Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 04:25

Selon les propos de Laurent Fabius,tenus dans Le Monde du 13/12/2012 ,le groupe terroriste syrien al-Nosra ,(affilié à Al Qaeda ),"fait du bon boulot sur le terrain"!

Le journaliste Gearóid Ó Colmáin lui s'est exprimé sur le média RT* au moment du "Bataclan"pour y délivrer une analyse aussi dérangeante que celle de notre actuel ministre des affaires étrangères ,car elle peut apparaitre comme un réconfort idéologique pour les "nationalismes "à forte pilosité "européenne"

*au sujet de RT, auparavant Russia Today, c'est une chaîne de télévision d'information continue russe lancée le 10 décembre 2005 par l'agence de presse gouvernementale RIA Novosti qui l'abrite dans ses locaux moscovites. Wikipédia

Tout comprendre sur l'attentat de Paris en 10 minutes avec Gearóid Ó Colmáin

-Une émission confondante sur France Inter:DAESH,autopsie d'un monstre!

(Des anciens diplomates et agents de la DGSE racontent comment les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite, le Qatar et....la France, ont soutenu financièrement et armé les groupes djihadistes en Irak et en Syrie.)
http://www.franceinter.fr/emission-lenquete-daesh-autopsie-dun-monstre

Autre Video : http://arretsurinfo.ch/video-pierre-conesa-arabie-saoudite-theatre-de-dupes-strategie-planetaire-2/. (Durée 31 minutes)

Voici aussi une analyse et de l'information de Walid Atallah qui provient du Site du Mouvement Démocratique Arabe موقع الحركة العربية الديمقراطية.

Assawra - الثورة: La vengeance de l’Arabie Saoudite et d’Israël...Ou l’histoire vraie de la Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf

Dans une vidéo d'une durée de18 minutes https://www.youtube.com/watch?v=cUbD94eJdtY 23 Sep 2015 .

Jean-Michel Vernochet interroge Youssef Hindi au sujet de son dernier ouvrage. Occident et Islam : Sources et genèse messianiques du sionisme ; De l'Europe médiévale au Choc des civilisations par Youssef Hindi ©2015 aux Editions Sigest. Cf. également l'entretien avec l'écrivain marocain :

http://www.bvoltaire.fr/youssefhindi/choc-civilisations-fabrique-de-toutes-pieces-nest-faux-nez-dun-choc-ideologique-mondial,209415

Syrie, Irak, Libye : aux racines de l’État islamique

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article29860

jeudi 19 novembre 2015

Héritière directe du désastre américain en Irak, l’organisation de l’État islamique ne cesse de gagner en puissance. Quatre chercheurs, Jean-Pierre Filiu, Myriam Benraad, Patrick Haimzadeh et Claire Talon, débattent du chaos régional au Proche-Orient et de la politique étrangère française.

En moins de trois années, l’organisation de l’État islamique a acquis une puissance déterminante, profitant du chaos proche-oriental et de la guerre en Syrie, étendant son influence jusqu’au Sahel où il a su tirer profit de la crise libyenne ininterrompue depuis la guerre de 2011. Pour comprendre les ressorts de la puissance de cette organisation, nos invités : Jean-Pierre Filiu, historien et spécialiste de l’Islam contemporain. Il publie Les Arabes, leur destin et le nôtre. Myriam Benraad, chercheuse associée à l’institut d’études politiques de Paris et spécialiste de l’Irak, dont le dernier livre s’intitule Irak, la revanche de l’histoire – De l’occupation étrangère à l’État islamique. Patrick Haimzadeh, ancien diplomate français à Tripoli (2001-2004), auteur de l’ouvrage Au cœur de la Libye de Kadhafi. Claire Talon, spécialiste du monde arabe, longtemps basée au Caire, est aujourd’hui responsable du bureau Maghreb/Moyen-Orient de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH). Elle a publié Al Jazeera, liberté d’expression et pétromonarchie.

Aller aux sources

by Raoul Marc Jennar

Alors que la plupart des médias évitent toute interrogation sur les sources du chaos mondial dont la France n'est pas épargnée, il importe de rappeler des faits incontestables qui expliquent un présent tragique. Il importe d'avoir à l'esprit que l'Histoire explique le présent et que les fautes d'hier de nos gouvernants, quels qu'ils soient, font […]

Qui sont les barbares de "Daech", l'Etat islamique ?

tempsreel.nouvelobs.com

Par Sara Daniel


http://www.liberation.fr/france/2015/11/17/le-triple-embarras-du-mot-barbare_1414134


Barbares.
Par Pierre Zaoui, Philosophe, université Paris VII- Diderot et membre du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC) —
Libération - 17 novembre 2015


Ce terme apparaît comme un mot brûlé, parce trop employé pour désigner l’autre en général, et, particulièrement, le musulman. Brûlé aussi parce qu’il fait écran à toute intelligence précise de l’ennemi qu’exigent les situations de guerre.

Le triple embarras du mot «barbare»


François Hollande a parlé de «barbarie absolue» pour qualifier les massacres du vendredi 13 novembre. Il n’est pas le seul. Le mot barbarie revient à nouveau en boucle, de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve à Nicolas Sarkozy ou Monseigneur Vingt-Trois. Comme après le 11 Septembre, comme après les crimes de Mohamed Merah, comme après les attaques de janvier contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes. On repense aux mots que Spinoza voulait placarder sur les murs de La Haye après le lynchage des frères de Witt : Ultimi barbarorum - les «derniers des barbares».


Car on peut comprendre un tel cri : barbares ceux qui, en transgressant autant les valeurs de la vie que celles de la justice, s’excluent d’eux-mêmes de l’humanité ; barbares ceux qui tuent de sang-froid nos enfants, nos voisins, nos compatriotes ; barbares ceux qui hurlent à nouveau avec un autre accent mais la même violence aveugle Viva la muerte. On aimerait le crier soi-même. Mais : et après ? Un cri n’est pas une pensée. Ou bien, c’est une pensée mais une pensée qui ne veut pas se penser, une pensée refoulée ou impensée, voire une foule de pensées inchoatives et confuses que la raison peine à démêler et qui soudain s’expulsent toutes en même temps - on appelle cela le «cri du cœur».
Quand il vient des victimes, de leurs amis ou de leur famille, il est d’une terrible humanité, on y entend la colère, la rage, la nausée, et un ton au-dessous le chagrin irrémédiable que de tels affects tentent vainement de surmonter. Mais que dit-il, quand il vient des politiques et des journalistes, surtout quand il est répété à l’envi ?


On ne peut jamais être certain en ces affaires, et il faut se garder d’inutiles procès d’intention. Mais les mots disent toujours davantage que ce qu’on veut leur faire dire et, dans le cas qui nous préoccupe, de manière particulièrement embarrassante.
Le premier embarras vient évidemment du sens premier et de la portée historique du mot barbare, bien avant son sens actuel de violence sanguinaire et aveugle. Pendant toute l’Antiquité, le terme «barbare» (barbaros en grec, barbarus en latin), qui signifie «étranger», et plus précisément celui qui ne parle pas la langue grecque, n’est jamais employé pour signifier des actes ou des personnes particulières mais des peuples entiers confondus dans la même négation - c’est le mot de l’amalgame par excellence. A la fin de l’Empire romain, est barbare celui qui participe aux invasions du même nom - c’est le mot même du complexe obsidional, de celui qui se vit en état de siège. Au milieu du Moyen Age, surtout quand commencent les croisades, il devient le mot privilégié pour désigner les non-catholiques, et, plus particulièrement, les Sarrasins - c’est presque l’exact équivalent du kafer, du mécréant, en terre d’islam. Enfin, jusqu’à la fin du XIXe siècle sont nommés «barbaresques» les pirates musulmans qui sillonnent la Méditerranée - c’est l’un des mots qui justifient l’expédition en Algérie de 1830 et le début de la colonisation du Maghreb.


Le second embarras vient des quartiers de l’Est parisien «choisis soigneusement» par Daech suivant les mots de son communiqué. Il s’agit bien de cette «zone grise» dont parlait Abou Bakr al-Baghdadi, à la tête de Daech, après les attentats de janvier, c’est-à-dire cette zone où vivent pacifiquement chrétiens, juifs, musulmans et athées, Français de souche, Français issus de l’immigration et étrangers en balade. En d’autres termes, que ceux de la logorrhée jihadiste, on dirait que c’est là une des rares zones de France encore peu racistes, où le Front national est le plus faible, où l’on sait, sans même avoir besoin de lire Montaigne ou Lévi-Strauss, que nous ne sommes pas nous-mêmes dépourvus d’une certaine barbarie, à Lampedusa, à Calais ou dans nos banlieues à l’abandon, que le barbare, c’est d’abord celui qui croit en la barbarie de l’autre, que le pire des aveuglements est de croire le monde divisé par nature ou par culture en barbares et civilisés, qu’il faut au contraire penser les enjeux politiques en termes politiques, c’est-à-dire aussi, quand il le faut, en termes de guerre, de stratégie, d’ennemis, mais non en termes de barbarie et de civilisation. Voilà ce que vise en premier lieu Daech : l’idée de coexistence et de solidarité au moins toujours possible entre les peuples et les cultures, ce qu’interdit d’avance l’emploi du mot barbare.


Enfin, une troisième forme d’embarras tient aux superlatifs qui s’accolent spontanément au terme de barbarie : barbarie absolue, les derniers des barbares. Car alors, comment qualifier ce que subissent les peuples de Syrie, d’Irak, de Libye, du Yémen ou du Soudan ? Considérer la barbarie qui nous frappe comme la plus haute forme possible de barbarie dénote, au-delà de l’émotion compréhensible des premiers jours, un étrange aveuglement aux souffrances des autres, aux frontières de ce qu’on prétend dénoncer.


Bref, presque à tous égards, le terme de barbarie apparaît comme un mot brûlé. Brûlé parce qu’on l’a trop employé pour désigner l’autre en général, et, particulièrement, le musulman. Brûlé, parce qu’il fait écran à toute intelligence précise de l’ennemi qu’exige toute situation de guerre. Brûlé, parce qu’il situe le conflit exactement sur le terrain où Daech veut le situer : celui de la culture et des valeurs et non celui de la politique, des alliances et des rapports de force. Brûlé, même parce qu’en un sens, il réalise d’avance la finalité obvie de tels actes : introduire le sentiment de la barbarie au cœur de la société française avec ses inévitables conséquences en termes de confusion, de soupçon et d’exclusion que vont connaître une fois encore tous les Français musulmans ou d’origine arabe afin de les pousser à rejoindre le jihad. Tant que l’on ne sait pas comment éradiquer Daech et gagner cette guerre qui frappe sur notre propre territoire, contrevenir au moins de toutes nos forces au renforcement d’un tel sentiment est notre devoir le plus urgent. En particulier, en arrêtant au plus vite de parler de barbares et de barbarie.


Auteur notamment de : la Traversée des catastrophes, paru au Seuil (2010). Dernier ouvrage paru : la Discrétion ou l’art de disparaître, éditions Autrement (2013).

Le pétrole, le coton ou le phosphate de l’Etat islamique sont-ils vendus en Europe ?
http://www.bastamag.net/Le-petrole-le-coton-ou-le-phosphate-de-l-Etat-islamique-sont-ils-vendus-en

Qui sème l'impérialisme récolte le terrorisme
Jérôme Henriques | blogs.mediapart.fr | 18 novembre 2015
Presque un an après les attentats de Charlie hebdo, c'est reparti pour un tour d'hystérie collective. Entre les tartufferies médiatico-politiques ("on a atteint des sommets dans l'horreur", "une porte s'est ouverte sur l'enfer" ...) et l'idiotie collective ("ca y est c'est la guerre", "même pas peur", "la France a été touchée parce que c'est le pays des droits de l'homme" ...), beaucoup devraient redescendre sur terre et essayer de s'imposer un minimum de réflexion et d'honnêteté. Oui, les attentats sont une horreur et les victimes méritent notre empathie ; mais non, la France n'a pas été touchée par hasard, ni même vraiment par surprise. Des victimes de Charlie Hebdo en Janvier dernier aux attentats déjoués depuis (dans le Thalys, contre les églises du Val de marne), il est clair depuis un moment que la France est devenue l'une des cibles privilégiée du terrorisme Islamique. Considéré comme l'un des plus grands spécialistes de la question, le juge anti-terroriste Marc Trévidic déclarait d'ailleurs il y a peu que "le pire est devant nous" et que "les Français vont devoir s'habituer non à la menace des attentats, mais à la réalité des attentats"...
la suite : http://blogs.mediapart.fr/blog/jerome-henriques/181115/qui-seme-limperialisme-recolte-le-terrorisme
voir aussi : Fondements du terrorisme intrenational /
Il faut Soigner les causes - Pr Chems Eddine Chitour | lexpressiondz.com | jeudi 19 novembre 2015

La guerre véritable
| lundi.am | 16 novembre 2015
Communicants et gouvernants, qui ne peuvent plus sérieusement vendre la « sécurité » qu’ils sont si manifestement incapables d’assurer à aucun de leurs sujets, se sont donc jetés sur les derniers massacres parisiens pour refondre leur rhétorique. « Nous sommes en guerre », ne se lassent-ils pas de répéter, avec la légère extase qui accompagne toujours le maniement d’un nouveau jouet. Voilà une rhétorique dont, à coup sûr, ils vont pouvoir faire l’essai, mais non pas l’emploi, comme auraient dit Arnauld et Nicole. Car si « nous » sommes en guerre, alors quoi de plus normal que des commandos de forces spéciales adverses viennent attaquer les villes du pays ? Quoi de plus normal que des civils tombent ? Quoi de plus normal que des carnages asymétriques ? N’est-ce pas cela, « la guerre », depuis 1939 et peut-être depuis 1914 ? Comment, alors, peut-on reprocher à l’ennemi d’agir en barbare, quand il ne fait que pratiquer l’art contemporain de la guerre – celui qui commande, par exemple, d’abattre depuis un drone un dirigeant militaire adverse avec sa famille, à tout hasard, quand l’occasion s’en présente ?..
la suite : https://lundi.am/La-guerre-veritable
voir
aussi : La guerre sainte - René Daumal | lundi.am | 16 novembre 2015

Ébriété guerrière
monde-diplomatique.fr | 17 novembre 2015
Le 13 novembre 2015, une série de fusillades et d’explosions ont endeuillé Paris et Saint-Denis, provoquant la mort d’au moins 130 personnes. Les auteurs de ces attentats, souvent des jeunes Français musulmans, ont motivé leur acte en invoquant l’intervention militaire de leur pays en Syrie contre l’Organisation de l’Etat islamique (OEI). Deux jours plus tard, Paris a procédé à de nouveaux bombardements contre les positions de l’OEI en Syrie, principalement dans la « capitale » de l’organisation, à Rakka. Et, dorénavant, le gouvernement français comme l’opposition de droite s’accordent sur la nécessité de multiplier les « frappes » en Syrie. L’urgence de mener sur le front intérieur une « guerre » implacable ne les distingue pas davantage.
La seule question qui semble faire débat entre eux tient à la composition de la coalition internationale combattant l’OEI. Avec ou sans la Russie ? Avec ou sans l’Iran ? Avec ou sans le gouvernement syrien ?..
la suite : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2015-11-16-Paris


L’escalade guerrière ne pourra que continuer à renforcer le terrorisme intégriste
Yvan Lemaitre | npa2009.org | lundi, 16 novembre 2015
Dimanche soir, la France a bombardé un poste de commandement et un camp d'entraînement de l'Etat islamique à Raqa, en Syrie. Douze appareils, dont dix chasseurs, ont été engagés à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie. Ces bombardements se veulent une réponse aux attentats. Ils visent surtout à démontrer la détermination de Hollande devenu chef de guerre "impitoyable". Ils sont bien peu efficaces sur le plan militaire alors que même ceux menés par les Etats-Unis ou la Russie n'affaiblissent que bien peu Daesh. La France va aussi déployer en décembre le porte-avions Charles-de-Gaulle dans le Golfe qui, avec 24 appareils à bord, triplera sa capacité de frappes.
Cette mise en scène guerrière vise à permettre à la France de garder une place déterminante dans la coalition des pays engagés militairement dont Hollande prétend encore vouloir écarter la Russie...
la suite : https://npa2009.org/actualite/international/lescalade-guerriere-ne-pourra-que-continuer-renforcer-le-terrorisme
voir aussi : S'associer à la
douleur, penser l'avenir - laquadrature.net | 16 nov. 2015

Le difficile combat contre l’argent de Daech
Christian Chavagneux | alterecoplus.fr | 18/11/2015
Le 16 novembre dernier, dans son communiqué spécial sur la lutte contre le terrorisme, le G20 a appelé ses membres à « renforcer le combat contre le financement du terrorisme ». Le constat est certes unanimement partagé : on ne peut combattre Daech par la seule action militaire, il faut réussir à couper le groupe terroriste de ses ressources financières. Facile à dire mais moins facile à faire. Car si l’on en croît les études du Gafi et du Congrès américain, ses dirigeants semblent avoir recours essentiellement à un financement local difficilement contrôlable...
la suite : http://www.alterecoplus.fr/international/le-difficile-combat-contre-largent-de-daech-201511181120-00002528.html
voir aussi : Le Sénégal décide l'interdiction du port de la burqa, après le Ca
meroun et le Tchad - | tuniscope.com | 18/11/2015
Choc de civilisations ou concurrence pour des parts de marché ? - quartierslibres.wordpress.com | 18 nov. 2015
Le Captagon, la drogue de Daech et des princes saoudiens - Yannick Van der Schueren | tdg.ch | 30.10.2015
Un prince saoudien impliqué dans une saisie record de drogue à Beyrouth - avec Afp | lexpress.fr | 26/10/2015

Des victimes sans valeur : les quatre millions de musulmans tués dans les guerres occidentales depuis 1990
Nafeez Ahmed | middleeasteye.net | Wednesday 8 April 2015 | transmis par Thierry Brugvin
Des recherches prouvent que la « guerre contre le terrorisme » menée par les Etats-Unis a tué pas moins de 2 millions de personnes ; mais ce chiffre n'est qu'une fraction de l'ensemble des morts dont l'Occident s'est rendu responsable en Irak et en Afghanistan depuis 1990
Le mois dernier, Physicians for Social Responsibility (PRS), organisation basée à Washington DC, a publié une étude historique qui conclut que le nombre de morts occasionnées au cours des dix ans de la « guerre contre le terrorisme », lancée suite aux attentats du 11 septembre, s'élève à au moins 1,3 million de personnes et pourrait atteindre 2 millions de personnes.
Produit par un groupe de médecins lauréat du prix Nobel de la paix, ce rapport de quatre-vingt-dix-sept pages est le premier à comptabiliser le nombre total de victimes civiles des interventions antiterroristes des Etats-Unis en Irak, en Afghanistan et au Pakistan...
la suite : http://www.middleeasteye.net/node/40703

Protection contre les menaces nucléaires : ACDN écrit au Président de la République et au Premier ministre

Action des Citoyens pour le
Désarmement Nucléaire (ACDN)

à

Monsieur le Président de la République
Palais de l’Elysée

Copie : Monsieur le Premier ministre
Hôtel de Matignon

Objet : Mesures de protection
contre les menaces nucléaires

PJ : Communiqués et articles de presse

Saintes, le 20 novembre 2015

Monsieur le Président,

Dans les circonstances dramatiques que traverse la France, et après avoir entendu le Premier ministre déclarer le 19 novembre à l’Assemblée Nationale que notre pays pourrait faire l’objet d’attaques chimiques ou bactériologiques, nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur le fait que ces attaques pourraient également prendre une dimension nucléaire ou radioactive.

En effet, les 58 réacteurs électronucléaires disséminés en France sont des cibles de choix pour des terroristes (ou des Etats) déterminés à frapper notre pays. Nous voulons croire que depuis les récents survols de plusieurs centrales par de mystérieux drones, leur protection a été renforcée. Nous espérons qu’elles sont encore mieux protégées aujourd’hui, même si nous pensons que seul leur arrêt définitif et l’entreposage en lieu sûr de tous les combustibles fissiles permettrait d’écarter durablement le danger. Dans cette optique sécuritaire, nous vous suggérons d’interdire toutes les visites de centrales, y compris dans le cadre des Journées « Enseigner la Défense » co-organisées par le ministère de la Défense et celui de l’Education nationale, par exemple celle prévue à la centrale de Civaux le 26 janvier 2016.

Cependant, ce sont les transports de matériaux radioactifs et tout particulièrement de plutonium qui sont les plus vulnérables et font peser un immense danger sur la population. Nous savons que chaque semaine, plusieurs centaines de kilos de plutonium pur circulent à travers la France. Le journal Sud Ouest s’en est fait l’écho (...) Il ne fait guère de doute que les semi-remorques chargés de ces transports, malgré la protection rapprochée qui les signale, pourraient fort bien être la cible d’un attentat ou être pris dans un accident de la route, préparé ou non, susceptible d’entraîner la dispersion de leur chargement dans l’atmosphère. Nous vous rappelons qu’un microgramme de Plutonium, s’il est inhalé, suffit à provoquer dans les six mois un cancer pulmonaire fatal.

C’est pourquoi nous vous demandons instamment d’interdire tous ces transports, au moins pour la durée de l’état d’urgence, et de bien vouloir reconsidérer la politique nucléaire, tant civile que militaire, de la France, sous l’angle de la sûreté et de la sécurité de sa population.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.

Pour ACDN,
Jean-Marie Matagne, Président

Sur le même sujet :

La France sous la menace NBC

Non au terrorisme, non à la terreur d’Etat. Changeons de logiciel.

Trois Français sur quatre veulent abolir l’arme nucléaire

Charlie-Hebdo : Cabu et les siens, victimes de la bombe atomique

Charlie s’inquiète : Hollande, Cameron et Netanyahou défilent pour lui. Mais où sont passées les valises atomiques ?

Panique à l’Elysée : la valise atomique aurait disparu

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact