Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 19:26

Des faits, rien que des faits.......A lire, à diffuser !!!

http://www.parti-socialiste.fr/static/12904/documents/livre-noir-sur-le-fn_0.pdf

Pourquoi sommes-nous tombés si bas ?

On assiste à l’ébauche d’une recomposition qui ressemble fort à une tentative historique de liquidation de la gauche.

Éditorial

9 décembre 2015

Article paru dans
Politis
1381

Sommaire

Ne faisons pas semblant d’être étonné. La forte poussée du Front national, dimanche, au premier tour des régionales, ne devrait être une surprise pour personne. Tout l’annonçait : une actualité anxiogène où se confondent terrorisme, mouvements migratoires, islam, et engagements de la France dans des conflits au Moyen-Orient et en Afrique. Le tout sur fond de chômage reparti à la hausse. Il ne s’agit évidemment pas de nier la réalité. Les massacres du 13 novembre nous ont cruellement rappelé que nous appartenons à un monde tragique qui n’est plus seulement celui des « autres ». Mais, dans cette situation, c’est peu dire que l’exécutif n’a pas cherché à apaiser les esprits.

Du matin au soir, on nous répète que « nous sommes en guerre ». Tandis que les médias jouent leur rôle d’amplificateur. On ne compte plus les unes sur le Coran, le jihad, les réseaux qui ne dorment que d’un œil, jusque chez notre voisin de palier… Les uns en parlent avec l’intention affichée de produire de l’amalgame et de la peur, les autres font mine, plus ou moins sincèrement, de le dénoncer. Sans parler des unes sur Marine Le Pen. Et, finalement, tout fait corps. Les ventes sont excellentes, et les cotes de popularité remontent. Hélas, pendant ce temps-là, en profondeur, un informe magma de fantasmes identitaires finit par se solidifier au cœur de notre société. Nul doute que ces dernières semaines ont offert au Front national une détestable plus-value. Mais il faut évidemment remonter plus haut pour comprendre vraiment ce qui nous arrive. Ce qui fait que les socialistes sont empêtrés pathétiquement dans leurs choix tactiques d’entre-deux tours renvoie à des causes plus anciennes. À force d’erreurs ou de fautes, il arrive un moment où la catastrophe devient inévitable. C’est, comme dans la Haine, le film de Mathieu Kassovitz, l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages et qui se répète à chaque étage : « Jusqu’ici, tout va bien. » Ce n’est pas la chute qui compte, c’est l’atterrissage. Depuis dimanche, nous commençons à atterrir. Mais il ne sert à rien de se demander ce que nous aurions dû faire en passant devant le trentième étage. Il aurait été préférable de ne pas tomber.

Pourquoi sommes-nous tombés ? Pour quelles raisons, entre mars 2010, date des dernières régionales, et ce mois de décembre 2015, le FN a-t-il gagné quatre millions de voix ? Que s’est-il passé au cours de ces cinq ans et huit mois ? Qui a gouverné ? On connaît la réponse : la droite et Nicolas Sarkozy pendant deux ans ; puis le Parti socialiste et François Hollande pendant plus de trois ans et demi. Et quelles politiques ont été menées ? Les mêmes, à peu de chose près. La gauche est même allée un peu plus loin que la droite dans la voie libérale, jusqu’à s’attaquer au code du travail. Et elle lui a emprunté le discours identitaire, tandis que la droite collait elle-même au Front national par Patrick Buisson interposé. Et c’est ainsi que, face aux désordres du monde, le FN est devenu chez nous leader d’opinion. Ce suivisme est évidemment plus choquant à gauche qu’à droite. On ne pouvait guère attendre autre chose de Nicolas Sarkozy. En revanche, les électeurs de mai 2012, eux, attendaient tout le contraire de François Hollande. Ils attendaient surtout une rupture avec les politiques d’austérité. Très vite hélas, cette gauche, en se fondant dans le creuset libéral, a fait passer deux messages ravageurs : celui de l’injustice sociale et celui du reniement. Elle a suggéré que le choix démocratique était finalement sans véritables conséquences, et donc sans importance. D’où une désaffection croissante de l’électorat de gauche, et le succès de l’offre de rupture du FN mû en « parti des ouvriers », sur le thème « avec nous au moins, ça va changer ! ». C’est la combinaison désastreuse d’une double trahison, sociale et démocratique. Or, ce qui est frappant depuis dimanche soir, c’est l’absence totale de remise en cause de la part des responsables socialistes. « Je ne vais tout de même pas m’excuser », s’est même esclaffé Manuel Valls à la télévision.

Pas de retour sur le passé, donc. Pas de bilan. En apparence, rien que de la tactique. À moins que, plus grave encore, on assiste à l’ébauche d’une recomposition politique qui ressemble fort à une tentative historique de liquidation de la gauche. Depuis bien longtemps Manuel Valls fait un usage surabondant et abusif de la « République ». Un mot qui efface toute conflictualité sociale. C’est évidemment au nom de cette « République », à laquelle je mets des guillemets, qu’il appelle à voter Estrosi (pour ne citer que lui). C’est à ce personnage que le Premier ministre confie le pouvoir ou le contre-pouvoir au sein de la région Paca. Avec un avocat comme ça face au Front national, les musulmans, le mouvement social, les associations humanitaires et culturelles peuvent dormir en paix… Cela ne semble pas inquiéter le Premier ministre, qui est sans doute homme de convictions. Mais pas celles que l’on croyait.

-Note "Humour brun"par l'administration du blog:voici les remerciements imaginés par le Président Mouvement « BLANC C’EST EXPRIME » DANS UNE LETTRE IMAGINAIRE de Marine LE PEN

Après le premier tour des Régionales qui a fait du F.N. le premier parti de France - après celui des abstentionnistes - je tiens à remercier tous ceux qui, depuis des décennies, nous ont apporté leur précieux concours pour nous permettre d’accéder à ce haut niveau.

Je sais également combien le F.N. doit à tous les partis et à tous les parlementaires qui ont oublié que posséder un mandat était une mission et non une profession, qu’ils ne doivent pas cumuler (oui je sais...) que les citoyens doivent tre respectés et les promesses tenues, qu’ils ont un devoir d’exemplarité. En fait qui ont, tout simplement, oublié ce qu’est la Démocratie. Ils ont également oublié que les Français avaient quelques problèmes...

Je sais combien le F.N leur doit depuis près de 40 ans, et doit savoir l’apprécier. Ils ont refusé de mettre en œuvre les réformes qui auraient permis d’éviter le rejet de la classe politique. Ce dont nous bénéficions aujourd’hui en très grande partie. Notre parti n’est pas dupe pour autant. Ils ont en effet joué avec nous et aujourd’hui... c’est nous qui jouons avec eux...

Depuis 1989, Jean-Marie avait la crainte, que je partage, de voir aboutir la démarche de l’association Blanc c’est exprimé. Cette dernière avait, et a toujours, pour ambition de faire reconnaître cette expression pour faire diminuer le nombre des abstentions qui permettent l’émergence de courants minoritaires, xénophobes et racistes. Ce qui pouvait provoquer l’arrêt net de notre essor.

Aussi, je remercie tous les parlementaires qui ont voté la loi de 2014, et sont devenus de facto nos alliés, concernant le vote blanc et qui ne donne pas valeur juridique à cette expression et ne vaut donc pas plus qu’une abstention. Ce qui nous a favorisés, comme nos collègues des autres partis. Il est plus facile de faite 10 points sur 100 que sur 1.000 !

Je suis reconnaissante aux médias qui, dans leur grande majorité, n’ont pas informé de manière claire, complète et indépendante les électeurs de cela. Ils ont ainsi, beaucoup participé à notre succès. D’où notre reconnaissance.

Je remercie vivement Jean-Marie pour la discrétion qui a été la sienne depuis la médiatisation du scénario que nous avons mis en place pour dédiaboliser le F.N et lui donner une image respectable.

Je suis très consciente que de très nombreux électeurs qui ont voté pour le F.N. ne partagent pas nos valeurs. Pour autant je me régale à l’idée des prochaines législatives. Sauf, bien sûr, si valeur juridique de suffrage exprimé est donnée au vote blanc. Ce qui remettrait en cause leur « adhésion »....
*
Pour la présidentielle le vote blanc étant exclu du camp de la loi, j’espère bénéficier de la même mise en scène qui a profité à Jean-Marie en 2002.

Marine LE PEN Présidente du Front national
Lettre.. un peu imaginaire. de Gérard Gautier
TOUS LES ARTICLES : http://www.politicvisio.com/blanc-c-est-exprime/journal.html


Ancien Conseiller Régional de Bretagne - Président Mouvement « BLANC C’EST EXPRIME »
18 rue de Penthièvre 22000 Saint-Brieuc Téléphone : 02.96.33.50.34
SITE : www.blanccestexprime.fr COURRIEL : blanccestexprime@wanadoo.fr

GERARD GAUTIER

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact