Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 07:30

Chers amis de BLOOM,

Merci infiniment de votre mobilisation renouvelée à nos côtés contre les méthodes de pêche destructrices. L’article qui visait à faire interdire le chalutage profond dans le cadre de la loi Biodiversité n’a pas été adopté la semaine dernière mais il a eu l’immense mérite de faire tomber les masques : les lobbies du chalut ont montré leur vrai visage et celui-ci n’est pas tendre…

Blocages de ports, menaces de représailles « dures », appel à la démission de Ségolène Royal, mobilisation in extremis -comme en république bananière- de députés généralement absents dans l’Hémicycle et injonction de données fausses, de chiffres sortis d’un chapeau. Le Comité des pêches et le lobby « Bluefish » n’y sont pas allés de main morte !

C’est précisément contre ce fonctionnement brutal et anti-démocratique que BLOOM se bat pour que les poissons et les océans, qui sont un bien commun, fassent l’objet d’une gouvernance rationnelle, transparente, juste et apaisée.

Il nous reste du chemin à parcourir mais au moins, les lobbies sont sortis du bois ! Et vous qui nous soutenez, vous prenez peut-être la mesure de la puissance des réseaux auxquels nous nous opposons grâce à votre fidélité et votre constance.

Le débat a également eu le mérite de mettre un coup de projecteur sur les tactiques de ralentissement déployées à Bruxelles pour enliser la négociation du règlement européen encadrant la pêche profonde.

L’interdiction du chalutage profond est devenue symbolique des enjeux de transition écologique vers un modèle d’exploitation qui soit durable.

Nous gardons le cap, notre ténacité finira par payer grâce à votre soutien et votre engagement à nos côtés.

A très bientôt,

Claire Nouvian, et l'équipe de BLOOM

PS : ce soir à 18h20 sur France Culture, je débattrai avec Gérard Romiti, Président du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins et Fabrice Teletchea, écologue, et co-auteur de De la pêche à l'aquaculture - Demain, quels poissons dans nos assiettes ?

Un débat qui ne devrait pas manquer de saveur !

Devoir de vigilance : "Le mouvement est enclenché, il n'y a pas de recul possible

Les députés ont adopté en deuxième lecture la proposition de loi sur le devoir de vigilance. Celle-ci est destinée à contraindre les entreprises donneuses d’ordre françaises de plus de 5 000 salariés d'adopter des plans de vigilance pour s’assurer du respect des droits humains et environnementaux dans leur chaîne d’approvisionnement. ACTE International, une entreprise spécialisée dans les chaînes d’approvisionnement responsables, accompagne depuis 20 ans de nombreuses sociétés dans le déploiement de leur politique RSE à l’international. Elle mène 250 jours d’audit par an. Sylvie Thonnerieux, responsable du service social, éthique et environnement, dresse une analyse de terrain.

Livre:Quand la mafia se légalise. Pour une approche économique institutionnaliste, Clotilde Champeyrache, éditions du CNRS, 2016.
http://criminocorpus.hypotheses.org/17541

Communiqués

Demain, une nouvelle force écologiste.

Communiqué de La Convention Vie et Nature du 10 Mars 2016

Une loi relative à la biodiversité vient en discussion devant le parlement Français.

Certains députés écologistes, en particulier Laurence ABEILLE, introduisirent des avancées concrètes, dans un texte à « onction épiscopale », àl’instar de toutes les lois vertueuses adoptées par des politiciens aux ordres des mafias affairistes et des lobbies de l’arriération.

Ainsi, le texte voté en première lecture par l’assemblée nationale prévoyait l’interdiction de chasser les mammifères durant leur période de reproduction, ce qui épargnait les blaireaux au printemps et prohibait l’emploi de gluaux pour capturer les passereaux, pratique usitée par quelques centaines de tueurs en PROVENCE.

Le sénat, chambre réactionnaire, supprima, à l’instigation des chasseurs, ces dispositions concrètes.

Le texte revenu, en seconde lecture devant l’assemblée nationale, a été examiné par la commission du « « développement durable ».

Les deux dispositions favorables à la préservation de la faune n’ont pas été réintroduites par cette commission.

Le gouvernement a soutenu les archaïsmes antinatures des chasseurs.

Or, il était représenté par une ex-députée verte, démissionnaire du parti, qui s’était déjà illustrée par sa pusillanimité lors d’un débat radiodiffusé, opposant notre administrateur Martial MOUQUERON au lobbyiste des chasseurs et des armuriers.

Deux conclusions s’imposent :

---- En premier lieu, la classe politique, jouet des groupes de pressions malfaisants, ne représente pas les citoyens dans leurs aspirations, puisque l’immense majorité de nos contemporains récusent le grand massacre de la faune.

Cela, nous le savons que trop et les illustrations de cette déchéance éthique des hommes d’appareils des partis politiques explique et justifie le mépris dans lequel nous les tenons.

Ils insultent ceux qu’ils prétendent représenter, en les abaissant au rang de mangeurs de petits oiseaux et de tortionnaires d’animaux.

Nous leur retournons leur insulte.

---- Le second enseignement tient à la dérive du parti écologiste, né dans les années 1980 des associations de protection de la nature, progressivement gangréné par des arrivistes totalement étrangers à l’éthique du respect du vivant et de l’amour de la nature.

La ruine actuelle de l’écologie politique nous appelle à reconstruire une force claire, loyale, cohérente, ouverte et accueillante mais porteuses de valeurs élevées.

Le 8 octobre prochain, à PARIS, nous appelons tous les animalistes, les écologistes, les naturalistes à refonder une écologie politique pour laquelle la mort d’un être vivant ne saurait être un loisir ou un spectacle.

L’heure est à l’union, à la refondation, au rassemblement, par-delà les nuances et la richesse des diversités de tous ceux qui veulent proclamer le vivant à l’ordre du jour.

Gérard CHAROLLOIS

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact