Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 08:11

Après une action de militants contre une banque, la police arrête… un journaliste

Brèves

Autre brève sur le droit civique ,professionnel et politique au lancement d'alerte :

Dans le cadre du cycle d'ateliers d'échanges et de transmission sur 5 expériences démocratiques et citoyennes, Reprenons la main sur la démocratie,
animés par Les périphériques vous parlent et les spécialistes des expériences proposées, sachez que :

le prochain atelier consacré au LANCEMENT D'ALERTE aura lieu le samedi 21 novembre de 15h à 19h avec le philosophe et journaliste d'investigation Roger LENGLET

Il s'agira d'aborder l'Historique et l'état de l'alerte aujourd'hui au plan scientifique, politique et législatif à la lumière d'exemples et d'échanges avec l
es participants.


Reprenons la main sur la démocratie

Pour tout savoir : http://www.lesperipheriques.org/

Avec : les audits citoyens sur la dette, le Lancement d'alerte, l'agriculture urbaine, les lieux culturels d'initiatives citoyennes, la participation citoyenne au Grand Paris

Notre constat

Chaque jour naissent des expériences démocratiques singulières. Initiées par des citoyen-ne-s ou des collectifs, elles se révèlent utiles à la collectivité et sont autant d'occasions importantes pour se mobiliser contre les confiscations anti-démocratiques des pouvoirs privés ou publics.

Serge Daney nous rappelait que « la démocratie, tout comme l'information, n'est pas un dû mais une pratique ». Ajoutons que la démocratie n'est jamais un acquis définitif mais une conquête à renouveler tous les jours.

Les ateliers proposés offrent l'opportunité d'approfondir 5 expériences de démocratie citoyenne et de les partager, de les reprendre à son compte et de se les approprier. Sont prévus 2 ateliers pour chaque expérience.


Télécharger le document pdf des dates et contenu des ateliers

Inscrivez-vous d'ores et déjà à l'atelier de votre choix
au + 33 (0)1 40 05 05 67 ou sur chaos@lesperipheriques.org

Les Ateliers : d'octobre 2015 à juin 2016 de 15 à 19 heures au 100
ecs, 100 rue de Charenton, 75012 Paris

Conception et organisation : Les périphériques vous parlent
Animation des ateliers : Yovan Gilles (Les périphériques vous parlent) avec les spécialistes de chaque expérience.

Les banques françaises investissent largement plus dans les énergies sales que dans les renouvelables
Olivier Petitjean | bastamag.net | 5 novembre 2015
La seule banque à figurer parmi les sponsors officiels de la Conférence internationale de Paris sur le climat, BNP Paribas, est aussi le leader français du financement des énergies sales – qu’il s’agisse de charbon, de gaz de schiste, de sables bitumineux ou d’autres sources fossiles. C’est aussi une banque qui – contrairement à un nombre croissant d’établissements financiers – refuse toujours de prendre le moindre engagement significatif de retrait du secteur du charbon, malgré la pression de la société civile. Pour toutes ces raisons, BNP Paribas est nominée cette année aux « prix Pinocchio du climat »...
la suite : http://www.bastamag.net/Les-banques-francaises-investissent-largement-plus-dans-les-energies-sales-que

Liberté de la presse ?

Garde à vue pour un journaliste refusant de donner ses images

par Sophie Chapelle 10 novembre 2015

Le 6 novembre, Gaspard Glanz, journaliste et gérant de l’agence de presse Taranis News, réalise un reportage sur une réquisition de chaises dans une agence du Crédit Agricole à Strasbourg. L’action, menée à visage découvert par quatorze militants du collectif Action non violente COP21, vise à dénoncer symboliquement l’évasion fiscale que facilitent de fait les banques qui possèdent des filiales dans les paradis fiscaux. Une vingtaine d’autres actions similaires ont déjà eu lieu dans d’autres villes (à Bordeaux, Paris, Bayonne ou Bruxelles). A Strasbourg, l’initiative tourne mal pour le journaliste : la police arrive à la fin de l’action et va le traiter sans ménagement, faisant fi de la liberté de la presse…

Alors qu’il se trouve sur l’espace public afin de filmer l’intervention des forces de police, venues en nombre pour mettre un terme au dangereux « braquage » de chaises, Gaspard Glanz est saisi par quatre policiers qui l’emmènent à l’intérieur de la banque. Ils veulent consulter les images qu’il a tournées, mais le journaliste refuse de laisser les policiers y accéder. Ces derniers lui demandent sa carte de presse, mais gérant d’une agence de presse, il n’en a pas puisqu’elle est réservée aux salariés. « Tu n’as pas de carte de presse, tu n’es pas journaliste », lui répond l’agent, qui ne veut entendre aucune explication ainsi qu’en témoigne la vidéo de l’arrestation publiée par le site Taranis News :

Devant son refus de montrer ses images, Gaspard Glanz est emmené à l’Hôtel de police et placé en garde à vue à 17h45 pour « vol aggravé en réunion avec violence ». Arrivé au commissariat, son sac contenant sa caméra lui est retiré. Après un procès verbal qu’il n’a pas le temps de lire, il est emmené vers 18h30 dans une cellule du sous-sol du commissariat. Avisée par la police en tant qu’employeur, la rédaction de Rue89 Strasbourg relate avoir confirmé auprès d’un officier de permanence la profession de Gaspard Glanz et les raisons pour lesquelles il était présent au moment de l’action du collectif. Alors que la rédaction demande la libération immédiate du journaliste, la police rétorque que « l’enquête suit son cours »...

Gaspard Glanz détaille alors les 18 heures de garde à vue qui vont suivre. Un récit édifiant à retrouver sur le site Taranis News. Aucune charge ne sera finalement retenue contre le journaliste qui sera libéré le lendemain matin. Lorsque sa caméra lui est restituée quelques heures plus tard, il la retrouve détériorée sans qu’aucun document justifiant la réquisition de son matériel ne lui soit communiqué. Rue89 Strasbourg dénonce « l’entêtement des policiers à aller jusqu’au bout de la procédure alors qu’il était clair dès les premières minutes que Gaspard Glanz n’était pas impliqué dans l’action visant l’agence du Crédit Agricole. Nous ne comprenons pas bien pourquoi il a été jugé utile de le priver de sa liberté, de le ficher et de lui faire subir toute la violence d’une garde à vue nocturne. Nous dénonçons également l’exploitation des images filmées par la police, ce qui nous semble être une violation du droit de la presse. »

La veille de cette action, une militante ayant participé à une réquisition de chaises à Bordeaux a été placée 7 heures en garde à vue. A Lyon, le 9 novembre, une dizaine de militants ont également été interpellés puis relâchés en début de soirée, suite à une action dans une agence HSBC. L’ensemble des chaises réquisitionnées serviront à organiser une action durant la conférence internationale sur le climat (COP21) pour dénoncer l’immobilisme des États et mobiliser les citoyens sur l’évasion fiscale. Si 60 à 80 milliards d’euros continuent d’échapper au fisc français chaque année, d’importants moyens policiers ont en revanche été déployés ces derniers mois pour retrouver les chaises réquisitionnées. Deux poids, deux mesures très inquiétants .

Capitalisme Que faire face à la crise financière ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog des empêcheurs de tourner en rond
  • Contact

                                                           
Vous êtes ici dans une 
ZONE HORS AGCS et SANS OGM


Petit mémo : L’AGCS, Accord Général sur le Commerce des Services est un accord signé lors de la création de  l’OMC (organisation mondiale du commerce) en 1994. Il vise à libéraliser progressivement tous les services des états membres : éducation, santé, culture, recherche…ainsi que l’énergie et l’environnement. Tous les aspects de nos vies sont mis à la vente. Les besoins de l’être humain et toutes formes d’activité humaines sont redéfinis comme des services commercialisables.

Rechercher

contact