tolérantes aux herbicides et devenant envahissantes(2).

De plus, la mutagenèse échappant à l'application des lois sur les OGM, aucune évaluation n'a jamais été faite des possibles impacts sur la santé et l'environnement des techniques de mutagenèse in vitro réalisées en laboratoire pour modifier les gènes des cellules de ces plantes.

Lors de la première lecture de la loi biodiversité en 2015, la Ministre de l'Environnement a demandé de reporter le débat à la deuxième lecture en attendant le,rapport de l'ANSES qu'elle a alors saisi pour évaluer ces VrTH. Mais un an après l'ANSES, n'ayant pas reçu les informations nécessaires que devait lui fournir le ministère de l'Agriculture, n'a pas pu rendre de conclusions. Par ailleurs, formée devant le Conseil d'État en mars 2015 par neuf organisations dont quatre issues de l'Appel de Poitiers, une requête demandant un moratoire sur la culture de ces variétés tolérantes aux herbicides issues de mutagenèse in vitro est en cours d'instruction.

Les organisations espèrent que le moratoire proposé par cet amendement amènera toute la transparence dans le suivi de l'utilisation des herbicides et l'abandon définitif des nouveaux OGM cachés pour le respect des consommateurs, des agriculteurs et de l'environnement.

Contacts de l'appel de Poitiers:Patrick Rivolet: 06 19 87 37 37•Agnès Renauldon: 06 84 17 78 95•Guy Kastler: 06 03 94 57 21.

(1)Voir, article 51 quaterdecies,http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta-commission/r3833-a0.asp ou

N° 3833 annexe 0 - Assemblée nationale

(2,)49% des surfaces de coton de trois états américains sont désherbées à la main. Pour essayer de gérer cette situation, les promoteurs des VrTH en sont à proposer de réutiliser d'anciens herbicides interdits car trop toxiques.

À télécharger...

Note"petit rappel sur ce que sont les plantes mutées artificiellement " de l'administration du blog:l'article d'Inf'OGM"

France - Les plantes mutées pour tolérer les herbicides interdites en 2017 ?

Lien permanent | Version imprimable | tétécharger en pdf |

Envoyer par email

Le "projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages" est toujours en discussion au Parlement français [1]. Le 13 juin, la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale a examiné, à nouveau, ce projet de loi. Cette commission a adopté un amendement qui prévoit un moratoire jusqu’à fin 2018 sur les variétés rendues tolérantes aux herbicides (VrTH).

Suite à l’échec de la Commission mixte Assemblée nationale / Sénat, le projet de loi sur la biodiversité est revenue devant l’Assemblée nationale. Geneviève Gaillard, rapporteure de ce projet de loi pour la Commission du développement durable, soulignait, le 13 juin 2016, que « les VrTH étant issues de la mutagénèse, et non de la transgenèse, elles n’entrent pas dans la catégorie des OGM et échappent donc à tout contrôle, alors qu’ils sont tout aussi dangereux, parfois même davantage : qui plus est, il peut s’agir de tournesol, mais également de colza. Il s’agit d’une crucifère, avec de toutes petites graines, qui diffuse très largement et entraîne une résistance accrue des adventices de la même famille auxquelles elle pourra parfois transférer ses gènes. Il n’est pas pensable de laisser ces cultures nous envahir » [2]. L’Inra s’était opposé au colza transgénique à la fin des années 90 pour les mêmes raisons…
Elle a rappelé que l’Anses était censée se prononcer sur ces fameuses VrTH [3], mais que « le rapport n’a toujours pas été remis, et aucune date de remise n’est prévue ».
Ainsi, elle a proposé aux députés d’adopter « un moratoire sur la culture de semences de colza et de tournesol tolérantes aux herbicides issues de la mutagénèse du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018, en espérant que cela incitera l’Anses à remettre son rapport afin que nous soyons fixés ». La Commission a adopté cet amendement. Le colza, qui se sème fin août-début septembre, ainsi que le tournesol (déjà semé au printemps) échapperont donc à ce moratoire pour 2016.

VrTH : trois lectures sinon rien

Déposé en première lecture à l’Assemblée nationale [4], cet amendement n’avait pas été adopté. Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, avait alors précisé que l’Anses allait rendre « un rapport avant la prochaine lecture de ce texte » et, pour cette raison, avait demandé à ce que cet amendement soit retiré. Mais, au grand dam des écologistes, il n’avait pas été re-présenté en seconde lecture. Voilà qui est réparé en troisième lecture. La suite, du 21 au 23 juin, en plénière à l’Assemblée nationale, qui validera, ou non, ce moratoire sur les colzas et tournesols génétiquement mutés pour tolérer des herbicides.

[1] Inf'OGM, « La loi biodiversité limite l’extension des brevets sur le vivant », Frédéric PRAT, 1er juin 2016

[2] http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-dvp/15-16/c1516062.asp

[3] Inf'OGM, « Variétés rendues tolérantes aux herbicides : nouveau délai pour l’Anses », Frédéric PRAT, 19 avril 2016

[4] http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2014-2015/20150186.asp

Annonce d'un débat pour le 18 septembre avec la biologiste Vandana Shiva et le physicien Etienne Klein

La science peut-elle aller contre le progrès ? - Le Monde

14.06.2016 Par Stéphane Foucart (Un débat animé par)

Opéra Bastille - Studio

dimanche 18 septembre

Traduction simultanée

Le Monde organise, dans le cadre du « Monde Festival », le dimanche 18 septembre de 14h à 15h à l’Opéra Bastille (Studio), un débat entre Etienne Klein et Vandana Shiva, animé par Stéphane Foucart. Réservations en ligne.

Peut-on faire confiance aux sciences et aux scientifiques pour nous conduire vers des jours meilleurs et relever les grands défis environnementaux actuels, du réchauffement climatique à la sécurité alimentaire pour neuf milliards de Terriens en 2050 ? L’ère du scientisme a probablement pris fin avec la mise au point de la bombe atomique. Pour autant, la science a permis de porter l’espérance de vie humaine à un niveau inimaginable il y a encore un siècle. Les biotechnologies incarnent ce double visage : dans les domaines de la santé humaine et de l’agronomie, elles ouvrent des champs insoupçonnés. Mais en se fondant sur la manipulation du vivant, elles nous posent des questions éthiques fondamentales. Entre la confiance aveugle et le refus de principe, peut-on imaginer une approche non dogmatique qui permette à la science et à une nouvelle idée du progrès, fondée sur le long terme, le respect de l’environnement et de la santé, de se réconcilier ?

Lire aussi : La montre d'Etienne Klein

Les intervenants:

Vandana Shiva - Militante écologiste, féministe et figure du mouvement altermondialiste, elle combat l’agriculture intensive, les organismes génétiquement modifiés, le brevetage du vivant et défend la biodiversité ainsi que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Elle a reçu en 1993 le Right Livehood Prize, considéré comme le « Prix Nobel alternatif », pour « pour avoir placé les femmes et l’écologie au cœur du discours sur le développement moderne ».

Etienne Klein - Physicien et docteur en philosophie des sciences, il dirige le Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière du CEA (LARSIM) et enseigne la philosophie des sciences à l’Ecole centrale de Paris. Il est membre de l’Académie des Technologies. Il anime tous les samedis une émission sur France-Culture, « La Conversation scientifique ». Il a récemment publié Les secrets de la matière (Librio, 2015).

Par Stéphane Foucart (Un débat animé par)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact